Doctoresse Houdré-Boursin

Le ménage est-il un sport ?

Publié le Mis à jour le

alexandre-le-bienheureux

Malgré les indéniables progrès que l’exercice physique en général a fait dans l’esprit du public, il reste encore une prévention très répandue contre les sports féminins. Aussi, tout récemment, je recevais une lettre à peine aimable, dont l’auteur m’enjoignait de déclarer que le meilleur sport pour la femme, c’est le ménage.

menage-1

Quel que soit mon désir de me mettre d’accord avec mes contemporains, il m’est pourtant impossible d’acquiescer à cette proposition. Non, le ménage n’est pas un sport.

Le mot « sport » signifie avant tout « jeux ». Or, les travaux du ménage sont une fatigue et, en bien des cas, un ennui. S’ils représentaient un jeu, nos frères, nos maris, se disputeraient le plaisir de faire la vaisselle et de cirer les chaussures…  toutes les besognes qu’on laisse à Cendrillon.

menage-2

Les besognes ménagères ne développent pas le corps, ne le perfectionnent pas. Les gestes qu’il faut faire pour balayer, éplucher les légumes, raccommoder, sont tous, plus ou moins, des gestes incomplets, étriqués, qui mettent la colonne vertébrale en flexion et ferment le thorax.

menage-3

Le geste qui allonge, qui étend, qui dilate les côtes est exceptionnel en matière de ménage. Regardez les femmes auxquelles la vie a imposé exclusivement ces humbles travaux : sauf de rares exceptions, elles ont le dos voûté, la poitrine étroite, les épaules proéminentes, la peau grise et ridée précocement. Cela ne signifie pas qu’une sportive qui se respecte doive renoncer à être une ménagère, au contraire. Il y a moyen de discipliner et de modifier le travail ménager de telle sorte qu’il ne soit plus nocif.

Doctoresse Houdré-Boursin « La Revue limousine : revue régionale. »  Limoges, 1931.
Photo : Philippe Noiret : »Alexandre le bienheureux. », film de Yves Robert. 1968.