fausses dents

L’agression

Publié le Mis à jour le

soirée

On raconte bien des mésaventures occasionnées par les fausses dents. Mais nous  savons que la plupart de ces récits sont erronés. Cependant voici un fait qui a eu lieu en présence de nombreux témoins.

C’était dans une soirée. On causait. Survient un monsieur à l’air respectable et froid. Comme toujours, les causeries s’arrêtent. Le monsieur se dirige vers la maîtresse de la maison, la salue, fait un signe de tête à quelques personnes de connaissance et s’assied. A peine s’est-il posé sur son fauteuil, qu’il jette un cri perçant et bondit sur ses pieds. On se lève, on s’empresse autour du malheureux qui, portant ses mains aux basques de son habit, semblait indiquer que c’était de ce côté que venait la douleur. On l’interroge avec anxiété, mais lui, pour toute réponse, tire de sa poche… quoi ?… son râtelier.

L’infortuné s’était mordu !

« Le Conteur Vaudois. » n°43. Lausanne, 1863.

Les artifices de la beauté

Publié le

couple

Il n’y a que l’oncle Sam pour avoir de ces idées. Les législateurs de l’Etat américain de Géorgie, Etat prohibitionniste s’il en fut, viennent, sur la proposition d’un membre du Sénat, de discuter et voter un bill tendant à réprimer les supercheries de la femme :

Le divorce sera accordé de plein droit au mari qui pourra prouver que sa moitié lui a dissimulé ses faux cheveux, ses fausses dents et les artifices de sa toilette.

Inutile de dire que les femmes de Géorgie sont furieuses, et mettent  en oeuvre toute leur influence pour faire abolir une loi si draconienne. Mais l’oncle Sam est tenace et les législateurs de Géorgie font valoir un précédent. Une loi semblable existait jadis en Angleterre.

Il est douteux qu’elle soit jamais adoptée en France. Les députés qui la voteraient se feraient certainement arracher les yeux par leur légitime !

« Touche à tout : magazine des magazines. »  Paris, 1909.
Illustration : Charles Dana Gibson.