évadé

Sauvé de la guillotine

Publié le Mis à jour le

Place_de_la_Révolution_exécution_capitaleLe héros de l’histoire qu’on va lire est tout à fait obscur. Mais son extraordinaire aventure valait sans doute la peine d’être rapportée. Elle est racontée dans les Mémoires du comte de Vaublanc, qui était député royaliste à l’Assemblée législative, et qui, proscrit sous la Terreur, devint plus tard préfet de l’Empire, et, sous la Restauration, ministre de l’intérieur.

Un gentilhomme, nommé M. de Châteaubrun, avait été condamné à mort par le tribunal révolutionnaire; il avait été mis sur le fatal tombereau et conduit au lieu de l’exécution, place de la Révolution.  Il fut conduit au supplice avec vingt autres malheureuses victimes. Après douze ou quinze exécutions, une partie de l’horrible instrument se brisa; on fit venir un ouvrier pour le réparer. Le condamné était avec les autres victimes auprès de l’échafaud, les mains liées derrière le dos.

La réparation fut longue. Le jour commençait à baisser; la foule très nombreuse des spectateurs était occupée du travail qu’on faisait à la guillotine bien plus que des victimes qui attendaient la mort; tous, et les gendarmes eux-mêmes, avaient les yeux attachés sur l’échafaud. Résigné, mais affaibli, le condamné se laissait aller sur les personnes qui étaient derrière lui. Pressées par le poids de son corps, elles lui firent place machinalement; d’autres firent de même, toujours occupées du spectacle qui captivait tant leur attention. Insensiblement, il se trouva dans les derniers rangs de la foule, sans l’avoir cherché, sans y avoir pensé. L’instrument rétabli, les supplices recommencèrent; on en pressa la fin.

Une nuit sombre dispersa les bourreaux et les spectateurs. Entraîné par la foule, il fut d’abord étonné de sa situation; mais il conçut bientôt l’espoir de se sauver. Il se rendit aux Champs-Elysées; là, il s’adressa à un homme qui lui parut être un ouvrier. Il lui dit en riant que des camarades, avec qui il badinait, lui avaient attaché les mains derrière le dos et pris son chapeau, en lui disant de l’aller chercher. Il pria cet homme de couper les cordes. L’ouvrier avait un couteau et les coupa, en riant du tour qu’on lui racontait. M. de Châteaubrun lui proposa de le régaler dans un des cabarets qui sont aux Champs-Elysées.

Pendant ce petit repas, il paraissait attendre que ses camarades vinssent lui rendre son chapeau; ne les voyant pas arriver, il pria son convive de porter un billet à un de ses amis qu’il voulait prier de lui apporter un chapeau, parce qu’il ne pouvait pas traverser les rues tête nue. Il ajoutait que cet ami lui apporterait de l’argent, et que ses camarades avaient pris sa bourse en jouant avec lui. Ce brave homme crut tout ce que lui disait M. de Châteaubrun, se chargea du billet et revint une demi-heure après avec cet ami.

 » Les évasions célèbres: d’après les récits des historiens, mémoires et correspondances … » Hachette et Cie, Paris, 1902.

Voir également: https://gavroche60.com/2014/07/20/pierre-francois-gossin-le-resigne/

Publicités