eau bénite

Loup-garou, sorcellerie et boudin

Publié le Mis à jour le

 Thorembais

A la limite de Thorembais St-Trond, Thorembais-les-Béguines et Perwez, il existe au croisement du chemin une énorme pierre, espèce de monolithe où furent brûlées jadis des sorcières.

Il y a encore un lieu dit « Buisson des Sorcières », où elle se réunissaient la nuit. Mais la place principal de réunions et de danses des sorcières se trouvait aux 4 chemins entre Thorembais et Perwez. Bien souvent le soir on entendait, même du village, la musique des sorcières dans les airs. Un jour un habitant de Thorembais qui était loup-garou, fut trouvé étranglé par les sorcières, pour ne pas avoir bien rempli les devoirs de sa charge.

Il existait également à Thorembais le « moulin du philosophe ». Ce nom de philosophe avait été donné au propriétaire du moulin, à cause de ses pouvoirs. Ce sorcier avait la spécialité d’attirer le boudin et chacun pouvait constater qu’il ne manquait jamais au moulin. Malheur à la fermière qui n’avait pas versé de l’eau bénite dans sa marmite à cuire les boudins… elle pouvait être certaine qu’après la cuisson elle n’en retrouverait plus qu’une partie et même plus du tout.

« Le Folklore brabançon : Bulletin du Service provincial de recherches historiques et folkloriques. »  Bruxelles, 1927.
Publicités

Le cul-de-jatte

Publié le Mis à jour le

cul-de-jatte

Favart raconte l’histoire d’un cul-de-jatte mendiant, alors connu de tout Paris (1763).

Cet homme donnait de l’eau bénite le matin à Notre-Dame, ensuite il parcourait la ville et les environs à l’aide de deux petits chevalets, qu’il employait avec beaucoup de force et d’habileté. Le coquin avait une face d’une largeur superbe, il était gros à proportion, et, à en juger par son tronçon, il aurait eu près de six pieds s’il n’eut pas été mutilé. A son embonpoint, sa rougeur, sa vigueur, on pouvait juger qu’il était abondamment nourri. Rien ne lui manquait pour être heureux que d’être honnête homme.

Un jour, sur la route de Saint-Denis, il demande l’aumône à une femme qui passait. Elle lui jette une pièce de douze sous. Il la prie de la lui ramasser, ce qu’il ne peut faire lui-même. Tandis que la brave dame se baisse, il s’approche, lui décharge sur la tête un coup de maillet, et, voyant qu’elle n’est pas morte, lui coupe le cou et la vole.

Cette action est aperçue. On saisit l’assassin, on le mène en prison. Interrogé, il avoue que depuis vingt ans il fait ce métier et que ses victimes sont nombreuses.

Il plaisante d’ailleurs sur sa situation, et dit qu’il ne peut jamais être rompu qu’à moitié, car il défie bien le  bourreau de lui casser les jambes.

« Curiosités historiques et littéraires. »  Eugène Muller, Paris, 1897.