Golinichov

Quelques brèves

Publié le Mis à jour le

Archimède n’était en retard que de 16 siècles 

archimèdeLa Krasnao Gazeta de Moscou, publie des renseignements intéressants sur un papyrus fameux que détient l’Ermitage. 

D’après ce papyrus déchiffré récemment par l’académicien B. A. Touraiew et le conservateur des antiquités de l’Ermitage, W. Itruve, on voit que le problème de la mesure de la circonférence et de la surface de la terre était déjà résolu par les Egyptiens, 18 siècles avant J.-C.. tandis que, jusqu’à présent, on attribuait à Archimède la résolution de ce problème. Ce papyrus avait été acheté par le collectionneur bien connu Golinichov, qui, en 1912, en fit don au musée des Arts. 

Très prochainement l’Ermitage publiera le texte et la traduction de ce papyrus.

« L’Homme libre : journal quotidien du matin. » Paris, 30 décembre 1927.

Un train disparaît 

trainOn signale de Moscou qu’un train parti de Sébastopol, le 19 décembre, pour Pétrograd, où il devait arriver le 22, n’est pas arrivé à destination, et on ne sait pas ce qu’il est advenu de lui. 

« L’Homme libre : journal quotidien du matin. » Paris, 30 décembre 1927.

Qui joue les fantômes dans l’ancien couvent des Carmes ? 

peurDepuis la rentrée scolaire, les locaux de l’ancien couvent des Carmes, de La Rochefoucauld en Charente, abritent l’école communale de filles. La directrice de cette école, Mlle Brunet, y est logée, ainsi que l’une de ses adjointes; deux élèves de l’école y sont pensionnaires.

Or, depuis quelque temps, ces dames entendent, la nuit, des bruits et des cris. Des portes, soigneusement fermées le soir, sont trouvées ouvertes le lendemain matin. Des menaces auraient même été distinctement perçues, venant d’une cave : les occupants de l’ancien couvent des Carmes sont terrorisés.

On s’explique leur frayeur si on songe que les vastes locaux de ce couvent sont isolés de la rue et de tout voisinage par de hauts bâtiments, une grande cour entourée du célèbre cloître ogival et de très grands jardins. La directrice et son adjointe ont porté plainte.

La gendarmerie fait une enquête; des empreintes de pas ont été relevées. 

« L’Homme libre : journal quotidien du matin. » Paris, 25 novembre 1927.