Gustave Courbet

L’Atelier

Publié le

gustave courbet« Je vais voir l’Exposition de Courbet. 
J’y reste près d’une heure et j’y découvre
 un chef-d’œuvre (L’Atelier) dans son
 tableau refusé; je ne pouvais m’arracher
 de cette vue. » (Journal d’Eugène Delacroix.)

Lorsqu’il exécuta, en 1855, cet immense tableau où il s’est représenté dans son atelier, Gustave Courbet avait trente-cinq ans. Ce Franc-Comtois, de stature athlétique, large d’épaules, était né dans une famille bourgeoise, mais qui, vivant sur son domaine, à Flagey, près d’Ornans, gardait en elle toute la sève de l’espèce paysanne. Sa carrure, sa force physique, un tempérament robuste, c’est à son milieu d’origine, c’est à sa race qu’il les doit.

A trente-cinq ans, donc, voici Courbet, tel qu’il se peint au centre de l’Atelier, … un immense tableau, 20 pieds de long, 12 pieds de haut, un tableau à sa mesure, dans lequel il a voulu mettre toutes sortes de choses, désirant confusément composer une grande  scène, mais désirant surtout montrer, figurer, peindre ce qui constituait son monde du moment, ses amis, ses clients, des personnages d’Ornans et d’ailleurs, tous représentés comme on les voit et comme ils sont, défi à ceux qui raillent son goût du commun, son « réalisme ».

Extasiés alors du sourcil à l’orteil, 
Effarés, étonnés, prenant pour le soleil 
La chandelle à deux sous que Margot leur allume, 
Ils cherchent l’ébauchoir, la brosse ou la plume.
………………………………………………………………………………..
Au lieu d’êtres humains, ils font des animaux
Encore non classés par les naturalistes :
Excusez-les, Seigneur, ce sont des réalistes !

Ainsi se moque, en vers médiocres, Théodore de Banville. Courbet riposte :

 Ce tableau-là leur fera voir, s’écrie-t-il, que je ne suis pas encore mort, et le réalisme non plus, puisque réalisme il y a. 

L’Atelier était exposé, ces temps-ci, dans une galerie ouverte au public (1). On s’est précipité pour le voir. Nous en publions une belle reproduction

Voici d’abord, Courbet lui-même au centre : 

 Moi, dit-il, peignant avec le côté assyrien de ma tête.

Lui-même, content de lui, impétueux, insouciant.

Un jour, me racontait l’autre soir Albert André,un des amis les plus fidèles d’Auguste Renoir et qui tenait l’histoire du peintre de Gagnes, lui-même, un jour de vernissage Renoir et Claude Monet traversant le Salon à la première heure, tombent sur Courbet qui, debout, regarde un de ses tableaux :

 Eh bien, monsieur Courbet, dit un des deux jeunes peintres, eh bien, vous êtes content ?
— Peuh ! fait Courbet : content, oui, content. Mais voyez donc comme ils sont bêtes ! Ils ont mis mon tableau à côté d’une porte; tout à l’heure on va s’écraser !

Une grande candeur, mais nulle outrecuidance. Et puis une telle passion pour son art !

A droite, le modèle nu, retenant une draperie; à ses pieds, un chat à fourrure blanche; à gauche, un gamin d’Ornans, la tignasse en broussaille, debout, le nez en l’air et qui baube devant le peintre et son tableau.

A gauche, une femme accroupie, la jambe gauche repliée, d’une exécution étonnante; un chasseur botté de cuir fauve; le groupe bigarré de personnages qui entoure un marchand d’étoffes.

A droite, encore, après le modèle nu : Promayet, le musicien ; Bruyas, l’amateur de peinture, Cuénot, Buchon, Proudhon, ce philosophe Proudhon, qui est de notre manière de voir, expliquera Courbet dans une lettre au critique Champfleury; puis, assis sur un tabouret, Champfleury lui-même, aujourd’hui familier, commensal qui abandonnera cependant le peintre, son ami, après la Commune; et, au premier plan, une visiteuse avec son mari. Enfin, à l’extrême-droite, assis sur une table, d’une jambe seulement, Baudelaire qui lit dans un grand livre.

Baudelaire à part. Un Baudelaire plus jeune que celui dont les portraits ont vulgarisé l’image : l’artiste chez l’artiste. Deux ans plus tard paraîtra la première édition des Fleurs du mal, pour certaines pièces desquelles Baudelaire sera condamné.

Mais Proudhon, qui voisine, sera condamné, lui aussi. Et, plus tard, Courbet lui-même.

Les artistes n’ont jamais pu se mettre d’accord entre eux pour donner, une fois pour toutes, une définition de l’artiste. Cela se comprend aisément. Tout de même, il y a une certaine manière de voir, une certaine manière de penser « comme tout le monde » qui cause la même horreur à tous les artistes véritables.

Daumier exprimait ça à sa manière, vers 1865, dans un dessin où il montrait deux hommes au Salon de peinture ; l’un se détourne faisant, des deux bras, un geste qui exprime clairement le dégoût, tandis que l’autre, dont la mimique n’est pas moins expressive, s’écrie : « Ne soyez donc pas bourgeois comme ça ! Admirez au moins ce Courbet. »

« Bourgeois » : cela veut dire peur de paraître se distinguer des autres, peur de se laisser entraîner, ne fût-ce qu’un moment, à la suite d’un homme que la majorité condamne ou désapprouve. Courbet haïssait cette forme de la lâcheté. Il disait qu’il voulait être « non seulement un peintre, mais un homme« .

Petit-fils d’un voltairien qui avait résolument pris parti pour la Révolution, Courbet avait dans le sang ce feu, cette passion qui le jetèrent d’abord à la suite de Proudhon, qui le déterminèrent à se joindre aux hommes de l’opposition, après le coup d’État de 1851, et qui, finalement, le lendemain de l’insurrection du 18 mars 1871, l’entraînèrent à la Commune de Paris.

Poursuivi, emprisonné, condamné, puis contraint à l’exil, il fut alors aussi lâchement, aussi bassement injurié qu’homme peut l’être. Meissonnier et seize autres du même acabit donnèrent le coup de pied de l’âne au cours d’une réunion du jury du Salon de 1872, où ils déclarèrent que Courbet déshonorait leur corporation et l’exclurent.

Deux hommes protestèrent cependant ce jour-là : Eugène Fromentin, l’auteur de Dominique et du Maître d’autrefois et Puvis de Chavannes, qui, d’indignation, donna sa démission de membre de ce jury.

Courbet se réfugia en Suisse où il vécut sept années. Il y a dans un livre de Lucien Descaves, Philémon,vieux de la vieille, quelques détails bien suggestifs sur la vie que menait au bord du lac de Genève, à la Tour-de-Peilz, Courbet toujours pareil à lui-même, grand travailleur, grand buveur aussi, toujours plein d’entrain et grand amateur de chansons. Il y mourut, en 1877, et c’est juin 1919 seulement qu’on a ramené en France, à Ornans, les restes de ce très grand peintre.

François Crucy. 1920.

(1) Ce tableau qui s’est vendu à l’origine quelques billets de cent francs fut demandé  par l’Amérique qui en offrait un million. Une souscription s’ouvrit immédiatement. Le Louvre inscrivit pour 250.000 francs. Sur le registre de la galerie Barbazanges où il était exposé, figuraient les noms de peintres de toutes les Écoles unis dans un commun amour d’un art qui s’impose. Les vrais amateurs de la peinture ont montré un égal empressement.
Finalement l’oeuvre est bien acquise en 1920 par le musée du Louvre pour 700 000 francs, offerts en partie par la Société des Amis du Louvre, complétés par une souscription publique et une contribution de l’État.

Courbet et la gloire des armes

Publié le

gustave-courbetLa revue régionale Franche-Comté et Monts Jura se fait l’historiographe de Gustave Courbet, son grand compatriote. Publiant une lettre inédite qu’en 1839 l’artiste écrivit à son père, elle révèle une anecdote infiniment plaisante de la vie du peintre d’Ornans. 

« Mon cher papa, je te dirai que j’ai passé au conseil de révision samedi matin, le 20. J’ai si bien joué mon rôle que ces messieurs n’ont rien pu décider. Si les certificats que tu m’avais envoyés avaient été plus appuyés, s’ils avaient été légalisés par le préfet, je crois que je serais réformé maintenant. Ils ont décidé que je passerais une seconde fois dans mon pays où l’on me connaissait mieux et à cet effet ils m’ont signifié de partir de suite. 

« Je ne sais vraiment pas comme j’ai pu bégayer de cette façon là, car je ne leur ai pas dit un seul mot comme il faut. Ils m’ont dit que j’exagérais, mais cela ne m’a pas empêché de continuer mon rôle. Il est bon de te dire, par exemple, que j’avais fait de fameux préparatifs pour cela. Je ne me suis d’abord pas couché, puis ensuite j’ai fait monter dans ma chambre une bouteille d’eau-de-vie de Coignac (sic) que j’ai bue en punch et j’ai fumé plus de vingt pipes. Ajoute à cela deux ou trois tasses de café. C’est avec ces décoctions-là que je me suis présenté devant eux, étant aussi de sang froid que je le suis à présent. »

« Le Bulletin de la vie artistique. » Paris, 1921.
Illustration : portrait de Gustave Courbet par Joseph Auguste Brunier.

Le sous-bois

Publié le

gustave-courbet

Un jour un inspecteur des forêts vient visiter l’atelier de Gustave Courbet. Sur le chevalet était un sous-bois remarquable, devant lequel tout le monde, y compris l’inspecteur des forêts, s’extasie.

— Une légère chicane, Monsieur Courbet, risque le fonctionnaire, il me semble que dans les chênes, les branches basses partent un peu trop haut du tronc, généralement il n’en est pas ainsi dans la nature.

Le peintre franc-comtois sans se déconcerter :  

— Alors vous, quand vous êtes, dans une forêt vous voyez des arbres ?
— Dame! oui.
— Eh bien ! moi, je n’en vois point, je suis ému, voilà !

« L’Éclipse. » Paris, 1876.
Peinture : autoportrait de Gustave Courbet.

Courbet et la critique

Publié le Mis à jour le

gustave.courbet

En janvier dernier, la ville de Montpellier a célébré le centenaire du Musée Fabre (ouvert en décembre 1828) qui possède plusieurs toiles remarquables de Gustave Courbet : Le Portrait de Baudelaire, La Rencontre, Les Baigneuses, La Fileuse, L’Homme à la pipe… 

Sait-on que le grand peintre, chef de l’école naturaliste, fut, de son vivant, violemment critiqué ? Par exemple, Louis Veuillot disait, en 1866 :

M. Courbet fut des premiers qui s’installèrent au Salon, en blouse, la pipe aux dents et il fonda du coup sa célébrité qu’il soutient depuis, tantôt par d’autres audaces inciviles, tantôt par des élégances bourgeoises.

Alexandre Dumas fils se montrait encore plus insolent en écrivant :

De quel accouplement fabuleux d’une limace et d’un paon (!), de quelles antithèses génésiaques, de quel suintement sébacé peut avoir été générée cette chose qui s’appelle Gustave Courbet ?

Aujourd’hui, ces « gentillesses » tombent dans l’oubli, alors que les œuvres lumineuses du maître d’Ornans sont toujours admirées.

…Tout passe. L’art robuste
Seul a l’éternité.
Le buste
Survit à la cité…

« La Revue limousine. »Limoges, 1929.

Le veau de Courbet

Publié le Mis à jour le

gustave-courbet

Gustave Courbet, alors qu’il séjournait à la Tour-de-Peilz, s’en fut un jour en visite chez M. X… qui possédait aux Ormonts de vastes étables. Un jeune veau, crotté jusqu’à l’échine, gambadait dans le pré. Il symbolisait si bien, aux yeux de Courbet, les attraits de la campagne, qu’il voulut le peindre.

Quelques jours après, il revint. Il se félicitait du tableau qu’il allait peindre, voyant par avance le museau rose et écumeux, les taches rousses et blanches de la bête couverte de boue, joyeux de l’impression de vérité qu’il allait en tirer. Il s’installe, ouvre ses boîtes, et la fille de ferme arrive, tirant derrière elle le veau… lavé, rincé, peigné, frisé, portant aux cornes des faveurs bleues.

Vous auriez dû me dire, rugit Courbet suffoqué, vous auriez dû me dire que vous l’envoyiez au concours agricole.
Mais… mais… M. Courbet, il ne s’agit pas de concours, c’était pour qu’il soit plus mignon.
Ça… ça, vous prétendez que c’est un veau ! Eh bien, vous, vous êtes une dinde ! hurla le peintre.

Et il s’enfuit, à la consternation de la brave fille qui avait usé trois baquets d’eau à faire la toilette de l’animal.

« Le conteur vaudois : journal de la Suisse romande. »  Lausanne, 1934.

Courbet à Sainte-Pélagie

Publié le Mis à jour le

gustave-courbet

 

La lettre qu’on va lire fut adressée par Gustave Courbet, le peintre d’Ornans, au directeur de la prison de Sainte-Pélagie, où le déboulonneur de la colonne Vendôme fut enfermé en 1871.

Monsieur le Directeur,

Je vous serais très obligé de vouloir bien me faire donner un bain de siège, à demeure dans ma chambre, afin de pouvoir continuer le traitement qui m’a été ordonné par les médecins de Paris et de Versailles, pour une affection hémoroïdale (sic).
Je désirerais aussi que vous m’autorisiez à faire acheter une bouteille de bierre (sic) par jour, car je ne puis presque pas boire de vin à cause de ma maladie.
Veuillez aussi me faire passer le catalogue de votre bibliotèque (sic), plus un bonet (sic) de coton pour la nuit, plus un grand bain.

J’ai l’honneur de vous saluer.
G. Courbet.

« La Chronique médicale : revue bi-mensuelle de médecine historique, littéraire & anecdotique. »  Paris, 1911. »
Illustration : Gustave Courbet. Autoportrait à Sainte-Pélagie, 1872.