Brioude

Une campagne qui promet

Publié le

bourree

M. Auguste Sabatier, boucher, directeur de brasserie et ancien député de Paris, ne se console pas d’avoir perdu son siège aux dernières élections. Aussi brigue-t-il le siège vacant de Brioude.

Les Auvergnats de Paris ne s’en plaignent pas, car ils sont reçus à bras ouverts par le restaurateur candidat. Parmi les convives assidus, on remarque fort le nouveau et déjà célèbre député de la Haute-Loire, M. Philibert Besson, qui patronne la candidature de M. Sabatier. Ce dernier, au milieu de ses invités, pérore et clame sa foi dans son prochain triomphe.

Enfant du pays, dit-il, je ne crains personne. Ma campagne, elle sera simple, quatre grandes réunions où je parlerai pendant quatre heures. Ce qui fait ma force, c’est que je peux parler pendant une journée sans arrêt. Je dirai peut-être des… âneries, mais je parlerai quand même, et quand ce sera fini, je referai mon discours en patois. Et pour ce qui est de la bourrée, je défie mes concurrents de la danser comme moi. 

Voilà certes une élection qui s’annonce des plus gaies avec Philibert Besson et Sabatier.

Heureux électeurs que ceux de Brioude !

« Hebdomadaire français. »  Paris, 1933.
Publicités