Étiquette : Etats-Unis

Duel dans les airs

ballons

Il n’est pas une invention, une découverte dont l’homme n’ait fait un instrument de meurtre. Les ballons mêmes, que l’on n’a pas encore pu diriger, ont vu, le 25 septembre dernier, une lutte fratricide qui a épouvanté une petite ville des Etats-Unis.

Johnny Freeman, ardent abolitionniste, se faisait remarquer dans les meetings et les prêches de l’Union par ses opinions favorables à la liberté des esclaves. A la puissance de la parole, Johnny voulut joindre des actes plus significatifs. Il acheta à ses frais trente mille exemplaires de la Case de l’oncle Tom, et les fit distribuer dans les Etats-Unis du sud. Un possesseur d’esclaves de la Virginie, Henri Albright, essaya de s’opposer à cette propagande. De là une haine ter-rible entre Henry et Johnny, et il devint manifeste pour tous deux que l’un ou l’autre était de trop sur cette terre.

Il fut convenu que l’on se battrait à mort. Les deux adversaires seraient placés chacun dans un ballon, ils auraient le droit d’emporter avec eux les armes qu’ils voudraient, canons, mortiers, fusils ou carabines.

Henry et Johnny ne communiquèrent leur projet à qui que ce soit, de peur que l’autorité n’en eût connaissance et ne mît obstacle au combat. Ils prirent en secret des leçons d’un célèbre aéronaute français, et, le 25 septembre, ils convoquaient la population à assister à leur ascension. A trois heures, les deux ballons s’élevèrent majestueusement. Henry emportait dans sa nacelle un petit mortier, quant à Johnny, ils’était contenté de prendre une douzaine de ces longues carabines qui servent aux coureurs des bois.

Les spectateurs se demandaient dans quel but les deux voyageurs se chargeaient de ces armes. Leur curiosité ne tarda pas à être satisfaite. En effet, les ballons, qui d’abord avaient évolué presque côte à côte, venaient de se séparer brusquement. Johnny, par une manœuvre des plus savantes, s’élevant au-dessus de son ennemi, lui tira un coup de fusil. Henry Albright, jetant un peu de lest, put éviter la terrible décharge. Il nous faudrait la plume d’un habile stratégiste pour décrire les péripéties de cette lutte mémorable, les élévations, les descentes, les passages à gauche, les passages à droite, etc.

Bornons-nous à dire qu’à quatre heures les adversaires n’avaient pu encore s’endommager, lorsque Henry mit le feu à son mortier, la bombe vint frapper le ballon de Johnny. Celui-ci se sentit perdu, mais il ne voulut pas mourir seul : au moment où son ballon passe auprès de celui d’Albright, Freeman vise son ennemi et l’atteint à la tempe.

Quelques secondes après, on relevait deux cadavres sanglants !

Pillet ainé. « Almanach de la Champagne et de la Brie. » Troyes, 1856.

Billy le hors-la-loi

billy-the-kid

Le Courrier des Etats-Unis nous apporte le récit de la mort, à Las Negras, dans le Nouveau-Mexique, du fameux bandit Billy the Kid, qui était légendaire en Amérique.

Depuis sa dernière évasion de la prison de Lincoln, Billy vivait avec des Mexicains et avait adopté leur costume. Pat Garrett, shérif du comté de Lincoln, ayant eu connaissance des endroits qu’il fréquentait, est allé samedi à minuit dans la résidence d’un éleveur de bétail, nommé Pete Maxwell, à Fort Summer. Il y était depuis une vingtaine de minutes quand Billy a fait son entrée, sans chaussures, un couteau ouvert à la main, apparemment pour acheter de la viande. 

En apercevant le shérif, Billy the Kid a exhibé un revolver et demandé à Maxwell quel était cet étranger. Maxwell, au lieu de répondre, s’est jeté vivement sur le plancher et a rampé sous le lit. Le brigand, en s’avançant lentement vers Garrett, s’est exposé au clair de la lune, qui pénétrait par la fenêtre, et Pat Garrett, prompt comme l’éclair, lui a tiré dessus. Le bandit est tombé à la renverse, serrant un couteau dans une main, un revolver dans l’autre. La balle lui avait traversé le cœur, et sa mort avait été instantanée, très heureusement pour le shérif qui, sans cela, ne serait pas sorti vivant de la chambre, car le Kid était un tireur de premier ordre. 

La nouvelle que le brigand était tué a causé des réjouissances dans tout le pays, dont il avait juré de massacrer les plus nobles habitants. Le nombre de ceux qui avaient déjà péri par ses mains est de dix-huit, preuve qu’il entendait tenir son serment.

Billy the Kid était natif de la ville de New York et s’appelait de son vrai nom William Henry Mac Carthy.

« Gil Blas. » Paris, 1881.

Bars recyclés

bar-librairie-new-york

Depuis que la vente et la consommation de l’alcool ou des boissons alcoolisées sont interdites aux États-Unis, la vie du pays s’en trouve singulièrement changée.

Les cafés n’existent pas en Amérique, mais les bars y étaient extrêmement nombreux. Les commerçants qui vivaient de la vente des boissons ont dû chercher d’autres occupations et on transforme, actuellement, tous les bars. Beaucoup sont déjà devenus des librairies. L’une de celles-ci a été inaugurée récemment à New York par des hommes de lettres.

bar-jouets-new-york

Un bar recyclé servant des jouets : quelle bonne idée ! 😀

« Le Miroir. »Paris, 1919.

Autogobistes

expendables

D’après le professeur Mac Gee, de New York, les Américains des Etats-Unis seront les plus nobles types humains de l’avenir. 

L’Américain d’aujourd’hui, dit-il, est plus cultivé, plus vigoureux et plus noble, physiquement et moralement, que tous les autres peuples. Par des croisements successifs, on obtiendra la grande race de l’avenir et on arrivera progressivement à réduire les cinq races actuellement existantes à une seule : le type américain. Celui-ci résumera en lui toutes les qualités des autres races. L’Américain de demain sera plus grand, plus fort, plus intelligent; il vivra plus longtemps que celui d’aujourd’hui.  

Il est à remarquer que les professeurs américains ne sont pas tous du même avis, puisqu’il y a quelques semaines seulement un autre professeur, d’université n’a pas hésité à dire que, dans cent ans, tous les Américains seraient fous.

C’est le cas de dire qu’aux Etats-Unis les extrêmes se touchent.

« Le Radical. »  Paris, 1907.
Illustration : Expendables : Unité spécialeUSA, 2010.

L’occultisme ou le ouija américain

oui-ja

Les Américains sont déconcertants. Un savant du Michigan affirme que le psychisme fait fureur, en ce moment, aux Etats Unis. Les tables tournantes sont vieux jeu.

On vient d’inventer, patenter et lancer le Ouija Board. C’est une planchette triangulaire montée sur un trépied mobile, lequel se promène sur un tableau carré où des lettres sont marquées. On place les doigts sur la planchette, l’Esprit ! la conduit. Il l’arrête sur telles lettres dont l’ensemble forme des mots, puis des phrases. Voilà la communication avec l’au-delà ! Le Ouija est partout et sans cesse consulté pour les moindres événements.

Un procès retentissant met, en ce moment, le Ouija à l’ordre du jour. Un riche veuf américain, Rigal, a promis mariage à Mrs. Cecilia Green, il y a un an. Aujourd’hui, il refuse de conduire à l’autel sa fiancée, sous prétexte que son Ouija l’a gentiment déconseillé de tenter un second mariage. Cecilia exige 50 000 dollars de dédit.

Les juges sont perplexes S’ils donnent raison au Ouija, si de par ce verdict, la rupture du Ouija devient légale, les procès vont affluer et de beaux jours se préparent pour les avocats des Etats-Unis. S’il lui donnent tort les dames sentimentales se récrieront à la pensée qu’on condamne un bel exemple de piété conjugale : un marié qui veut rester fidèle au souvenir de sa défunte épouse.

« Le Semeur algérien. »  Alger, 1920.

Huitres

jean-francois-de-troy

Voici les mois en r et les délicieuses huîtres vont ravir les gourmets. En France nous prêterons déguster ce mets savoureux à l’état de nature ou à peine d’une goutte de citron qui (assurent les âmes sensibles) tue le mollusque avant son ingestion. Charité à la fois, généreuse et agréable (c’est si rare !…)

Les Américains, gens subtils, ont créé bien d’autres recettes. Les Yankees adorent les huîtres gratinées, sorties de leur coquille, séchées au four et rissolées avec un morceau de bacon. L’omelette aux huîtres est également très appréciée aux États-Unis. Dans les huîtres à la Niewburg on fait sauter au beurre en ajoutant un bon verre de sherry, après l’adjonction d’une liaison de jaunes d’oeufs et de crème double, on assaisonne au poivre de Cayenne et à la muscade. Les chaud-froid d’huîtres enfin mêlent les champignons, les truffes, la muscade à une sauce suprême.

Nous détenons cependant la timbale avec ces fameuses huîtres qui, assure-t-on, furent servies, crues, par le chevalier d’Orsay à ses invitées, au Grand Seize, chacune contenant une authentique perle fine. On avait prévenu les convives…

« La Femme de France. »  Paris, 1927.
Peinture de Jean-François de Troy.