faiseur de pluie

Charles Mallory Hatfield – Le faiseur de pluie

Publié le Mis à jour le

Charles-Mallory-Hatfield Il pouvait faire pleuvoir à volonté, simplement en produisant des fumées à partir de réactions chimiques qu’il a gardées pour lui.

Bien entendu, la science officielle affirme que ce n’est que par les méthodes consistant à pulvériser des cristaux à partir d’un avion, qu’on peut faire pleuvoir. Les statiticiens affirment par contre que cette méthode donne des résultats purement au hasard. Les querelles entre savants sont très dures à ce sujet. Hatfield, lui, réussissait à tous les coups, et son histoire mérite d’être reprise dans les détails.

En 1902, il est représentant voyageur de commerce en machines à coudre. Il n’a jamais fait d’études, mais il lit beaucoup. Très calme et très modeste, il prétendra toujours utiliser des phénomènes naturels qu’il comprend lui même très mal.

Il fait son premier travail de faiseur de pluie commercial en 1903, près de Los Angeles.

Il aura rempli en 25 ans 500 contrats à des prix allant de 50 à 10 000 dollars, le prix étant déterminé par ce que le client peut payer sans que ça le lèse. Il n’échouera jamais.

La municipalité de Los Angeles lui demande de remplir le bac de retenue. Pour quatre mille dollars, il obtient 25 cm de pluie au pluviomètre et l’eau dans le bac de retenue monte de six mètres. En le payant, la municipalité fait ce commentaire :  » C’est pour rien. » La rumeur des pouvoir de Hatfield se propage dans le monde entier. En Alaska, les torrents sont à sec en 1906. Les mineurs ne peuvent plus utiliser le procédé classique de lavage pour l’extraction de l’or, qui exige de l’eau. Ils se cotisent et offrent à Hatfield 10 000 dollars d’or.

Trente-six heures après que Hatfield se soit mis en action, la pluie qui les sauvera tombera.

En 1922 l’Italie est en détresse. Tout le mezzogiorno est desséché. Hatfield arrive au secours. La pluie tombe , les champs sont sauvé. Tous les bacs de retenue sont remplis. La gloire de Hatfield devient mondiale

Dans le désert de Modave, en Californie, il obtiendra au bout de trois heures un mètre de pluie. Cela ne s’était jamais produit. Cela ne se produira jamais après.

Il mourra le 22 janvier 1958, en Californie. Malgré un demi-siècle de vérifications expérimentales constantes, 2 000 expériences réussies et aucune expérience ratée, la science refusera de croire à sa méthode. A côté d’un tel entêtement, Lavoisier refusant les météorites parce qu’il n’y a pas de pierres dans le ciel est un modèle de crédulité.

Hatfield parait avoir eu une affinité avec l’atmosphère et il était le seul parmi les hommes à l’avoir. Ce marchand de machines à coudre californien mériterait que la science se penche sur lui. Il est regrettable qu’elle ne l’ait pas fait pendant qu’il était encore vivant.

http://mystere-et-insolite.lo.gs/charles-mallory-hatfield-le-faiseur-de-pluie-a38920066