faire-part

Grand-père

Publié le

benjamin-rabier

Le maître Benjamin Rabier eut la joie d’être deux fois grand-père, le 28 avril 1921. 

Voici comment il illustra les cartes de faire-part envoyées à ses amis et connaissances, pour leur annoncer l’heureuse naissance de Jeanine et de Benjamine, ses petites-filles. 

Inutile de dire combien cette lettre de faire-part eut de succès.

Billet de mariage

Publié le Mis à jour le

mariage

Voici un billet de mariage qui montre jusqu’où peut aller le ridicule de la manie des titres, il a longtemps circulé dans le département de l’Eure :

Honneur et patrie

Monsieur le chevalier Fiquet de Montauban, membre de la Légion d’honneur, etc., ancien officier au ci-devant 29e régiment d’infanterie de ligne, où Il a servi pendant trente-sept ans treize jours, campagnes comprises, dans le même régiment, retraité et pensionné du gouvernement, ancien membre du conseil d’administration au susdit régiment, juge du premier conseil de guerre (huitième division militaire), y ayant rempli les fonctions d’adjudant-major, d’officier payeur, de capitaine d’habillement, équipement, armement, etc.; ayant commandé une colonne mobile dans le département de l’Arno, commandant la garde bourgeoise de la ville de Breteuil (Eure) à l’occasion de la fête que celle ville donna pour le baptême de S. A. R. monseigneur le duc de Bordeaux, le dimanche 6 mai 1821, commandant le service de surveillance contre l’incendie, pendant les mois de mai et juin 1821, portant titre de garde nationale, d’après la lettre de M. le préfet de l’Eure, en date du 5 mars 1812, adressée à M. de Barrey de Bordigny, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, maire de Breteuil, et depuis la commande, quand les circonstances et l’autorité le requièrent; membre du conseil de la fabrique et de la charité de l’église paroissiale de Saint-Sulpice de la susdite ville,

A l’honneur de vous faire part de son mariage avec très noble dame Marie Françoise Damouville Desnots de Montauban, fille de messire noble Jacques Charles Nicolas Damouville, chevalier, seigneur Desnots de la Baumière de Vatteport, etc., gentilhomme, écuyer, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, lieutenant des maréchaux de France, soeur de très noble dame Catherine-Elisabeth Damouville Desnots de Milleret Delacour, parente du très haut et très puissant seigneur monseigneur Charles-Auguste Fouquet de Belle-Isle, duc de Gisors, pair et maréchal de France, prince du Saint-Empire romain, chevalier des ordres du Roi et de la Toison d’or, gouverneur des ville, citadelle de Metz et pays messin, commandant en chef dans les trois évêchés, lieutenant général des duchés de Lorraine et de Bar, et ci-devant ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de sa majesté à la diète convoquée à Francfort, pour l’élection de l’empereur Charles VI; veuve de messire noble Claude Laurent de Madelines, sieur de Portes, gentilhomme, écuyer; qui a été célébrée sous l’auspice des décrets de l’adorable auteur de la nature, en l’église paroissiale de Saint-Sulpice de la ville de Breteuil (Eure).

« Les mille et une anecdotes… » Paris, 1854.

Un étrange faire-part

Publié le Mis à jour le

corde pendu« Le Révérend Philip-A. Goodwin a l’honneur de vous inviter à sa pendaison par les autorités de l’Etat de la Californie, dans la prison de Saint-Quentin, le 14 janvier 1927. »

Tel est, incontestablement, le plus étrange faire-part qui fut jamais envoyé.Goodwin, qui vient de mourir à l’âge de trente ans, fut successivement soldat, acteur et clergyman.

Tout en présidant aux destinées d’une petite paroisse de Los Angeles, il fut accusé, il y a quelque temps, d’avoir assassiné un de ses meilleurs amis, Patterson, lors d’une promenade en automobile dans une des nombreuses passes solitaires de la Californie. Le vol était le mobile du meurtre; on avait retrouvé le corps du malheureux Patterson en partie brûlé et le crâne défoncé..

Lorsque Goodwin découvrit que les lois de la Californie lui permettaient de convier cinq personnes de son choix à son exécution, il n’hésita point à profiter de cette dernière liberté. D’où cette idée de l’invitation, établie avec beaucoup de goût du reste, sur un papier épais, gravé à la gothique, et encadré d’un élégant liséré de deuil. Il paraît que son choix a porté sur trois vedettes de cinéma, un gardien de la prison, qui lui fut particulièrement sympathique, et un journaliste dont les comptes rendus du meurtre avaient beaucoup amusé le meurtrier. Les journaux ont gardé le secret en ce qui touche le nom des actrices de cinéma.

L’Amérique se vantera-t-elle de détenir ce nouveau record ? Il est, en effet, difficile de trouver p!us d’originalité dans une réception mondaine ou intime !

in Les Annales politiques et littéraires.  Paris, 1927.