Henry VIII

Le procès du jambon de Dunmow

Publié le Mis à jour le

flitch_of_baconIl est une vieille coutume dans le comté d’Essex, en Angleterre, qui donne lieu chaque année à une amusante cérémonie connue sous le nom de « Procès du Jambon de Dunmow ».

D’après une tradition locale immémoriale, tout homme et toute femme légitimement mariés depuis un an et un jour au moins, s’ils peuvent jurer avec témoins et preuves à l’appui ne s’être jamais querellés, ni avoir à aucun moment de leur existence commune, regretté leur union ou même désiré secrètement quelque autre conjoint, auraient droit à un énorme jambon qui leur est offert avec tous les honneurs dus à un mérite si rare.

Ainsi donc à l’approche du solstice d’été les couples mariés de la région et des districts voisins sont invités à faire leur examen de conscience, et à décider, pour eux-mêmes d’abord, si pendant un an et un jour ils ne se sont jamais querellés. Les rares ménages qui arrivent à être satisfaits pour eux-mêmes de cette première épreuve — qui a du moins l’avantage de ne pas être publique — doivent alors notifier la perfection de leur vie conjugale et postuler le jambon de Dunmow huit jours avant le procès public. De toutes les parties du royaume, les « pèlerins », comme on appelle les candidats au jambon, accourent alors pour subir l’épreuve du procès. Au jour fixé, un jury spécial composé d’ordinaire « de six vierges et de six célibataires » et présidé par un juge de fortune, est chargé de se prononcer sur le mérite des candidats, pendant que des avocats d’occasion présentent le pour et le contre de leurs réclamations.

La coutume veut que les postulants subissent d’abord un interrogatoire sévère du juge à la maison communale; puis le cortège se forme, précédé du héraut et composé des miliciens à cheval portant les bannières ou sont écrits en lettres d’or les noms de tous les « pèlerins » ayant obtenu le fitch of bacon depuis le treizième siècle, des membres du jury, des avocats, du crieur public, des candidats, et enfin de solides pages exposant aux regards admiratifs du peuple le fameux jambon suspendu sur quatre longues perches. Aussitôt que le cortège arrive à la place publique, le procès commence. Les avocats des candidats font de leur mieux pour prouver les mérites de leurs clients pendant que ceux de la défense inventent toute espèce d’embûches pour faire tomber les candidats et sauver le jambon. Il est d’ailleurs d’habitude d’inviter de hautes personnalités du monde politique et littéraire à prendre part à ces débats, ce qui leur donne un relief aussi amusant qu’inattendu, et ce qui permet de spirituelles passes d’armes.

Finalement le jambon est adjugé à l’heureux couple qui pendant un an et un jour ne se querella jamais et ne regretta jamais son sort. Les candidats malheureux reçoivent chacun un quartier de jambon comme prix de consolation.

Certains, historiens font remonter l’origine de cette bizarre coutume aux moines du fameux prieuré de Dunmow, fondé en 1104, par Lady Juga, et rasé plus tard par Henry VIII, lors du triomphe définitif de la Réforme. D’autres en attribuent la paternité à Lord Robert, seigneur de Dunmow, célèbre pour ses prodigalités, sa générosité et son courage. Lord Robert était d’ailleurs surnommé Maréchal de l’armée de Dieu et de la Sainte Eglise, pour avoir aidé les barons anglais à battre le roi John dans les plaines de Runnymede en 1215, et à lui arracher la Magna Carta qui est la base de toutes les libertés britanniques. Mais ou ne sut jamais si Lord Robert institua ce prix par gratitude envers une compagne fidèle ou par vengeance posthume de ses déboires conjugaux !

Dans tous les cas, les conditions du concours devaient être bien difficiles pour nos ancêtres du moyen âge; car les chroniques de l’époque révèlent que depuis le règne du roi Jean jusque la Réforme, le jambon de Dunmow ne fut attribué que trois fois, comme s’il n’y avait pas plus d un exemple par siècle de parfaite félicité conjugale. Mais cet antique usage connut bientôt une renaissance, et pendant ces dernières décades surtout le « Procès du Jambon de Dunmow » jouit d’une popularité grandissante qui peut être considérée comme la consécration des vertus familiales qu’il exalte.

Cette année, le jambon a été adjugé au maître d’école Hend.

« Chantecler. » Tananarive, 1931.
Peinture : Robert Alexander Hillingford.

Publicités