Herriot

Administration

Publié le Mis à jour le

marquet

On peut être député socialiste et maire d’une grande ville de France, et ne pas avoir une culture très étendue. C’est le cas de M. Marquet, député de la Gironde et maire de Bordeaux, qui, lorsqu’il a un discours à prononcer devrait bien le faire rédiger par un de ses secrétaires. Il éviterait ainsi de faire des erreurs monumentales et qui ont dû faire sourire le lettré qu’est M. Herriot, et les autres personnes qui l’écoutaient.

C’était lors de la réception à l’hôtel de ville de Bordeaux des congressistes radicaux, en général, et de M. Herriot, en particulier. Adrien Marquet, s’adressant à l’ancien président de la Chambre, crut devoir l’accueillir par une phrase sortant de l’ordinaire et il ne trouva pas mieux que ceci :

Le maire de la ville où naquit Montaigne est particulièrement fier de recevoir le maire de la grande cité où naquit Rabelais.

Evidemment. le rapprochement était heureux, mais l’ennui c’est que Montaigne n’a jamais vu le jour à Bordeaux, mais au château de Montaigne, dans le Périgord, et que Rabelais n’a jamais été Lyonnais, étant né à Chinon !

A part cela, le reste est vrai.

Sacré M. Marquet ! avec les 45.000 francs qu’il touche à présent, que ne s’achète-t-il un dictionnaire ?…

« La Revue limousine : revue régionale. »  Limoges, 1926.
Illustration : Adrien Marquet, maire de Bordeaux, inaugure le nouveau stade de 1938.
Publicités

Chapeaux de paille d’Italie

Publié le

Germaine-Bouret

Savez-vous qu’à Florence, il existe une ligue pour la Défense… du chapeau de paille ?… La fabrication des chapeaux de paille est une importante industrie italienne, et l’on conçoit que les fabricants cherchent à la protéger. Mais quelle singulière maladie que celle de l’Association !

Des syndicats, des comités, des sociétés, des amicales, des ligues, des groupements… on ne voit que ça. On dirait que les citoyens ne se trouvent pas assez embêtés par les lois et le percepteur et cherchent à se soumettre à des statuts divers. C’est peut-être aussi parce qu’ils ont de cette manière plus de chances de devenir Présidents de quelque chose. Ça les flatte. On les appelle « Monsieur le Président », absolument comme Monsieur Poincaré, Monsieur Herriot ou Monsieur Doumer.

Alors, on pourrait peut-être inventer de nouvelles Ligues : une Ligue pour la Défense des fonds de culotte, à l’usage des potaches et des fonctionnaires; une Ligue pour la protection des Bas de Soie, une Ligue pour la Défense du chapeau de gendarme, etc. etc.

« La Revue limousine : revue régionale. »  Limoges, 1926.
Illustration :  Germaine Bouret.