délit

Permis de s’enivrer

Publié le Mis à jour le

alcool-bar

On a pu lire dans un journal américain l’entrefilet suivant :

De façon à pouvoir équilibrer son budget, l’Etat de Michigan vient de décider qu’il délivrerait désormais, à l’instar des permis de chasse, des « permis de s’enivrer » à toute personne qui en ferait la demande en l’accompagnant d’une somme de cinq dollars.

Moyennement le versement de cette somme, les titulaires des permis en question auront le droit, pendant un an, de boire, où ils voudront et tant qu’ils voudront, toutes les liqueurs alcoolisées qu’il leur plaira.

 Si pendant ce temps ils sont rencontrés en état d’ébriété, ils n’auront à craindre aucune poursuite judiciaire en dépit des lois de l’Etat qui punissent sévèrement le délit d’ivresse.

Pour être tout à fait complets, nous devons ajouter que c’est en 1893 que ces lignes ont paru…

« Le Pêle-mêle : journal hebdomadaire. »  Paris, 1930.
Egalement sur : http://anecdotesethistoire.eklablog.com/permis-de-s-enivrer-a125647182

 

Publicités

Pudeur américaine

Publié le

moulin-rouge.

Ce n’est pas seulement en France que la chasteté officielle poursuit ces malheureuses femmes qui se sont donné pour métier de montrer plus ou moins leurs charmes. Voici un projet de loi qui vient d’être soumis au Sénat de Minnesota par une de ses commissions :

« Toute femme qui, sur une scène ou sur une estrade, dans un théâtre, un café chantant ou tout autre endroit où le public est admis, exhibera devant ce public ses membres inférieurs revêtus de ce qu’on est convenu d’appeler un maillot, de telle sorte que la forme desdits membres soit parfaitement visible pour les personnes présentes, commettra un acte d’indécence grossière et de tenue lascive, et se rendra coupable d’un délit qui sera puni de à 100 dollars d’amende et de 5 à 30 jours de prison. »

« Gazette littéraire, artistique et bibliographique. »  Paris, 1891.