clown

Le clown Footit chez les aviateurs 

Publié le Mis à jour le

george-footit
George Footit, près de
sa loge, photographié par trois aviateurs

De tous les artistes qui se rendent sur le front pour les distraire, nos soldats préfèrent ceux qui les font rire. Personne peut- être ne sait les faire rire comme Footit, parce que sa fantaisie de clown, de personnage inhumain, s’étend sans limites, et personne ne les émeut peut-être davantage parce qu’il évoque leur enfance.

Tous ne sont pas des Parisiens, tous n’ont pas connu Footit, mais bien rares sont ceux qui n’ont pas admiré autrefois, dans le plus petit bourg de France, le pitre magnifique d’un cirque ambulant dont leur imagination d’enfant rendait la parade féerique. 

footitFootit obtient au front un succès considérable, et ce succès lui est cher, car il a deux fils soldats. Ces jours derniers, il alla rendre visite aux aviateurs. Les aviateurs, qui sont un peu des acrobates, le reçurent à bras ouverts et Footit se sentit comme en famille. Il s’amusa autant en voyant rire les spectateurs que les spectateurs se divertirent de ses pitreries. 

« Excelsior. » Paris, 1917.

Publicités

Clowns

Publié le

clowns

Entre deux entrées, au moment où l’on roule les tapis, où l’on ratisse la sciure de la piste, arrive, pour occuper le public, la bande grouillante des Augustes. On les voit venir avec joie et quand ils entrent en trombe, criant, se bousculant, c’est une large bouffée de rire qui nous arrive. 

Mais voici que s’avance vers nous un être étrange, au pantalon trop large, à la veste trop courte et dont le nez proéminent vise le haut des cheveux. Il a une cravate qui ressemble à un papillon phénomène et ses yeux sont remplacés par deux points d’exclamation : c’est l’Auguste de la troupe, l’homme maladroit par excellence, celui qui renverse la corbeille d’œufs frais sur la tête blonde de l’écuyère, tombe malencontreusement dans le bassin des phoques et sort de piste, traîné à vive allure par un cheval, à la queue duquel  il se cramponne désespérément ! 

Quelle impression bizarre, on ressent à s’entretenir sérieusement avec ces personnages aux visages enluminés, déformés par le maquillage. Leur accoutrement est drôle quand on les voit au cours de leur numéro, avec leur visage animé, leurs gestes désordonnés, mais là parlant tranquillement du temps qu’il fait, des petites préoccupations de chaque jour, c’est assez déconcertant. 

— Mon meilleur public ? Celui du jeudi en matinée : les enfants. Chacun de leur éclat de rire, spontané, sincère est, pour moi, une récompense, un encouragement. Car, le croiriez-vous ? la maladresse est un art véritable : vous ne pouvez vous faire une idée de  ce qu’un mouvement, une chute, un faux pas sont difficiles à rendre comiques et  naturels à la fois. 

— Peut-être, profitez-vous de vos heures de loisir pour apprendre à jouer d’un instrument de musique. 

— Oh ! j’ai bien assez de mon métier, me rétorque-t-il, cela me suffit grandement. J’ai d’ailleurs trop peu de temps pour cela : à part, quelques après-midi par semaine, pour souffler un peu et, l’été, aller à la campagne.