épris de justice

Simple erreur

Publié le Mis à jour le

tribunalC’est délicieux. Vous allez dans la rue, nez au vent et crinière en bataille, lorsqu’un monsieur s’approche et, sans préambule, vous introduit dans le ventre le contenu de son revolver.

Des agents surviennent qui évacuent le coupable sur le commissariat et vous font transporter à l’hôpital dans le plus fâcheux des états.

En guise de stimulant, une âme charitable s’empresse de vous dévoiler que les munitions dont votre corps est empli sont entrées la par erreur et qu’elles étaient destinées à Paul, un vilain personnage qui couche avec une femme qui ne lui appartient pas. Entièrement consolé par cette révélation sensationnelle, vous vous prêtez de bonne grâce aux fouilles tentées par le chirurgien qui finit par mettre à jour la cargaison de projectiles.

Soulagé d’un gros poids, vous commencez à reprendre haleine, mais ce n’est pas pour longtemps. Les déchirures sont béantes et le lendemain vous expirez bien simplement sans sourciller.

avocatsPendant ce temps, votre meurtrier s’efforce de regretter son acte, songe à son épouse infidèle, s’étonne de la fragilité des vies humaines, puis choisit un avocat de grand talent, expert en l’art d’attendrir les jurés et susceptible d’arracher un acquittement salué par les acclamations d’un auditoire épris de justice.

Tout est ainsi dans l’ordre, n’est-ce pas ? et qui oserait protester ?

« Le Détective. »  Paris, 1928.

Publicités