juge

Quatrième pouvoir

Publié le Mis à jour le

villemessant
Hippolyte de Villemessant

Voici les duels qui recommencent. On s’est provoqué et battu la semaine dernière ! A propos de duel, citons l’anecdote suivante que Villemessant se plaisait à raconter.

Assigné, comme témoin, dans une affaire de duel, il attendait depuis si longtemps que le juge d’instruction l’introduisît dans son cabinet qu’il finit par dire au garçon :

Prévenez votre magistrat que, s’il ne m’appelle pas d’ici à cinq minutes, je retourne à mon journal ou j’ai affaire.

Le juge, qui avait entendu, sortit comme une trombe de son bureau, et, interpellant Hippolyte de Villemessant :

Monsieur, fit-il, vous resterez ici tant qu’il me plaira. Vous ne savez donc pas quels sont les pouvoirs d’un juge d’instruction ? Si, demain, je convoquais le prince Napoléon et qu’il refusât de se rendre à mon appel, j’aurais le droit de le faire amener ici entre
deux gendarmes. Ainsi, vous voyez !

Villemessant, qui avait repris tout son calme, répondit simplement :

Eh bien, monsieur si j’étais à votre place, je ne donnerais pas suite à votre projet de faire arrêter le prince Napoléon qui, en cas de mort du prince impérial, serait l’héritier du trône; qui, en outre, est sénateur, général de division et gouverneur général de l’Algérie.
Vous ne comprenez pas, répliqua vivement le juge d’instruction. Je vous ai seulement rappelé que, si je voulais, je pourrais…
— Enfin, vous ferez ce que vous voudrez, reprit flegmatiquement Villemessant, mais arrêter ainsi le prince Napoléon, c’est bien grave !
— Mais jamais je n’ai eu une minute l’intention…
— Et, poursuivit Villemessant, quand l’empereur apprendra que vous vouliez placer son plus proche parent entre deux gendarmes…
— Mais non ! Mais non ! criait le malheureux magistrat, affolé.
— Quant à moi, je ne vais pas manquer de raconter aux lecteurs du Figaro ce que vous venez de me communiquer; j’intitulerai l’article :

« Arrestation probable du prince Napoléon. »

Le juge, navré, fit immédiatement entrer le journaliste dans son cabinet, et, l’interrogatoire terminé, le reconduisit jusqu’à la porte en le suppliant de ne pas ébruiter leur conversation.

Bixiou. « La Revue hebdomadaire. » Paris, 1907.

Civilité d’un juge

Publié le Mis à jour le

western

Voici comment un juge américain, connu dans tout l’Ouest par sa politesse exquise, qui contraste tant avec le sans-gêne habituel des Yankees, a récemment annoncé à un meurtrier sa condamnation à mort :

« Accusé, monsieur D…, levez-vous, je vous prie. C’est là une formalité prescrite par la loi, sans cela, je me ferais un scrupule de vous déranger. Vous êtes inculpé d’un crime qualifié d’assassinat, je crois.

A mon grand regret, le jury vous a déclaré coupable. J’ai malheureusement, tout en réservant mes sentiments personnels, à vous annoncer que vous devez être pendu par le cou jusqu’à ce que vous soyez mort, mort, mort ! Maintenant, je vous prie, rasseyez-vous. Permettez-moi encore une question : à quelle heure vous serait-il le plus convenable d’être pendu ? »

« Le Voleur illustré. » Paris, 1869

Beware of pickpockets

Publié le Mis à jour le

hergéUn journal a ouvert une enquête sur la recrudescence du vol par pickpockets pendant la saison du tourisme.

Les tribunaux français suivront-ils le raisonnement du juge Longfellow, de Philadelphie, qui condamna un jeune Américain surpris en flagrant délit de vol à la tire à 50 dollars d’amende ? En effet, l’agent qui avait arrêté le délinquant lui fit alors observer :

 Il ne pourra pas verser les 50 dollars, je viens de le fouiller, il n’a que 30 dollars en poche.
— Ah ! c’est ainsi, dit le juge, eh bien ! relâchez-le dans la foule, d’ici une heure, si vous ne le perdez pas de vue, il pourra nous payer les 50 dollars qu’il nous doit.

Le fisc n’a rien inventé.

Inspiré d’un article de  « L’Echo d’Alger. » 1939.
Dessin de Hergé.

Souvent jurisprudence varie

Publié le Mis à jour le

marchande-quatre-saisons

On sait que la 10e-11e Chambre correctionnelle a, ces derniers temps, décidé que dire à un gardien de la paix « Ta gueule ! » constitue une simple invitation au silence, non susceptible d’être considéré comme l’injure à un agent, punie par l’article 224 du Code pénal.

Cette jurisprudence ne manque pas d’être originale, surtout à la 10e-11e chambre, où récemment une marchande des quatre-saisons (de 34 ans) a été condamnée dans les conditions suivantes :

Un agent relevant, en décembre dernier, contre cette jeune femme une contravention, lui demanda, selon l’usage, quels étaient ses nom, prénoms, âge et profession. 

 J’ai 77 ans,  répondit, en riant, la contrevenante.
—Veuillez, répliqua le gardien de la paix sur un ton sévère, me répondre sérieusement.

Alors la marchande des quatre-saisons non sans gravité : 

 Eh bien, mettez sur votre procès-verbal que j’ai dix-sept ans et demi.

L’agent considérant cette réponse comme un outrage, rédigea séance tenante, un second procès-verbal. Celui-ci motiva à la 10e-11e chambre contre la femme de 34 ans toujours jeune une condamnation à 50 francs d’amende pour infraction à l’article 224, punissant l’outrage fait par parole à un agent de la force publique.

La réponse gouailleuse de la marchande ne constituait-elle pas une invitation à l’agent d’être moins indiscret ? Qu’en pense juridiquement le président Legler ?

«Le Strapontin.»Paris, 1917.
Illustration : peinture de  Louis Marie de Schryver (1862-1942).

Un testament original

Publié le Mis à jour le

judge-george-jeffreys

Il y a eu de curieux testaments. Celui de lord Jeffreys, le terrible juge des « assises sanglantes » , est bien digne d’enrichir cette collection.

« J’ordonne que l’on achète une aune et demie de fine batiste et qu’on la transforme en mouchoirs destinés à essuyer tous les yeux humides à mes funérailles, ainsi qu’une demi-pinte de bordeaux pour être distribuée à tous ceux qui pleureront ma mort dans toute l’étendue du Royaume-Uni. »

« Le Pêle-mêle. »Paris, 1925.

L’âge avancé

Publié le Mis à jour le

femme

Blanche Vogt raconte dans l’Intransigeant le curieux procès que voici :

Un monsieur vient de mourir en laissant toute sa fortune à sa cuisinière, sous la réserve d’une condition. Ce patron a stipulé sur son testament que pour jouir de ses biens, quand il mourrait, Julie devait être dans un âge avancé.

Un neveu intéressé, comme il s’en trouve quelquefois, attaque le testament sous le prétexte que Julie n’ayant que 49 ans à la mort de son maître, cet âge ne constitue pas un « avancement » suffisant pour justifier la nécessité d’hériter.

La question est portée devant un tribunal de province. Les juges seront sans doute bien embarrassés pour la trancher. Une femme de quarante-neuf ans est-elle une femme d’un âge avancé ? Julie, la cuisinière, l’assure d’une voix forte. Et c’est peut-être la première femme qui mette tant de franchise et si peu de coquetterie à cet aveu.

Le neveu, en galant chevalier, va partout clamant qu’à 49 ans une femme est à la fleur de l’âge, voire même qu’elle participe encore de l’adolescence. On dit que cette rare délicatesse semble suspecte à certains experts en toge.

Comment se comporteront les magistrats français ? Peut-être laisseront-ils la question indécise, de sorte que les femmes de 49 ans conserveront le bénéfice du doute.

« La Revue limousine. »  Limoges, 1927. 

Justice picturale

Publié le Mis à jour le

Charles-François-Daubigny

Je ne sais pas ce que l’avocat de Jean-Charles Millet a l’intention de raconter aux juges le jour de l’audience pour la défense de son client, mais il semble que, si j’étais à sa place, je n’hésiterais pas.

 Messieurs, dirais-je, l’homme que vous avez devant vous n’est pas l’escroc vulgaire que l’on a tenté de représenter, c’est un justicier ! En contrefaisant les toiles de son illustre grand-père, il cherche non pas à réaliser un profit pécuniaire, mais à satisfaire un besoin autrement noble, autrement élevé. Il a voulu venger le grand peintre que l’ignorance des amateurs, la cupidité des marchands condamnèrent jadis à la misère !…

— Savez-vous, Messieurs, combien M. Millet vendit l’Angélus, cette toile célèbre dans le monde entier et qui, aujourd’hui, se vendrait au moins une dizaine de millions ?… Huit cents francs, Messieurs, huit cents francs, en tout et pour tout ! Aussi mourut-il dans un état voisin du dénuement, après avoir peint pendant plus de quarante ans des centaines, des milliers de toiles dont la moindre vaut à présent une fortune…

 Mon client, Messieurs, a compris la leçon que comportait une telle aventure. Artiste de valeur, lui aussi, il aurait pu sans doute peindre des tableaux, des vrais, qui eussent fait, dans quelques années, la fortune des marchands. Il a préféré en vendre de faux, et récupérer de la sorte l’héritage de son aïeul.

Voilà ce que je dirais, étant avocat, pour défendre le faussaire J.-C. Millet. Mais peut-être serait-il condamné tout de même. Pour peu que. le Président du tribunal soit amateur de peinture et ait, dans sa collection, quelques Millet fabriqués par Paul Cazot…

« Le Quotidien de Montmartre : journal hebdomadaire. » Paris, 1930.

Illustration : Charles-François Daubigny.