dévotion

Dévotion modérée

Publié le

Gedeon-Tallemant-des-Réaux.

Gédéon Tallemant des Réaux rapporte de sa première période épiscopale une anecdote qui ne le montre pas confit en dévotion.

Visitant un monastère de Carmélites où la supérieure faisait des difficultés pour lever son voile, il lui dit quand elle s’y fut décidée et  qu’elle lui eut découvert un visage fort jaune:  

Vrayment, ma mère, il falloit bien faire tant de cérémonie pour monstrer ce visage d’omelette ! Baissez, baissez votre voile !

Et il lui tourna le dos.

« Académie des sciences morales et politiques. » Paris, 1893.
Publicités

Eclairage public

Publié le

Ludwik-de-Laveaux

C’est, dit-on, à la dévotion de Louise de Lorraine, femme d’Henri III, que nous devons l’origine de l’éclairage des rues de Paris.

Elle faisait placer à tous les carrefours et sur beaucoup de maisons des madones, des anges, des crucifix, devant lesquels on allumait d’abord des lampes et des chandelles que l’on plaça ensuite dans des lanternes. Ces lumières mises là avec une intention de piété rendaient des services et donnèrent l’idée d’éclairer régulièrement les rues alors mal gardées et périlleuses à parcourir.

On rapporte d’ailleurs que le pape Sixte-Quint employa le même expédient pour assurer aux rues de Rome un éclairage qu’on ne voulait point faire à  cause de la dépense.

« Musée des familles. »  Paris, 1896.
Illustration : Ludwik de Laveaux.

Le chien dévot

Publié le Mis à jour le

chien.;

Dans une chronique de l’abbaye de Corbie (en Allemagne), on lit l’histoire d’un chien qui était en dévotion. Il écoutait la messe avec recueillement, se levant, s’agenouillant, se prosternant toutes les fois qu’il était nécessaire.

Il observait les jours maigres avec tant de scrupule, que toutes les caresses imaginables ne l’auraient pas décidé à ronger le plus petit os un jour d’abstinence. S’il apercevait quelques chiens prêts à salir les murs de l’église, il courait aussitôt et allait les mordre avec un saint zèle. S’ils aboyaient dans la cour, il ne manquait pas de sortir doucement et les mettre à la raison.

La vie de ce vertueux chien a été publié dans un ouvrage intitulé : Mélanges de l’Académie des curieux de la nature, en 1686…