fantôme servante

Frédéric II et le fantôme de la bonne du curé

Publié le Mis à jour le

bonne-curé

Il y avait en 1762 dans un petit village de Prusse nommé Quarrey, un brave curé, l’abbé Hartmann, dont la vieille bonne Angelica était une véritable perle.

Levée à l’aube, couchée la dernière, elle faisait une cuisine délicieuse, cirait une fois par semaine les parquets du presbytère, savait, comme pas une, laver et repasser soutanes, surplis et nappes d’autel, brodait d’admirables étoles, réussissait à merveille les tartes et les confitures et trouvait encore le temps de faire, le soir à la veillée, une partie de dominos avec son maître; ce maître auquel elle vouait un véritable culte et qu’elle soignait comme un enfant.

Son rôle ne se bornait pas, d’ailleurs, à tenir la maison et à fleurir l’autel. Elle bêchait aussi le jardin, sonnait les cloches à l’angélus et savait protéger farouchement l’abbé Hartmann contre les importuns. Il ne fallait pas venir sonner à la porte du presbytère à l’heure où le brave curé, l’estomac rempli de saucisses aux choux arrosées d’un verre de schnaps, faisait sa sieste. Angelica, cessant pour un moment d’être la douce et humble personne qui glissait sans bruit dans les couloirs du presbytère, devenait un véritable chien de garde.

Monsieur le curé est occupé ! glapissait-elle. Revenez plus tard !

Plusieurs paroissiens, qui s’étaient permis d’insister, avaient dû fuir sous la menace d’un gourdin qu’Angelica, dans son désir de protéger le sommeil de son saint homme, n’hésitait pas à brandir avec fureur. On racontait même qu’un jour, elle avait botté le derrière d’une bigote, véritable punaise de sacristie qui venait pour la dixième fois demander au curé de lui bénir un moule à gaufres reproduisant le portrait de saint Irénée … Bref, Angelica n’était pas seulement une maîtresse de maison accomplie. C’était aussi une maîtresse-femme …

  Quand je ne serai plus là, disait-elle souvent, je me demande ce que vous deviendrez, monsieur le curé !

Le brave abbé Hartmann la rassurait:

  – Angelica, vous nous enterrerez tous ! … Et vous ferez encore des confitures de mirabelles alors que nos os, depuis longtemps, ne seront plus que poussière …

Mais le saint homme propose et Dieu dispose … Un jour de novembre 1762, la bonne et vigilante Angelica rentra du lavoir en claquant des dents, se coucha avec de la fièvre non sans avoir préparé pour son maître une succulente perdrix aux marrons, et, sans une plainte, trépassa de ce monde dans l’autre.

Naturellement, la peine de l’abbé Hartmann fut immense. Et c’est la mort dans l’âme qu’après avoir enterré la malheureuse Angelica, le curé engagea une nouvelle servante. Celle-ci se nommait Frida. Elle avait tout juste quarante ans, l’âge canonique imposé alors aux bonnes des ecclésiastiques et paraissait pleine de bonne volonté. Elle vint s’installer le 12 novembre au presbytère. C’est le lendemain qu’eurent lieu les premiers faits bizarres.

Ce jour-là, Frida se lève à l’aube. Elle descend à la cuisine et ce qu’elle voit la fige sur le seuil: la cuisinière est allumée, une soupe à la citrouille (le régal de l’abbé Hartmann) est en train de mijoter doucement; le carrelage a été lavé; sur la table, des légumes sont épluchés. Stupéfaite, elle entre dans la salle à manger pour préparer le feu. C’est inutile: les flammes dansent dans la cheminée et la pièce est déjà tiède. Qu’est-ce que cela signifie ?

Soudain, Frida devient rouge de confusion. Serait-ce monsieur le curé qui, levé avant elle, aurait tout préparé pour lui faire honte ? Elle entend justement son pas dans l’escalier. Elle se précipite:

Excusez-moi, monsieur le curé …
Pourquoi donc ?
C’est vous, n’est-ce pas, qui avez tout préparé ?
– Préparé quoi ?
Mais … le feu, la soupe et les légumes que j’ai trouvés en me levant … Sans parler du carrelage que vous avez lavé …
Moi ? D’abord, ma bonne Frida, je ne sais rien faire de tout cela, et puis, je viens tout juste de me lever …  Allons, allons, vous n’étiez pas bien réveillée …

Et l’abbé s’en va dire sa messe. Quand il revient, il se met à table.

– Oh ! de la soupe à la citrouille ! Comment avez-vous deviné que c’était mon plat préféré ?
– Je n’ai rien deviné, monsieur le curé, puisque je vous ai dit qu’elle cuisait quand je suis descendue …

Le curé fronce les sourcils. Il se demande si sa nouvelle servante a bien toute sa raison. A ce moment, un bruit vient de la cour: quelqu’un est en train de tourner la manivelle du puits. Frida et le curé se précipitent et trouvent sur la margelle un seau rempli d’eau. La chaîne bouge encore.

– Voyez, dit Frida, ça continue …

Cette fois, l’abbé Hertmann est perplexe. Et il l’est bien davantage lorsqu’il apprend, une demi-heure plus tard, que son lit a été refait par des mains mystérieuses et qu’une pintade a été retrouvée sur la table de la cuisine, tuée, plumée, vidée, prête à être embrochée … Alors Frida prend peur:

– Je ne vais pas rester ici, monsieur le curé … Il y a un fantôme …
– Mais non, mais non, dit l’abbé … Les fantômes n’existent pas …

Mais dans son for intérieur, il commence à se demander si Angelica n’est pas pour quelque chose dans ces phénomènes étranges.

Au cours de la matinée, Frida, de plus en plus épouvantée, trouve la maison balayée, époussetée, le bois coupé en bûches, le vin tiré. Finalement, elle monte se refugier dans sa chambre. Quand elle redescent pour préparer le repas, elle découvre le couvert mis, la pintade cuite à point, la salade préparée, du pain frais et une tarte aux poires toute chaude. Alors, elle remonte dans sa chambre, prend ses affaires, et va trouver l’abbé Hartmann:

– Je m’en vais, monsieur le curé, dit-elle en pleurant. Je n’ai plus rien à faire ici. Quelqu’un fait tout à ma place. Ce n’est plus tenable ! … Excusez-moi, mais j’ai trop peur

Et s’étant signée, elle quitte le presbytère en courant.

A partir de ce moment, l’abbé Hartmann va vivre des jours extraordinaires. « Quelqu’un » d’invisible fait sa vaisselle, prépare ses repas, lave et repasse son linge, bêche son jardin et sonne l’angélus. Rapidement, toute la ville, mise au courant par Frida, ne parle que des prodiges qui se déroulent au presbytère. On vient en foule voir la manivelle du puits tourner toute seule, les assiettes traverser l’espace et se poser sur la table, le couteau éplucher les légumes et le fer à repasser se promener sur les chemises et les surplis.

Bientôt, ces manifestations étranges sont connues dans la province entière, et un jour, le roi de Prusse Frédéric II lui-même en est informé. Il ordonne sur le champ à un capitaine et un lieutenant de sa garde d’aller voir ce qui se passe.
Les deux officiers arrivent le lendemain à Quarrey et se précipite au presbytère.

– Il paraît qu’il y a un fantôme ici ? dit le capitaine en riant.

Mais il s’arrête car là, devant lui, dans le jardin, une brouette roule toute seule.

– Mais c’est le Diable ! dit-il.

Aussitôt, il reçoit, en même temps, un formidable coup de pied au derrière et une magistrale paire de gifles.

Et dès lors, personne, dans le petit village prussien, ne douta plus qu’il s’agissait là du fantôme de la brave et énergique Angelica …

« Nouvelles histoires magiques. »  Guy Breton & Louis Pauwels, Albin Michel 1978.

La maison hantée de l’avenue Frochot : écrin maléfique

Publié le Mis à jour le

Sylvie Vartan a vécu dans cette maison avant de la fuir rapidement.Au coin d’une avenue privée située entre Pigalle et Saint-Georges, se cache une maison à la légende inquiétante. Tout le quartier entretient sa prétendue malédiction.

On n’accède pas à l’avenue Frochot par hasard. Une imposante grille noire barre le passage. Au cœur du 9e arrondissement, cette impasse privée abrite des villas cossues aux anciens propriétaires célèbres (Django Reinhardt et Jean Renoir). À l’entrée, depuis sa loge, Jean-Pierre le concierge bourru garde l’avenue et ses mystères. Au numéro 1, une clôture dissimule une demeure néo-gothique à la façade ocre. Dans la cour jonchée de feuilles mortes, un angelot noir souffle dans une corne au milieu d’une fontaine asséchée. Derrière les arbres, la fenêtre principale ressemble à un vitrail de cathédrale. La porte d’entrée est surmontée d’une gargouille. Le vitrail laisse deviner une décoration intérieure d’objets d’arts précieux. Une ambiance particulière qui a contribué à sa réputation. La demeure serait hantée.
 
«Il n’y a eu que du malheur» confie Catherine, voisine de l’avenue Frochot dont la fenêtre donne sur la maison construite en 1823, théâtre de nombreux drames et phénomènes inexpliqués. Morts violentes, assassinats, bruits sinistres et drôles de vibrations … « Je regrette d’y avoir mis les pieds.» Catherine a seulement franchi la grille du jardin et pourtant elle serait déjà maudite par cet esprit maléfique qui agite la demeure. L’origine de cette malédiction: une femme de chambre assassinée à coups de tisonnier dans les escaliers au début du XXe siècle. Le meurtre n’ayant jamais été élucidé, son esprit hanterait encore les lieux…   Pierre Bellar, un habitant du quartier, a déjà été invité dans la maison hantée. «La nuit on y entendait des bruits sinistres et la maison bougeait.» Ce libraire, de formation scientifique avance une explication rationnelle: «L’avenue Frochot est construite sur d’anciennes carrières de pierre calcaire. Ce qui provoque des bruits sourds et des secousses
 
Les rares courageux propriétaires seraient les victimes des tourments de cette servante. Jack Nicholson s’était intéressé à la maison. Sylvie Vartan l’a rapidement fuie. Le journaliste et chroniqueur Mathieu Galey s’y sentait comme dans un «tombeau». Ce dernier a fini par y mourir, paralysé, tout comme le compositeur Victor Massé. Deux vieilles sœurs auraient été assassinées au gourdin… Le dernier propriétaire, Patrick de Brou de Laurière, mécène très fortuné, avait été séduit par la décoration baroque et boisée de la villa. Empreint de spiritualité et adepte de magie, il a fini par  s’inquiéter de cette histoire de fantômes et fait exorciser la maison par un ami, un curé périgourdin. Depuis le décès de ce dandy, la maison a été léguée au professeur de médecine Jean-Jacques Giraud. La légende du fantôme l’amuse. Lui ne l’a jamais vu, ni entendu.
 *
Juliette Bergé et Marie Gicquel