frayeur

L’invasion 

Publié le Mis à jour le

uhlansLa jolie petite ville de C… venait de s’éveiller, et les rues commençaient à s’animer, lorsqu’on vit. soudain arriver à toute allure une dizaine de uhlans, l’air terrible. 

Ce fut alors un sauve-qui-peut général. Les boutiques se fermèrent instantanément et les rues devinrent désertes.  Au bout d’une heure, n’entendant  aucun bruit, les habitants hasardèrent le nez au  dehors et, ne voyant rien de suspect, ils se risquèrent à sortir. Alors ils s’interrogèrent et bientôt apprirent d’où venaient ces redoutables uhlans. 

Un entrepreneur de cinéma, ayant à tourner une scène sensationnelle sur l’espionnage, n’avait trouvé rien de mieux que d’habiller dix figurants, de  les armer et de les faire dévaler dans la. Grand’Rue de C…, espérant pouvoir  enregistrer en même temps la frayeur des habitants.

Il avait réussi dans son dessein, mais le commissaire de police, n’ayant pas trouvé de bon goût le stratagème, a ouvert une enquête. 

« Excelsior. » Paris, 1917.

Publicités