Edouard Herriot

La Maison des Mères

Publié le Mis à jour le

maison-des-meres-herriotIl semble tout de même qu’on se décide à respecter la maternité, en toutes circonstances. Récemment, Edouard Herriot, maire de Lyon, ministre de l’instruction publique, a inauguré une annexe de la Maison des Mères, de Gerland.

On sait que cette maison accueille toute femme enceinte d’où qu’elle vienne, sans lui demander le moindre renseignement d’identité, et l’héberge jusqu’ à son accouchement, qui a lieu en principe à la Charité.

M. Herriot a voulu compléter cette œuvre en créant une nourricerie de vingt-cinq lits et vingt-cinq berceaux. Lorsque le bébé viendra au monde, les mamans pourront maintenant revenir à leur maison pour allaiter l’enfant les premiers mois de son existence. La Maison des Mères a eu pour résultat de réduire l’avortement et l’infanticide et de donner la vie à des bébés pleins de santé.

En supposant même, dit M. Herriot, que la mère n’ait pas eu une conduite irréprochable, il existe un être sacré pour nous, c’est l’enfant. On a accusé récemment encore les démocrates de ne pas s’intéresser à la natalité. Voilà notre réponse. 

Rappelons que M. Herriot a déposé un projet de loi pour demander la création d’une maison des mères par département.

« La Revue limousine : revue régionale. »  Limoges, 1927.
Publicités

L’Esperanto et la police

Publié le Mis à jour le

esperanto

M. Raoul Brandon, conseiller municipal, vice-président du Conseil général, présentera un voeu pour que l’Espéranto soit enseigné à un certain nombre d’agents de police. L’Espéranto est devenu, assurent ses fidèles, une langue vivante, parlée dans le monde entier, enseignée dans de nombreuses écoles.

En France, le ministre de l’Instruction Publique, M. Edouard Herriot, s’est fait représenter par des Recteurs d’Académie à divers congrès esperantistes, ainsi, d’ailleurs, que le ministre de la guerre, M. Paul Painlevé, et plusieurs autres ministres.

De nombreux savants : le général Ferrié, Charles Lallemand, Louis Lumière, Charles Richet, Dr Roux, général Sebert, etc., patronnent l’Espéranto. Dans le domaine commercial, citons la Chambre de Commerce de Paris, qui fait usage de l’Esperanto dans ses imprimés, et dont le distingué Président, M. André Baudet, parle et écrit en cette langue.

Il est certain que l’Espéranto pourrait devenir une langue internationale si tous ceux qui la parlent avaient la même prononciation (ce qui n’est pas le cas, malheureusement), les promoteurs de cette langue n’ayant pas fait, à ma connaissance, le nécessaire pour uniformiser la prononciation et l’accent.

« Le Détective. »   Paris, 1928.