hommes du nord

Les Vikings n’étaient pas que des pillards

Publié le Mis à jour le

Viking Asterix et Obelix 2012

Ces « hommes du nord », ou Nordmanni, comme les nomment les annales des IXe et Xe siècles, sont victimes d’un lieu commun. Ils sont présentés comme des pillards, s’attaquant aux pauvres populations chrétiennes sans défense. Mais la réalité est autre.

Le terme «Viking» désigne des hommes venus de Scandinavie, à la fin du VIIIe siècle, à bord de leurs navires, les knorr. Ils se rendent sur tous les rivages de la Baltique et de la mer du Nord. Leurs objectifs sont multiples. Ils exercent d’importantes activités commerciales, mais se livrent aussi au pillage des populations côtières, parfois en remontant les fleuves comme le Rhin, la Seine, la Loire. Le premier grand raid touche les îles Britanniques dans les années 790.

Pendant une grande partie du IXe siècle, le royaume de Francie (Le mot Francie a été créé par convention par des historiens pour rendre le mot latin Francia autrement que par France, dont c’est la traduction ordinaire, dès lors qu’on se situe aux époques mérovingienne ou carolingienne) occidentale est particulièrement ciblé par les Vikings et Charles le Chauve doit leur payer tribut. Parfois ils s’installent sur ces terres étrangères, d’où l’origine de la Normandie, concédée à Rollon par Charles le Simple en 911. En échange, le chef viking s’engage à protéger les côtes franques de futures attaques. Pour autant, il faut relativiser l’opposition entre Francs et Vikings.

Ces derniers ne sont pas seul à s’adonner au pillage. Au VIIIe siècle, les Pépinides, à la tête du royaume des Francs, mènent des expéditions contre les Saxons ou les Thuringiens. Le pillage et l’imposition de tributs permettent aux princes du haut Moyen Age d’alimenter leur trésor et d’alimenter et d’entretenir leurs troupes. Le pillage représente d’ailleurs une action héroïque pour les rois carolingiens. Le butin est fréquemment exhibé comme preuve de la valeur guerrière. Les pillages du IXe siècle ne sont donc pas nouveaux. Ce qui est inhabituel, c’est que les Francs en sont devenus les victimes.

Alors, pourquoi cette image de barbares ? Cela s’explique par les sources, essentiellement cléricales et monastiques. Les églises et monastères furent les cibles privilégiées des Vikings, d’où la réaction véhémente des clercs. Certains, comme Alcuin, présentent les Vikings comme une punition divine. Enfin, ils font partie d’un monde étranger, inconnu, terrifiant, où l’on se plaît à situer les monstres décrits par les auteurs de l’Antiquité.

Certains missionnaires ont vu des cynocéphales (hommes à tête de chien) parmi les  païens du Nord ! Les Vikings apparaissent comme des êtres sales, impies, rudes, contrairement à un monde carolingien qui se représente comme civilisé et chrétien. Le schéma à l’œuvre est le même que celui qui opposait Romains et Barbares. Une image négative, donc, qui nous en dit plus sur les représentations de « l’autre » par des clercs carolingiens que sur la réalité historique de ces Vikings.

Rodolphe Keller
*
« 150 idées reçues sur l’histoire »