gravures néolithiques

Précédent

Publié le

gravure grotteC’est quelque chose qui a de quoi en boucher un coin aux distingués raseurs acharnés à démontrer que ce qui relève du sex-appeal est le fait d’une civilisation à son déclin. Admettront-ils jamais que ce qu’ils blâment chez leurs contemporains date des origines de l’humanité pensante ? 

Les grottes préhistoriques de la Madeleine ne sont pas seulement décorées de rênes et d’aurochs. La figure humaine y a aussi sa place. Or, l’une de ces gravures néolithiques, photographiée par un collège de savants qui a reproduit la scène dans un ouvrage destiné aux plus graves bibliothèques, ne représente pas moins que la curiosité d’un mâle, couché dans l’herbe, et qui regarderait… Comment dire ?… comme sous les jupes d’une passante distraite. Seulement, voilà… il n’y a pas encore de jupe ! 

En 1935, on n’ose être plus précis… lorsqu’on n’a pas l’honneur d’occuper une chaire de faculté. Rien de nouveau sous… la lune !

« Mon Paris. Son visage et sa vie ardente. » Paris, 1935.

Publicités