couture mécanique

Barthélemy Thimonnier

Publié le

thimonnier

Il est des inventions qui, pour être humbles, n’en sont pas moins précieuses, et dont l’importance, moins éclatante, n’est pas moins considérable. Celle de la machine à coudre est du nombre.

L’on ne peut dire que les épreuves des inventeurs sont proportionnées à l’apparente importance de leurs découvertes, car Thimonnier, qui imagina la machine à coudre, eut une existence des plus malheureuses. Il était né à l’Arbresle (Rhône), en 1793. A cette époque la ville de Tarare faisait exécuter beaucoup de broderies au crochet dans les montagnes de la région. C’est à cette occasion que Barthélemy Thimonnier conçut la première idée de la couture mécanique.

En 1825, étant tailleur à Saint-Étienne, il se mit à l’œuvre, et, pendant quatre ans, ignorant les premiers éléments de la mécanique, il s’ingénia à réaliser son idée. Ses ressources s’épuisèrent, mais il réussit et prit un brevet. Venu à Paris, il entra comme directeur dans une maison qui confectionnait des vêtements militaires et établit un atelier de 80 machines, mais, par une erreur commune à cette époque, les ouvriers, furieux de la concurrence de la mécanique, envahirent l’atelier et mirent en pièces les machines. Le chef de la maison étant mort sur ces entrefaites, Thimonnier dut reprendre le chemin de son pays.

Deux ans après, il veut tenter de nouveau la fortune à Paris : nouvel échec.

Il refait la route à pied, portant sa machine sur le dos et l’exhibant dans tous les endroits qu’il traverse comme une curiosité ! De retour, il construit des machines et s’associe avec un industriel de Villefranche. l’entreprise prospérait quand la Révolution de 1848 vint l’arrêter net. En 1851, Thimonnier envoie la machine à Londres pour la faire figurer à l’Exposition. La fatalité veut qu’elle arrive après l’examen du jury !

Thimonnier, découragé, se résigna. Il fit encore quelques essais de machine à coudre, mais il était épuisé de misère et de travail et il mourut en 1857.

Changeur & Spont. « Les grandes infortunes. » Paris, 1897.