Jardin zoologique

La chasse du roi

Publié le Mis à jour le

lord-curzonCette histoire nous est contée par la Gazette de Bombay.

Lors de son dernier voyage le vice-roi des Indes, lord Curzon, manifesta le désir de  chasser à l’ours. Grand embarras du gouverneur… Ce plantigrade avait depuis beau temps disparu de la région. 

Ce fonctionnaire émérite donna pourtant complète satisfaction à son supérieur, qui put prendre part à la chasse à l’ours demandée. Il est vrai que, le jour de la chasse, on s’aperçut qu’un des pensionnaires du jardin zoologique de la ville manquait à l’appel. 

Par bonheur, le vice-roi est mauvais tireur. Il manqua son coup, de sorte que, dès le lendemain, à la grande joie des petits Hindous, Martin avait repris possession de sa cage au jardin zoologique. 

Publicités

Comment on nourrit un boa

Publié le

 

boa-zoo

On sait que les serpents peuvent rester plusieurs mois sans prendre de nourriture.

Ils sont de plus très capricieux en ce qui concerne leurs repas. Telle chose leur plaît un jour dont ils ne voudront pas dans une autre circonstance. Cet état est encore augmenté lorsque les reptiles sont en captivité. Ils vont parfois même jusqu’à refuser toute nourriture.

Tel était le cas d’un superbe boa qui faisait l’ornement du Jardin Zoologique de New York. Les Américains n’aiment pas qu’on leur résiste. En vain essayèrent-ils de faire défiler devant le reptile entêté les mets les plus alléchants pour lui, rien n’y fit. Le boa resta insensible et continua son jeûne.

Il fallait agir. Que fit-on ? Une dizaine d’hommes s’emparèrent du reptile, on lui ingurgita de force lapins et poulets. Le boa se débattit comme un beau diable et ce n’est pas sans peine et sans luttes que l’opération put être menée à bonne fin.

« Le Grand illustré »  Paris, 1906.

Old Bill

Publié le

 perroquet

Il vient d’arriver aux braves Londoniens habitués du Jardin Zoologique de l’endroit une bien tragique mésaventure.

Depuis cent ans, ils avaient un perroquet favori qu’ils visitaient de père en fils avec fidélité. Il s’appelait Old Bill, il faisait des plaisanteries, on lui faisait des plaisanteries, et, de temps en temps, les journaux parlaient de lui.

Tout allait donc bien, et ce vieux garçon d’Old Bill coulait des jours paisibles… quand, il y a quinze jours, à peine, voilà-t-il pas qu’Old Bill, pond un œuf !

Old Bill n’était pas un garçon. Old Bill était une femme, avait-il trompé son monde, pendant un siècle !

Et les Anglais sont consternés.

« Le Journal hebdomadaire. »  Paris, 1927.

Le boa assoupi

Publié le Mis à jour le

attaque-boa

Le pavillon des serpents du Jardin zoologique de New York a été, récemment, le théâtre d’une scène terrible. Un gardien était entré dans la grande cage pour porter à manger au boa constrictor, qui paraissait assoupi.

Tout d’un coup, l’homme sentit que le serpent s’enroulait autour de ses jambes, et cherchait à l’attirer vers le fond de la cage.

Le malheureux gardien se cramponna désespérément aux barreaux de la grille et se mit à appeler au secours. A ses cris, des gens accoururent, et bientôt on vit quinze hommes en lutte avec le serpent pour lui arracher sa proie.

Il se passa quelques minutes d’angoisse. On croyait le pauvre homme irrémédiablement perdu, mais enfin, grâce aux efforts réunis des sauveteurs, le reptile dut lâcher prise.

Le gardien a été retiré de la cage dans un état lamentable.

« Le Petit Journal illustré. » Paris, 12 Avril 1908.