jeu de billes

Le commerce des billes et le jeu des billes

Publié le Mis à jour le

jeu_billes_bretagneLe commerce des billes est des plus importants, et il est des pays, comme la Hollande, par exemple, qui chiffrent leurs affaires en billes par des millions. 

C’est de la Hollande que viennent les plus belles billes, celles faites d’albâtre, de marbre et de pierre. Des fragments de ces matières sont arrondis au moyen d’une sorte de moulin de fer, qui les projette à travers des trous d’un diamètre différent. 

La Saxe fabrique aussi des billes de pierre. 

L’Angleterre fournit les billes d’argile. 

Les grosses billes qui s’appellent de différents noms, suivant les provinces et l’argot ou le patois admis au nord et au sud, s’appellent dans la langue courante du commerce des calotsbilles_kabylie_ Dominique_C._ OttaviQuant aux noms des jeux de billes, ils sont nombreux. En faisant appel aux souvenirs de son enfance, il n’est pas un bachelier de la ville qui ne retrouve au moins ceux-ci : la bloquette, la poursuite, le pot, la pyramide, la tapette, le triangle, le cercle ou rangette, le tirer, la trime, le serpent, les villes,  les transports,  les neuf trous,  le casse-billes,  les billes à la file, la bille au dé

Le jeu des billes est un jeu fort ancien. Suétone parle de l’empereur Auguste, qui conviait de jeunes garçons esclaves à faire la partie avec lui. Ces joueurs se servirent d’abord de noix; mais ils ne tardèrent pas à se procurer de petits galets ronds ramassés au bord de la mer, et enfin ce fut pour eux qu’un marchand romain imagina les billes de grès. 

« Almanach de France et du Musée des familles. » Paris, 1876.

Publicités