Izard-Danry

Latude l’embastillé

Publié le Mis à jour le

-La_Bastille

Bien des gens ont lu des romans ou vu représenter des drames ayant pour héros Latude, le célèbre prisonnier de la Bastille; ils ont pu se demander quelle part doit être faite à l’histoire et à la légende dans ce qu’on rapporte sur la vie de ce personnage.

Il est évident qu’on a beaucoup brodé sur la donnée première de cette singulière existence, et qu’on a largement poétisé le caractère de ce malheureux, expiant pendant une longue suite d’années une folle idée de jeunesse, qui de nos jours sans doute paraîtrait innocente, mais qui fut alors considérée comme essentiellement criminelle et traitée en conséquence.

latudeSans fortune, sans état, sans ressources, le jeune Izard Danry (car tel était son nom véritable, celui de Latude étant celui d’un seigneur dont il se disait le fils) conçut l’étrange projet d’intéresser à son sort Madame de Pompadour, en feignant d’avoir découvert le secret d’un attentat qui devait être dirigé contre elle. Il enferma donc deux ou trois petites fioles pleines d’une substance quelconque dans une boîte de carton, qu’il acheva de remplir avec de la poudre d’alun et d’amidon, mit comme adresse: A Madame la marquise de Pompadour en cour, puis écrivit: Je vous prie, Madame, d’ouvrir le paquet en particulier, et la boîte fut par lui confiée à la poste. Il écrivit d’autre part à la marquise pour avoir une audience, où il devait lui faire savoir que, se promenant aux Tuileries, il avait entendu deux Individus comploter l’envoi de cette espèce de machine infernale; démarche qui allait forcément, pensait-il, lui valoir la reconnaissance et, partant, la protection de la puissante dame.

c3a9vasion-de-latude-de-la-bastilleMais on remarqua, tout naturellement, que la suscription de la boîte et celle de la lettre étaient de la même main. On chercha, on arrêta l’auteur, dont la terrible police du temps fit un personnage dangereux. Et pour lui commença cette longue captivité que plusieurs évasions divisent en périodes plus romanesques les unes que les autres. Emprisonné la première fois en 1749, il ne fut définitivement laissé libre qu’en 1784.

Quoi qu’il en soit, un dossier très complet de l’arrestation et du séjour de Danry-Latude à la Bastille subsiste encore aujourd’hui dans le fonds des archives de la vieille prison d’État, conservées à la Bibliothèque de l’Arsenal. On y trouve comme pièces particulièrement intéressantes la fameuse boite, portant encore ses diverses suscriptions, le procès-verbal d’arrestation, les interrogatoires, plusieurs lettres écrites par Latude de sa prison, dont une longue tracée avec son sang sur un fragment de chemise, etc.

Nous donnons le fac-similé photographique du couvercle, ou se voient, outre la recommandation adressée à la destinataire, la signature de Danry et celle du lieutenant de police Berryer, qui a reçu les déclarations de l’inculpé.

Latude

« Curiosités historiques et littéraires. »  Eugène Muller, Delagrave, Paris, 1897.

Publicités