chouette protectrice

La protectrice

Publié le

chouette-pigeonnierLes chouettes jouissent d’une très mauvaise réputation dans nos campagnes et l’on met sur leur dos quantité de méfaits dont elles sont bien innocentes : destruction de couvées, de pigeonneaux, de poussins, etc. Le préjugé est si vivace qu’aucune instruction ne peut le détruire, et il faut vraiment que la chouette s’impose par ses bienfaits pour être simplement tolérée.

Récemment une chouette réussit par de tels moyens à mériter la reconnaissance des habitants d’un moulin. Un soir, tous les pigeons du moulin étant rangés au bord du pigeonnier et roucoulant à qui mieux mieux,une chouette arrive précipitamment au milieu de la bande, sans provoquer le moindre émoi. Elle bouscule légèrement deux pigeons et se glisse dans le colombier. Enquête faite, la chouette avait son nid dans le pigeonnier, et, autour du nid, on voyait les cadavres de trois rats et d’une fouine.

Pendant longtemps il avait été impossible d’avoir des pigeons au moulin en question, tant les rats y pullulaient et les rongeurs trop audacieux, n’hésitaient pas à dévorer les jeunes. Un beau jour la chouette apparaît et sans s’inquiéter de l’émoi provoque par son arrivée, se met à croquer les rats.

Peu à peu les pigeons se sont si bien habitués à sa présence qu’ils ne se dérangent même pas pour elle, et que les couvées de pigeons ne sont plus dévorées par les rats.

« L’Écho des jeunes. » 1904.

Publicités