Havane

La comète d’Alphonse

Publié le Mis à jour le

cometeLa comète d’Halley (d’Alphonse Halley, dit ma concierge) annonce toujours de mauvaises nouvelles. Voyez, le roi d’Angleterre est mort et la Régie a augmenté ses prix. 

Aujourd’hui pour s’offrir le luxe d’un havane, il faut avoir la fortune de Rockefeller. Rothschild lui-même, qui n’est cependant pas un va-nu-pieds, a dû revenir au démocratique demi-londrès, avec bague il est vrai, soit quatre sous. Quand je pense que le maryland coûte aujourd’hui un franc le paquet de quarante grammes, je me dis qu’il est vraiment flatteur d’être Français.

Nous avons 1.500 millions de dettes à payer chaque année (le quart du budget) et nous payons quinze sous les Hongroises qui sont d’ailleurs devenues des Gauloises. Quinze sous, les gauloises, et trois sous le Gaulois ! La voilà bien, la vie chère ! 

Une ligue de fumeurs protestataires vient d’être fondée. Son programme est belliqueux : grève, sabotage, action directe. Mais M. Cochery peut être tranquille, les serments de fumeurs valent les serments d’ivrognes. Cette ligue finira d’ailleurs comme toutes les ligues, c’est-à-dire en queue de poisson. Un jour, son président dira à sa femme : 

 Ma bonne, notre affaire est faite. 
— Tu as gagné le gros lot ? 
— Non, mais je viens d’obtenir un bureau de tabac ! 

« Le rire. » Paris, 1910.

Publicités

Les « tours » des hospices

Publié le Mis à jour le

 

tour-abandon-enfants

La police vient d’arrêter, à Lille, une jeune fille qui, rendue mère par un Allemand, au cours des dures années d’occupation, accoucha clandestinement puis étouffant son enfant, l’enterra dans un jardin.

Ces cas lamentables ont été malheureusement assez fréquents, les femmes victimes de la sauvagerie teutonne ne pouvant se résoudre à garder des enfants d’origine ennemie.  La mère peut, il est vrai, abandonner son nouveau-né à l’Assistance publique, mais la crainte de la publicité empêche souvent la victime d’employer ce moyen légal.

Rien ne paraît, en effet, plus affreux que l’abandon d’un enfant par sa mère et pourtant cet acte, si criminel semble-t-il au prime abord, est souvent excusable. Dans la majorité des abandons, la misère, l’absolue impossibilité d’élever son enfant, pousse la mère à accomplir ce geste lamentable, geste qui, en France et dans presque tous les pays civilisés, est entouré de formalités obligatoires quoique anonymes.

La Havane, à Cuba, a conservé une vieille coutume : celle des « tours » des hospices. Le tour est un cylindre en bois convexe d’un côté et concave de l’autre, tournant sur lui-même avec une grande facilité. La partie convexe du tour fait face à la rue, tandis que l’autre s’ouvre à l’intérieur de l’hospice. La femme qui désire abandonner son enfant, agite une sonnette, sans pour cela être vue de la religieuse, qui, à l’intérieur, reçoit le petit être. Souvent même le poids seul du bébé fait sonner la cloche.

Dr-valdès

Contrairement à tous les anciens usages, la mère cubaine peut venir réclamer son enfant. L’hospice de Cuba fut fondé en 1792 par le gouverneur espagnol Luis de las Casas et reconstruit en 1900 par Léonard Wood, gouverneur général de l’île. Le docteur J.-V. Valdès, directeur actuel de cette maison « au bénéfice des mères » fut lui-même abandonné dans cet asile. C’est donc avec tout son cœur qu’il s’occupe des malheureux petits abandonnés.

La France a possédé des tours. Ce fut Napoléon Ier qui légalisa cette mesure par décret en 1811. Quatre départements, ceux du Doubs, de la Meurthe, de Seine-et-Oise, du Haut et du Bas-Rhin refusèrent d’instituer ce système. Les quatre-vingt un autres départements en possédaient deux cent cinquante neuf. Les abandons se multiplièrent,
des enquêtes apprirent même que certaines mères déposaient leurs enfants dans l’espoir, généralement réalisé, de se les faire remettre ensuite avec le salaire payé aux nourrices.

De 1830 à 1841, deux cent treize tours furent fermés et malgré l’opposition de Chateaubriand qui prétendait que la suppression des tours conduisait aux multiples infanticides, ces derniers tombèrent peu à peu en désuétude pour disparaître complètement. Pourtant, à l’instar de la Havane, l’Irlande possède encore des tours pour l’abandon des enfants.

« Le Miroir. »Paris, 1920.