Breslau

La Vénus de Milo est moche…

Publié le Mis à jour le

venus_de_miloVous avez vu, n’est-ce-pas, au Louvre, la Vénus de Milo ? Mais vous ne l’avez pas vue certainement comme le professeur Karl Hasse de Breslau. 

D’après lui, le profil droit et le profil gauche de la célèbre Vénus n’auraient pas les mêmes proportions. La bouche, les lèvres et le menton sont seuls semblables. Mais l’oreille gauche est plantée plus haut que l’oreille droite. La moitié gauche du crâne est plus large que l’autre. Les yeux sont irréguliers et le gauche plus haut et plus rapproché du nez que le droit. 

Que dites-vous de cette Vénus ainsi détaillée et rendue presque laide ? Comment se fait-il qu’on ne s’en soit pas encore aperçu ? 

Tout simplement parce que cela se passe ainsi, paraît-il, dans la nature et que l’habitude de voir des crânes aussi irréguliers, nous empêche de remarquer les mêmes défauts dans les statues. 

« Les Annales politiques et littéraires. » Paris, 1887.

Publicités

Rêves prémonitoires

Publié le

songes

Vulpius, bibliothécaire d’Iéna, raconte ces deux faits dans son Recueil des rêves les plus remarquables (Sammlung der merkwürdigsten Träume). Voici le premier :

Le docteur Rambaum, médecin célèbre de Breslau, avait entre les mains un malade auquel il ne savait plus qu’ordonner. Il s’endormit un soir, rempli d’inquiétude sur le sort de ce malheureux. Pendant son sommeil, se présente à lui un livre tout ouvert, dans lequel il lit, avec le plus grand détail, la maladie du moribond et les remèdes qui lui conviennent. Il n’est pas plutôt réveillé qu’il court chez son homme lui administre le traitement prescrit et le guérit radicalement. 

 Quelle fut la surprise du bon docteur de voir paraître quelques années après un ouvrage qui lui représenta page par page et mot pour mot le passage du livre où il avait trouvé la science en dormant. 

Quant au second :

Un marchand appelé André Pimou passait à Riom, en Auvergne. Il s’amuse en rêve à faire l’anagramme de son nom et remarque avec effroi qu’il s’y trouve exactement : Pendu à Riom.

Le lendemain matin, ayant déjà oublié ce songe fatal, il prend querelle sur le marché avec un homme et le tue. La justice s’empare d’André Pimou et le fait pendre.

« Hier, aujourd’hui, demain. Gazette historique. »  Paris, 1923.
Illustration : « Le songe de Tartini. »  Louis-Léopold Boilly (Lithographie).