Dewonshire

Mon train à moi !

Publié le Mis à jour le

train-dessin

On connaissait des souverains qui se payaient la coûteuse fantaisie d’un théâtre pour eux tout seuls. On connaît sur ce point les originales exigences du feu roi de Bavière, Louis II.

Voici qu’un lord anglais, le marquis de Dewonshire, s’est offert le luxe d’un chemin de fer qu’il exploite en personne. Il s’est fait construire une voie ferrée qui, avec des sinuosités, passe à travers ses propriétés sur une longueur de dix milles anglais. Le matériel consiste en une locomotive, un tender et un wagon pour les voyageurs, décoré princièrement.

A chaque départ, les plus jeunes membres de la famille, y compris les dames mêmes remplissent les fonctions de garde-voie ou d’aiguilleurs en se tenant avec leurs pavillons à signaux près de leurs maisonnettes de gardes. Le marquis chauffe lui-même la chaudière, il monte ensuite sur la locomotive et la lance à travers l’espace avec tous ses hôtes, à la vitesse de quarante milles anglais à l’heure.

Très souvent, il donne l’alarme à son personnel de chemin de fer, c’est-à-dire à sa famille, au beau milieu de la nuit. Ses hôtes se jettent à bas de leur lit, courent au wagon, qui bientôt dans une course folle dévore l’espace sous les flots de lumière électrique qui éclaire le paysage.

« Le Réveil de la Haute-Saône. »   Vesoul, 1895.
Illustration : activitesbebes.com

Publicités