Chili

Alfredo le souverain

Publié le Mis à jour le

Illustration : Alberto Breccia
Illustration : Alberto Breccia

Robinson Crusoé a un successeur. On sait que Daniel de Foë a pris pour canevas de son Robinson les aventures du matelot écossais Alexandre Selkirk, qui resta cinq ans dans l’île déserte Juan Fernandez. L’île, depuis Selkirk, était restée inhabitée, lorsque, en 1872, un Suisse M. Rodt, la prit à bail au gouvernement chilien et y établit une colonie agricole qui est aujourd’hui en pleine prospérité. 

von_rodtAlfredo Von Rodt qui a une quarantaine d’années, était entré en 1864 dans l’armée autrichienne et avait fait, en 1866, la campagne de Bohême. Très violent ennemi de la Prusse, il était venu à Paris, au mois de septembre 1870, et s’était distingué, dans le bataillon des Amis de la France, à la bataille de Champigny.

Aujourd’hui, il est quasi souverain de l’île de Robinson : il y exerce, sous la réserve de la suzeraineté du Chili, qui n’a jusqu’ici jamais été invoquée, toutes les fonctions gouvernementales, judiciaires et administratives, et les choses, à en croire les journaux américains, qui s’occupent beaucoup de M. Rodt, marchent cent fois mieux que dans n’importe quelle, république. Le souverain y exerce pourtant un pouvoir absolu et sans contrôle.

« La Revue des journaux et des livres. » Paris, 1885.

Publicités