gastronome

La médaille de Brébant

Publié le Mis à jour le

siege-paris

Brébant vient de mourir : rappelons une anecdote sur ce célèbre traiteur qui mérita le nom de « restaurateur des lettres ».

Il les restaura surtout pendant le siège. A une époque où Paris mourait de faim, il trouva moyen de donner bonne chère à quelques hommes de lettres et journalistes habitués de son célèbre restaurant.

Le siège fini, ces gastronomes eurent, chose rare, la reconnaissance du ventre (pardon du vilain mot, mais il est consacré par l’Académie en son dictionnaire) et ils firent graver une médaille sur l’une des faces de laquelle on lisait :

Pendant
le Siège de Paris
quelques personnes ayant
accoutumé de se réunir chez
M. Brébant tous les quinze jours
ne se sont pas une fois aperçues,
qu’elles dînaient dans une ville
de deux millions d’âmes
assiégée

Cela est très flatteur pour le maître d’hôtel, mais peu pour les signataires de cette égoïste déclaration.

Sur le revers de la médaille, figurent les noms des hôtes ordinaires de ces dîners bimensuels :

A PAUL BRÉBANT

Ernest Renan.                    Thurot
P. de Saint-Victor.              J. Bertrand
M. Berthelot.                     Morey
Ch. Blanc.                         E. de Goncourt
Schérer.                             T. Gautier
Dumont.                           A. Hébrard
Nefftzer.                            …………………
Charles Edmond.

En tout quinze convives.

Un jour, l’un d’eux a eu un remords et il a gratté son nom sur la fameuse médaille qui est aujourd’hui au musée Carnavalet. Mais, grattage inutile, ce document désormais historique fait partie des annales culinaires et des annales de l’égoïsme. On ne le détruira plus et il faut que les signataires en prennent leur parti.

Ils ont mis leur nom au bas de cette manifestation de l’individualisme satisfait au milieu des affres d’une grande ville. Ces noms y resteront.

« Gazette littéraire, artistique et bibliographique. »  Paris, 1892.
Illustration : Henri Pille (1844-1897).

Publicités

L’ancêtre

Publié le

toulouse-lautrec

Le Dr Babinski (le frère du Babinski gastronome, Ali-Bab, celui qui vient d’avoir le prix des Vignes de France)  a soigné le roi d’Espagne. Il est resté une fois huit jours près de lui. Et Alphonse XIII lui a raconté cette belle histoire :

Dans un de mes séjours à Paris, avant la guerre, j’ai voulu connaître un de vos grands artistes, Toulouse-Lautrec. J’ai été le voir à son atelier. Je savais qu’il appartenait à une des plus vieilles familles de France. Je lui ai parlé de ceux de ses ancêtres qui s’étaient illustrés aux Croisades et sur tant de champs de bataille… Il me regarda d’une drôle de façon, comme un homme qui trouvait fastidieux qu’on lui rappelât ces choses… Et il me dit :

Vous savez, Sire, il n’y a qu’un seul de mes ancêtres pour qui j’aie de la sympathie, c’est Romuald de Toulouse-Lautrec, parce que le pape l’excommunia… J’en demande pardon à Votre Majesté très catholique, mais il me botte, cet ancêtre-là ! Pour donner plus de force à son excommunication, le pape lui fit porter la bulle par le nonce… Et savez-vous ce qu’il fit, Sire, mon ancêtre ? Il poignarda le nonce, et, ensuite, il le… tout chaud !

Les trois points remplacent un mot impossible à répéter, mais qui est très expressif et qui montre que ce fameux ancêtre avait des moeurs singulières…

« Le Quotidien de Montmartre : journal hebdomadaire. »  Paris, 1930.
Illustration : Maurice Guibert.