chirurgien

Exploration

Publié le Mis à jour le

achille-flaubert

Le docteur Achille Flaubert, grand chirurgien, et frère du romancier, aimait dans ses leçons introduire quelques anecdotes, empruntées à sa clientèle privée.

Un jour racontait-il, appelé au lit d’une jeune et ravissante actrice, atteinte d’une affection qui nécessitait l’exploration digitale, il s’en tira, comme toujours, avec les honneurs de la guerre. 

 Et maintenant, cher docteur,.demanda-t-elle, combien vous dois-je ?
— Pour vous, mon enfant, ce sera dix francs.
— Mon cher docteur, en voici vingt : recommencez.

La couleuvre

Publié le Mis à jour le

 

jules-cloquet

Un maçon disait avoir une couleuvre dans le ventre. M. Jules Cloquet, chirurgien actuel de l’hôpital Saint-Louis, l’interroge, reconnaît sa manie, et sent bien que pour la guérir il faut avant tout la flatter.

Oui, dit-il, je la sens, la voici, elle remonte dans l’œsophage.

Et le malade de s’écrier avec enthousiasme :

J’en étais sur ! Il y a longtemps je l’avalai en buvant de l’eau d’une mare. Elle était petite alors, mais depuis elle s’est développée, elle a grossi, elle a grandi, et si l’on n’y met bon  ordre, elle finira par me dévorer. Oui, par me dévorer tout entier. J’en étais sûr, je le disais partout, et partout l’on me riait au nez.

Or çà, dit le médecin, il faut opérer.

Pieds, poings liés et les yeux couverts d’un bandeau, le malade, plein d’aise, est couché sur le lit de douleurs. Une incision longue, mais superficielle, est faite à la région de  l’estomac. Des linges, des compresses, des bandages rougis par le sang sont appliqués. La tête d’une couleuvre, dont on s’était précautionné, est passée avec adresse entre les bandes et la plaie.

Nous la tenons enfin ! s’écrie l’adroit chirurgien, la voici.

En même temps le patient arrache son bandeau. Il veut voir le reptile qu’il a nourri dans son sein. Il le regarde avec le même charme, le même attendrissement dont une mère envisage le premier fruit de ses entrailles. Mais quelques heures après, une sombre mélancolie s’empare de lui, il gémit, il soupire. Le médecin est appelé.

Monsieur, lui dit-il avec anxiété, si elle avait fait des petits !
— Impossible : c’est un mâle

« Journal des faits anciennes, modernes et contemporains. » Paris, 1833.

Le colis

Publié le Mis à jour le

daumier

Un monsieur fort bien mis monte dans un wagon de première classe du Métro. Il porte un colis bien ficelé, que, pour sa facilité, il dépose dans le filet.

Au moment de descendre, il constate que son colis a disparu. Un voyageur lui fait remarquer qu’à l’arrêt précédent, une dame a ramassé tout ce qu’il y avait dans le filet.

Il y a comme ça des voleuses, explique le voyageur volé. Ça avait l’air d’un paquet de grand magasin. La femme s’est dit : « Ça doit être du crêpe de Chine. Comme ça tombe bien avec le printemps ! »
Eh bien, vous ne savez pas ce qu’elle m’a volé, cette dame ?
Non…
C’est un bras, un bras d’homme coupé !

On devine l’effroi des voyageurs à cette nouvelle. Eh bien, le voyageur n’était qu’un simple chirurgien. Après avoir coupé le bras de son client, il reportait ce membre chez lui afin de déterminer par une étude plus approfondie le cas du malade.

Mais on a peine à s’imaginer la tête de la voleuse quand elle a déballé son butin Malgré son indéfrisable, ses cheveux se seront dressés tout droits sur sa tête !

« Le Conteur Vaudois. »  Lausanne, mai 1934.
Illustration : Daumier.

Le galure du Gascon

Publié le Mis à jour le

mousquetaire

Un mousquetaire Gascon, passant, dans une revue, devant Louis XIV, fit faire à son cheval un mouvement si brusque, que le chapeau du cavalier vola à terre. Un de ses camarades le lui présenta à la pointe de son épée :

Sandis ! s’écria le Gascon, j’aurais mieux aimé que vous m’eussiez percé le corps que mon chapeau.

Le roi, ayant entendu cette réponse, lui en demanda la raison :

Sire, dit-il, j’ai crédit chez un chirurgien, mais je n’ai pas la même faveur chez un chapelier

 » La Cloche d’argent : journal hebdomadaire, illustré, politique, littéraire et artistique. »  Rouen, 1884.
Illustration : capture YouTube.

Il avait la vocation

Publié le Mis à jour le

chirurgien

Vous souvenez-vous de Manda, le célèbre chef des Apaches ? qui passionna tout Paris il y a quelques années, avec sa charmante amie qui répondait au brillant surnom de Casque d’Or.

On l’expédia à la Nouvelle-Calédonie, où il se conduit fort bien et travaille avec beaucoup d’assiduité… pour arriver à être chirurgien. Il manie déjà, assure-t-on, le bistouri avec une grande dextérité.

Il avait commencé par le surin !… Il finira par faire un excellent chirurgien.

« Le Journal du dimanche : gazette hebdomadaire de la famille. »  Paris, 1905.
Image d’illustration.

Les oiseaux chirurgiens

Publié le

Léon Danchin
Léon Danchin

M. Fatio a fait récemment à la Société de physique générale, une intéressante communication sur les oiseaux chirurgiens. Ces volatiles qui montrent dans la construction de leurs nids une habileté merveilleuse sont aussi des « opérateurs » remarquables.

M. Fatio a spécialement étudié dans ce rôle la bécassine, bécasse de petite espèce qu’il signale à notre admiration bien méritée. D’après lui, ce volatile n’a pas son pareil pour pratiquer avec le seul concours de son bec et de ses pattes un
pansement sommaire, appliquer un emplâtre sur ses plaies, faire même une ligature à un membre blessé.

Le Médical Record rapporte quelques-uns des cas cités par M. Fatio.

Une bécassine, blessée une première fois puis tuée à la chasse, portait sur son ancienne blessure une espèce de pansement, tampon fait d’un duvet pris sur les autres parties du corps et agglutiné avec du sang caillé.

Une autre bécassine, qui avait eu les pattes et les ailes cassées par le plomb, avait à chaque patte un pansement de même genre plus ingénieusement disposé encore. Malheureusement l’oiseau, incapable de se mouvoir, était mort de faim à la place où il était tombé.

Mais le grand prix de chirurgie revient à la troisième bécassine observée par M. Fatio.

Celle-ci, ayant eu un membre brisé, avait interposé à hauteur de la fracture, et dans le sens de la longueur de la patte, deux petites brindilles de bois léger, maintenues par quelques plumes recouvertes de mousse, entourées d’une feuille roulée en spirale et le tout hermétiquement fixé comme par une sorte de glu.

Un grand chirurgien français (l’inventeur des fameuses pinces à artères) paria un jour de couper une jambe en cinq minutes, montre en main. Il commença l’opération en habit de ville sans tablier protecteur, et l’acheva prestement sans qu’une goutte  de sang eût éclaboussé l’immaculée blancheur de ses manchettes.

Certes nos volatiles n’en sont pas là encore. Convenons cependant que ce qu’elles font n’est pas mal déjà, pour des… bécasses.

« Gazette de France. » Paris, 1903.