château hanté

Un mystérieux suicide

Publié le Mis à jour le

lord-castlereagh (2)

Le docteur Brierre de Boismont a extrait l’histoire présente d’un livre curieux publié par un médecin anglais, sous le titre de Anatomy of suicide. Elle se rapporte à la cause mystérieuse du suicide du marquis de Londonderry (Robert Stewart), qui, sous le nom de lord Castelreagh, fut ministre du Foreign Office pendant la lutte de l’Angleterre et de l’Europe coalisée contre la France, et qui, en 1820, se coupa la gorge dans un accès de folie.

Il y a environ quarante ans, le noble lord était allé visiter un gentilhomme de ses amis, qui habitait, au nord de l’Irlande, un de ces vieux châteaux que les romanciers choisissent de préférence pour théâtre de leurs apparitions. L’aspect de l’appartement du marquis était en harmonie parfaite avec l’édifice. En effet, les boiseries richement sculptées, noircies avec le temps, l’immense cintre de la cheminée, semblable à l’entrée d’une tombe, la longue file des portraits des ancêtres au regard à la fois fier et méprisant, les draperies vastes, poudreuses et lourdes qui masquaient les croisées et entouraient le lit, étaient bien de nature à donner un tour mélancolique aux pensées.

Lord Londonderry examina sa chambre et fit connaissance avec les anciens maîtres du château, qui, debout dans leur cadre d’ivoire, semblaient attendre son salut. Après avoir congédié son valet, il se mit au lit. Il venait d’éteindre sa bougie, lorsqu’il aperçut un rayon de lumière qui éclairait le ciel de son lit. Convaincu qu’il n’y avait pas de feu dans la grille, que les rideaux étaient fermés, et que la chambre était, quelques minutes avant, dans une obscurité complète, il supposa qu’un intrus s’était glissé dans la pièce. Se tournant alors rapidement du côté d’où venait la lumière, il vit, à son grand étonnement, la figure d’un bel enfant entouré d’un limbe. L’esprit se tenait à quelque distance de son lit.

Persuadé de l’intégrité de ses facultés, mais soupçonnant une mystification de la part d’un des nombreux hôtes du château, lord Londonderry s’avança vers l’apparition, qui se retira devant lui. A mesure qu’il approchait, elle reculait, jusqu’à ce qu’enfin, parvenue sous le grand cintre de l’immense cheminée, elle s’abîma dans la terre. Lord Londonderry revint à son lit, mais il ne dormit pas de la nuit, tourmenté de cet événement extraordinaire. Était-il réel, ou devait-il être considéré comme l’effet d’une imagination exaltée ? Le mystère n’était pas facile à résoudre.

Il se détermina à ne faire aucune allusion à ce qui lui était arrivé, jusqu’à ce qu’il eût examiné avec soin les figures de toutes les personnes de la maison, afin de s’assurer s’il avait été l’objet de quelque supercherie. Au déjeuner, le marquis chercha en vain à surprendre sur les figures quelques-uns de ces sourires cachés, de ces regards de connivence, de ces clignements d’yeux, par lesquels se trahissent généralement les auteurs de ces conspirations domestiques. La conversation suivit son cours ordinaire. Elle était animée, rien ne révélait une mystification, tout se passa comme de coutume. A la fin, le héros de l’aventure ne put résister au désir de raconter ce qu’il avait vu, et il entra dans toutes les particularités de l’apparition. Ce récit excita beaucoup d’intérêt parmi les auditeurs et donna lieu à des explications fort diverses. Mais le maître du lieu interrompit les divers commentaires en faisant observer que la relation de lord Londonderry devait, en effet, paraître fort extraordinaire à ceux qui n’habitaient pas depuis longtemps le château, et qui ne connaissaient pas les légendes de la famille. Alors, se retournant vers le héros de l’aventure :

« Vous avez vu l’enfant brillant, lui dit-il, soyez satisfait, c’est le présage d’une grande fortune, mais j’aurais préféré qu’il n’eût point été question de cette apparition. »  suicide-lord-castlereagh

Dans une autre circonstance, lord Castelreagh vit encore l’enfant brillant à la chambre des communes, et il est très probable que le jour de son suicide, il eut une semblable apparition. 

Louis Figuier. « Histoire du merveilleux dans les temps modernes. » Paris, 1860.

Publicités

Une histoire merveilleuse

Publié le Mis à jour le

chevalier

L’avidité avec laquelle on s’occupe en ce moment de sciences occultes, de magnétisme, d’évocations, fera lire avec quelque intérêt peut-être une histoire étrange, incroyable, que nous raconte le chroniqueur du Courrier de Paris :

« Une dame, Mme de X…, appartenant à la haute société, avait loué, à quelques lieues de Paris, un château pour y passer la belle saison. Cette dame et sa fille, jeune personne de seize ans, belle, sympathique, très grande et très formée pour son âge, étaient parties la semaine dernière avec quelques parents et leur maison qui est nombreuse.

Dès la première nuit, Mlle de X… est éveillée par un bruit étrange. Il lui semble entendre un pas lourd qui s’avance lentement dans une longue galerie qui précède sa chambre à coucher. Tout à coup, Mlle de X… aperçoit un chevalier revêtu d’une armure de fer, qui semble avoir passé au travers de la porte sans l’ouvrir. Le chevalier tout couvert de fer s’avance vers le lit de la jeune personne glacée de terreur. La visière du spectre est levée, sa tête est une tête de mort; seulement ses yeux phosphorescents lancent de leurs orbites vides un regard de l’autre monde. Le spectre passe devant le lit de la jeune personne, tourne lentement son sinistre regard et disparaît dans la muraille.

La jeune personne se hâte de raconter à sa mère cette effrayante apparition. La mère inquiète fait appeler un médecin; celui-ci augmente les inquiétudes de la mère, il la fait douter de la raison de sa fille.

Avant de suivre les conseils du médecin, la mère a l’idée de passer la nuit suivante auprès de sa fille. Elle se couche, en effet, dans le même lit. A la même heure, on entend le même bruit de pas; le chevalier, couvert de son manteau, se montre de la même manière, traverse la chambre, tourne ses regards sur les deux femmes, et disparaît comme la veille. Mme de X… s’élance courageusement du lit, se précipite vers la fenêtre pour appeler. Elie voit le chevalier monter un cheval noir qui s’élance et vole sur les prairies sans courber l’herbe sous ses sabots phosphorescents. Les morts vont si vite.

La mère ne peut plus croire à une folie de sa fille, ni à une hallucination. Elle raconte cette aventure à son frère, officier de cavalerie, qui, ne croyant pas du tout aux apparitions, soupçonne quelque mauvais tour d’un mystificateur ou d’un malfaiteur. Il promet de se cacher la nuit suivante dans la chambre de la jeune personne et d’attendre l’apparition, si elle ose se montrer.

En effet, la nuit suivante, les deux femmes s’étant mises au lit, le frère de Mme X… s’assied au pied du lit, se cache sous le rideau avec son sabre sous le bras et attend.

A la même heure, les mêmes phénomènes se manifestent; le chevalier se montre et traverse la chambre. Le frère de Mme X… sort de sa cachette et s’avance vers le fantôme en lui ordonnant de s’arrêter. Le chevalier semble ne pas avoir entendu cet ordre ni vu celui qui le lui adresse; il s’avance toujours vers le lit. L’officier alors lève son sabre et porte au chevalier un coup terrible. L’armure de fer, frappée par le sabre, ne rend aucun bruit; le sabre passe au travers du fantôme sans que celui-ci ait l’air de s’en douter. L’officier, stupéfait, laisse tomber son sabre inutile, le fantôme passe devant le lit et s’évanouit comme la veille dans la muraille.

Voilà le fait. Je le raconte sans y croire. Je ne songe pas à expliquer cette hallucination partagée par trois personnes dignes de foi. Ce qui est vrai dans tout ceci, et ce que je me borne à constater, c’est que Mme de X… a loué un château aux environs de Paris; qu’elle est allée l’habiter avec sa famille; qu’elle, sa fille et son frère sont convaincus qu’ils ont réellement vu ce que je viens de raconter, et qu’a la suite de cette triple apparition, après trois jours passés au château de Mme de X…, qui l’a loué pour toute la saison, est précipitamment revenue à Paris avec sa famille.

Elle ne retournera plus au château, et partira dans quelques jours pour Baden. »

« Le Journal monstre : courrier et bulletin des familles. »  Léo Lespès, Paris 1857. 

Le château des Tourelles et le fantôme de Sarah Bernhardt

Publié le Mis à jour le

château-des-Tourelles
Château des Tourelles. Photo: Spedona

A Champigny-sur-Marne, près du viaduc de Nogent, existe un château qui a appartenu à Sarah Bernhardt et qui, à sa mort, fut acheté par une certain M. J.F.

Mais celui-ci s’aperçut, dès sa première nuit au château, qu’il était hanté. Le nouveau propriétaire reconnut aussitôt la grande actrice dans le fantôme qui se manifestait. Et cela de la manière la plus simple: les pas qui retentissaient dans l’escalier d’honneur se décomposaient en deux temps: d’abord le bruit léger d’un pied féminin, puis le martèlement sec d’une jambe de bois. Or, Sarah Bernhardt avait été amputée dans ses vieux jours.

Sarah-bernhard
Sarah Bernhard

Passionnés par cette affaire, des acteurs célèbres, dont Sacha Guitry et Jacques Varenne, vinrent passer une nuit au château et constatèrent le fait.

« Maisons et lieux hantés. » Danielle Hemmert & Alex Roudène, Editions Vernoy, 1980