invention télévision

Le théâtre à domicile 

Publié le Mis à jour le

Une curieuse expérience de transmission par sans fil de films sonores 

john logie bairdLondres, septembre (spécial). Après le film sonore, voici maintenant le télé-film-sonore. M. John Logie Baird, un des inventeurs de la télévision, vient en effet  de réaliser à Londres la première démonstration concluante d’une transmission par télévision d’un film sonore. 

Dans son théâtre de télévision, il a projeté un film de cinéma parlant qui étant transmis par sans-fil, d’un appartement situé à l’autre bout du bâtiment. L’expérience eût aussi bien réussi, autant que le permettaient les difficultés de transmission, à une distance de 2 ou 300 milles. Le film fut projeté sur un écran de verre par le procédé ordinaire de la télévision. L’image était parfaitement claire, la voix était rendue distincte par un appareil sonore ordinaire et la synchronisation de la parole à l’action était obtenue par une cellule photo-électrique. Cette cellule convertissait une étroite bande diversement impressionnée et située sur un des côtés du film en courants électriques qui  étaient alors amplifiés et conduits au haut-parleur. 

M. Baird pense que, dans peu de temps, il pourra non seulement transmettre des films parlants que chacun pourra voir et entendre dans l’intimité de son foyer, mais encore transmettre des films sonores d’actualité où l’on pourra voir et entendre un match de football, une course de chevaux ou une séance du Parlement. 

« L’Ouest-Éclair. » Rennes, 1929.

Bientôt !

john logie baird televisionLors d’un discours tenu récemment à Sydney, le célèbre  inventeur anglais, John Logie Baird, spécialisé dans les questions de télévision, a déclaré, selon le Wireless Weekly :

« Un jour, nous aurons la télévision en couleurs, et plus encore, en stéréoscopie ! »

Il expliqua que le problème de la télévision en couleurs est presque résolu, mais que cette découverte tout comme celle de la télévision, doit d’abord passer par une période de tâtonnements. Il a assuré qu’il s’occupait activement des rapports de la stéréoscopie et de la télévision, mais que, pour l’instant, il ne lui était pas encore permis de déclarer quoi que se soit à ce sujet, ne voulant pas donner au public un espoir qu’il n’est peut-être pas encore possible de réaliser. 

« L’Intransigeant. » Paris, 1938.

Publicités