guillotine

Sauvé de la guillotine

Publié le Mis à jour le

Place_de_la_Révolution_exécution_capitaleLe héros de l’histoire qu’on va lire est tout à fait obscur. Mais son extraordinaire aventure valait sans doute la peine d’être rapportée. Elle est racontée dans les Mémoires du comte de Vaublanc, qui était député royaliste à l’Assemblée législative, et qui, proscrit sous la Terreur, devint plus tard préfet de l’Empire, et, sous la Restauration, ministre de l’intérieur.

Un gentilhomme, nommé M. de Châteaubrun, avait été condamné à mort par le tribunal révolutionnaire; il avait été mis sur le fatal tombereau et conduit au lieu de l’exécution, place de la Révolution.  Il fut conduit au supplice avec vingt autres malheureuses victimes. Après douze ou quinze exécutions, une partie de l’horrible instrument se brisa; on fit venir un ouvrier pour le réparer. Le condamné était avec les autres victimes auprès de l’échafaud, les mains liées derrière le dos.

La réparation fut longue. Le jour commençait à baisser; la foule très nombreuse des spectateurs était occupée du travail qu’on faisait à la guillotine bien plus que des victimes qui attendaient la mort; tous, et les gendarmes eux-mêmes, avaient les yeux attachés sur l’échafaud. Résigné, mais affaibli, le condamné se laissait aller sur les personnes qui étaient derrière lui. Pressées par le poids de son corps, elles lui firent place machinalement; d’autres firent de même, toujours occupées du spectacle qui captivait tant leur attention. Insensiblement, il se trouva dans les derniers rangs de la foule, sans l’avoir cherché, sans y avoir pensé. L’instrument rétabli, les supplices recommencèrent; on en pressa la fin.

Une nuit sombre dispersa les bourreaux et les spectateurs. Entraîné par la foule, il fut d’abord étonné de sa situation; mais il conçut bientôt l’espoir de se sauver. Il se rendit aux Champs-Elysées; là, il s’adressa à un homme qui lui parut être un ouvrier. Il lui dit en riant que des camarades, avec qui il badinait, lui avaient attaché les mains derrière le dos et pris son chapeau, en lui disant de l’aller chercher. Il pria cet homme de couper les cordes. L’ouvrier avait un couteau et les coupa, en riant du tour qu’on lui racontait. M. de Châteaubrun lui proposa de le régaler dans un des cabarets qui sont aux Champs-Elysées.

Pendant ce petit repas, il paraissait attendre que ses camarades vinssent lui rendre son chapeau; ne les voyant pas arriver, il pria son convive de porter un billet à un de ses amis qu’il voulait prier de lui apporter un chapeau, parce qu’il ne pouvait pas traverser les rues tête nue. Il ajoutait que cet ami lui apporterait de l’argent, et que ses camarades avaient pris sa bourse en jouant avec lui. Ce brave homme crut tout ce que lui disait M. de Châteaubrun, se chargea du billet et revint une demi-heure après avec cet ami.

 » Les évasions célèbres: d’après les récits des historiens, mémoires et correspondances … » Hachette et Cie, Paris, 1902.

Voir également: https://gavroche60.com/2014/07/20/pierre-francois-gossin-le-resigne/

Dernier jour d’un condamné

Publié le Mis à jour le

lcdl2C’est pour aujourd’hui ! Le geôlier de la prison l’a salué en entrant, le directeur l’a appelé monsieur; toutes ces politesses sentent la mort. Déjà il est monté dans la voiture qui doit le mener au bourreau ; la voiture part au grand trot, escortée d’un piquet de gendarmes, et, quand à sept heures et demie, elle s’arrête dans la cour de la Conciergerie, le misérable se croit déjà au pied de l’échafaud.

Ce jour-là, le ciel était sombre et pluvieux, un triste vent d’automne agitait les robes noires qui circulaient dans l’escalier du Palais de Justice, et en dehors on voyait un attroupement de peuple qui avait l’air de se préparer à une fête. Alors on le fit entrer dans la chambre où les condamnés attendent l’heure.

« Que voulez-vous ? », dit le guichetier.

« Un lit de sangle », répondit-il ; et le geôlier le regarda d’un air étonné, et qui semblait dire : « A quoi bon

Il s’endort, son rêve est doux et riant, et l’agonie attend son réveil. Cependant, il rêve encore, il rêve de ses jeunes amours, il rêve de son jeune enfant ; il revient au temps de ses plaisirs de collège, au temps de ses emportements de folâtre jeune homme; il a des amis et une vieille mère ! Puis il se réveille à une heure un quart. Malheureux ! il est presque mort ! Ses reins sont froids, son front brûlant; on dirait qu’un liquide flotte dans son cerveau et bat contre les parois de son crâne ; les yeux lui cuisent comme s’il était dans la fumée, il a mal dans les coudes. Encore deux heures et quarante-cinq minutes, et il sera guéri ! Puis on lui amène sa fille. Elle est fraîche, elle est rose, elle a de grands yeux, elle est belle ! Pourquoi pas avec sa mère ? Sa mère est malade, sa grand-mère aussi ; c’est bien.

« Marie, lui dit-il, ô ma petite Marie ».

« Vous me faites mal, monsieur », répond la pauvre enfant en jetant un cri d’effroi.

Monsieur ! Il n’y a qu’un an, elle l’appelait son père. Elle a oublié visage, parole, accent; cependant, il l’embrassait encore, et la petite fille jouait avec un papier qu’elle chiffonnait dans ses doigts : c’était la sentence de mort de son père. La bonne de l’enfant avait eu le papier pour un sou !

« Rendez-moi mon papier ! », cria l’enfant.

Et le condamné la remit à sa bonne, et il retomba sur son grabat, sombre, désespéré, muet. A présent, ils peuvent venir ; il est bon pour ce qu’ils vont faire. Cependant, trois heures sonnaient. On est venu l’avertir qu’il était temps, et on l’a poussé entre deux guichets du rez-de-chaussée : salle sombre, étroite, voûtée, à peine éclairée par un jour de pluie et de brouillard. Une chaise était au milieu. Cette chaise était pour lui; et, en face, quelques personnes debout, un gendarme et trois hommes ! Le premier, le plus grand, le plus vieux, était gros et avait la face rouge. Il portait une redingote et un chapeau à trois cornes déformé; c’était lui. C’était le bourreau, le valet de la guillotine; les deux autres étaient ses valets à lui. A peine assis, les deux autres se sont approchés comme des chats ; puis, tout à coup, un froid d’acier dans ses cheveux qui tombaient par mèches sur ses épaules, pendant que l’homme en chapeau à trois cornes les époussetait doucement avec sa grosse main.

Autour, on parlait à voix basse. Il y avait un grand bruit au dehors, comme un frémissement qui ondulait dans l’air. C’était la foule qui s’amusait en attendant ! Tout à coup, un des valets enlève la veste du condamné; l’autre a pris ses deux mains qui pendaient, les a ramenées derrière son dos, roulant une corde autour de ses poignets rapprochés ; en même temps on détachait sa cravate, et le col de sa chemise tombait comme ses cheveux sous les ciseaux de l’exécuteur. A cette précaution horrible, au saisissement de l’acier qui touchait sa peau, ses coudes ont tressailli ; il a tremblé, et le valet du bourreau s’arrêtant :

« Monsieur, dit-il, pardon ! Est-ce que je vous ai fait mal ? »

Ces bourreaux sont des hommes très doux. La foule s’impatientait et hurlait plus haut au dehors. Alors, l’un des valets s’est baissé aux pieds du patient, il les a liés au moyen d’une corde fine et lâche qui ne lui laissait à faire que de petits pas. Et le bon prêtre s’est approché avec le crucifix :

« Allons, mon fils, a-t-il dit, partons…»

Le Ciel de Leyenda 2

Il se lève, il marche appuyé sur des valets ; ses pas étaient mous, et fléchissaient comme s’il avait eu deux genoux à chaque jambe. En ce moment, la porte extérieure s’est ouverte à deux battants. Une clameur furieuse, et l’air froid, et la lumière blanche,ont frappé en même temps les paupières du patient. Tout à coup, il aperçoit à travers la pluie mille têtes hurlantes entassées pêle-mêle sur la rampe du grand escalier du Palais ; à droite, de plain-pied avec le seuil, un rond de chevaux de gendarmes ; en face, un détachement de soldats en bataille; à gauche, l’arrière d’une charrette, auquel s’appuyait une raide échelle: tableau hideux, bien encadré dans une porte de prison.

« Le voilà ! le voilà ! », s’écriait la foule.

Il sort enfin, et les plus proches battaient des mains. Si fort qu’on aime un roi, ce serait moins de fête ! C’était une charrette ordinaire, avec un cheval étique et un charretier en sarrau bleu, à dessins rouges, comme ceux des maraîchers des environs de Bicêtre. Le gros homme est monté le premier.

« Bonjour, monsieur Samson! », criaient des enfants pendus à des grilles.

Un valet l’a suivi. « Bravo ! hardi ! », ont crié de nouveau les enfants ; ils se sont assis tous deux sur la banquette de devant. Après quoi, il est monté d’une allure ferme.

« Il va bien ! », a dit une vieille femme.

Cet atroce éloge a relevé son courage. Un coup de fouet a mis le cortège en marche; gendarmes devant, gendarmes derrière ; puis de la foule, de la foule et de la foule, une mer de têtes sur la place. On allait au pas. Le quai aux Fleurs embaumait, c’était un jour de marché. Les marchands ont quitté leurs bouquets pour le voir passer. On louait des tables, des chaises, des échafaudages, des charrettes. Des spectateurs criaient à tue-tête :

« Qui veut des places ? »

Les femmes se disputaient à qui aurait la plus commode. Cependant, la charrette avançait, et plus il approchait du terme, plus il commençait à ne plus voir, à ne plus entendre toutes ces voix, toutes ces têtes aux fenêtres, aux portes, aux grilles des boutiques, aux branches des lanternes, ces spectateurs avides, cette route pavée et murée de visages humains. Tout à coup la Seine s’élargit, la voix de la foule est devenue plus vaste, plus glapissante, plus joyeuse encore ; la charrette s’est arrêtée subitement; c’est là ! Alors on apporte une échelle à l’arrière de la charrette ; le misérable a levé la tête, et il a vu ! Une espèce d’estrade en bois rouge, avec deux grands bras et quelque chose de noir au-dessus. Au pied, un escabeau, rouge aussi, mais d’un rouge plus foncé et plus acre; dans le coin, le reste de la chandelle avec laquelle on avait graissé la rainure…

Extrait de » Œuvres de jeunesse  »   Jules Janin, Jouaust Editeur, 1876.

L’homme aux mains sanglantes

Publié le Mis à jour le

guillotine

Le samedi 25 avril 1857, mourait, à Noyon, un vénérable vieillard de 84 ans, François-Joseph Desmorest. C’était un bonhomme que l’estime générale entourait. Chacun, dans Noyon, aimait cet octogénaire doux et bon.

Vivant pauvrement d’une maigre retraite, il faisait chaque jour une petite promenade à travers la ville, où tous le saluaient. Il s’arrêtait pour regarder d’un oeil attendri les jeux des petits enfants qui, candides et confiants, se groupaient volontiers autour du vieillard. Ses mains tremblantes se posaient paternellement sur leurs têtes blondes, comme en un geste auguste de bénédiction. Un pâle sourire éclairait son visage lorsque, le soir venu, il voyait des amoureux enlacés, vivant leurs beaux rêves d’avenir.

Aussi, lorsque François-Joseph Desmorest trépassa, tout Noyon suivit son cercueil. Le journal de la ville, L’Ami de l’Ordre, consacra à sa mémoire un touchant article nécrologique, reproduit quelques jours après par les feuilles du chef-lieu d’arrondissement. Pourtant, Desmorest n’avait pas toujours été entouré de cette sympathie. En un temps, il avait été considéré avec répugnance; on s’était détourné à son passage; on avait reculé à son approche; il inspirait alors un instinctif sentiment d’aversion et d’horreur. Desmorest avait été bourreau ! Fils d’un exécuteur des hautes oeuvres de l’ancien régime, alors que Noyon était siège d’une juridiction criminelle, Desmorest avait paru, tout d’abord, éprouver une certaine hésitation à suivre la carrière paternelle. Enfant encore, il s’était fait soldat.il avait servi comme canonnier dans les premières années de  la Révolution. Mais voici qu’en 1792, il avait abandonné l’armée pour devenir l’un des aides de Sanson. Etrange chose que celle-là. A une époque où l’armée ouvrait, toutes grandes, à ses enfants, les portes de la gloire, un jeune homme la quittait pour se faire valet de bourreau !

On se reporte, malgré soi, à ce qu’écrivait Joseph de Maistre : « Le bourreau se trouve partout, sans qu’il y ait aucun moyen d’expliquer comment; car la raison ne découvre dans la nature de l’homme aucun motif capable de déterminer le choix de cette profession… Qu’est-ce donc que cet être inexplicable qui a préféré à tous les métiers agréables, lucratifs, honnêtes et même honorables qui se présentent en foule à la force ou à la dextérité humaine, celui de tourmenter et de mettre à mort ses semblables ? Cette tête, ce coeur sont-ils faits comme les nôtres ? Ne contiennent-ils rien de particulier et d’étranger à notre nature ? Pour moi, je n’en sais pas douter. Il est fait comme nous extérieurement; il naît comme nous; mais c’est un être extraordinaire, et pour qu’il existe dans la famille humaine, il faut un décret particulier, un Fiat de la puissance créatrice. Il est créé comme un monde… »

Desmorest, qui aurait pu être un de ces admirables héros des armées de la République, avait préféré à l’uniforme du soldat, la souquenille hideuse du valet de guillotine. Chaque jour, il accomplissait son terrible office. Il seconda Sanson le père puis Sanson le fils dans leur besogne meurtrière. Il aida à l’exécution des nobles, des prêtres, des religieuses, de tous ceux que lui envoyait le tribunal révolutionnaire. Le sang « d’un roi », celui « d’une reine jaillirent sur lui et, peut-être « éclaboussèrent son visage. Puis les victimes changèrent. La guillotine réclamait chaque matin un sang nouveau : les dieux avaient soif. Après les royalistes, ce furent les républicains qui se proscrivaient entre eux et, les uns après les autres, allaient à la mort. Impassible, Desmorest guillotinait toujours; girondins, hébertistes, dantonistes, venaient tour à tour donner leurs têtes en suprême holocauste. Puis, ce fut le tour de Robespierre lui-même, agonisant déjà d’une atroce blessure. Et l’échafaud repu, un moment se reposa.

Puis le sang recommença à couler, plus lentement; les derniers Montagnards expirèrent, Babeuf fut sacrifié. La guillotine semblait lasse et, lorsque, en prairial an VI, Desmorest avait cessé son office auprès de Sanson, elle chômait. Desmorest fut alors nommé exécuteur des hautes-oeuvres dans les Alpes-Maritimes. Il y resta seize ans. Le comté de Nice ayant été rendu au roi de Sardaigne, Desmorest fut pourvu d’un autre poste et envoyé comme exécuteur dans la Loire, à Montbrison, puis dans la Corrèze, à Tulle. Vers 1825, il prit sa retraite et vint vivre à Noyon, avec sa famille, d’une petite pension que les changements de 1830 et de 1848 réduisirent successivement. Noyon accueillit l’ancien bourreau sans enthousiasme. Mais, peu à peu, on s’était accoutumé à voir cet homme circuler à travers la ville. Et puis on sut que cet ancien exécuteur portait, sous sa rude enveloppe, un cœur accessible à la bonté. Ses mains, qui avaient versé indifféremment le sang de l’innocent et celui du coupable, avaient su se tendre vers les malheureux. Desmorest avait eu compassion de ceux qu’il immolait. Il n’avait jamais craint, au risque de se compromettre à des yeux soupçonneux, de rendre aux condamnés les menus services qu’ils réclamaient de lui à leur dernière heure. Un souvenir, une pensée, une boucle de cheveux à transmettre à un être aimé, Desmorest acceptait ces missions et, dans une certaine mesure, l’aide de Sanson devenait un consolateur. Selon le mot de Balzac, le froid couteau d’acier, lui-même,eut du coeur.

Aussi, on en arriva, dans Noyon, à absoudre le bourreau de la sinistre mission qu’il avait accomplie. Les passions humaines, l’esprit de parti même y aidèrent. Plus d’un Noyonnais pardonna à Desmorest d’avoir été l’un des bourreaux de Madame Elisabeth, parce qu’il avait été aussi celui de Robespierre. Certains lui pardonnèrent l’exécution de Charlotte Corday, parce qu’il avait abattu aussi la tête jeune et ardente de Saint-Just. Petit à petit, le bourreau retraité s’était trouvé accueilli des uns et des autres et l’on finit même par aimer à le rencontrer. Il savait raconter de si dramatiques histoires ! On l’écoutait faire le récit des événements terribles auxquels il assista. Il narrait avec complaisance la mort d’un Danton ou d’un Camille Desmoulins. Le bonhomme en arriva même à embellir ses récits. Son imagination ajoutait encore à la réalité et il exagérait parfois la part qu’il avait prise à l’exécution de tant de personnages illustres.

Desmorest acheva ainsi sa vie dans le calme et la paix, et comme l’écrivit L’Ami de l’Ordre : « La sympathie publique n’a pas fait défaut aux derniers jours de sa vieillesse qu’il avait su rendre respectable. » A 84 ans, Desmorest entrait dans l’éternel repos et, à jamais, se croisaient sur sa poitrine ses mains qui, si longtemps, s’étaient empourprées de sang vermeil.

 « Chroniques du pays d’Oise, Les sentiers du passé. » J. Mermet, Impr. du Progrès de l’Oise, Compiègne, 1927.