l’Ambigu

Chapeau bas

Publié le Mis à jour le

dumas

Dumas père avait le meilleur des caractères. Mais encore, à l’occasion, savait-il se faire respecter. Un jour, son valet de chambre lui annonça le directeur d’un grand théâtre parisien.

Faites entrer ici même, dans mon cabinet de travail, dit le célèbre romancier.

Le directeur se présenta, sans se donner la peine d’enlever son chapeau, et d’un ton familier :

Qu’apprends-je, mon cher Dumas, vous donnez la Dame de Montsoreau à l’Ambigu ?

Oui, monsieur.

Définitivement 

Oui, monsieur.

Pourtant, si je vous offrais cinq mille francs de prime ?

Ça ne changerait rien, monsieur.

Dix mille ?

Je refuse, monsieur.

Quinze mille ?

Assez, monsieur !

L’Ambigu vous en donne, donc vingt mille ?

Non, monsieur, beaucoup moins.

Mais, alors, quelle spéciale faveur vous fait mon heureux concurrent ?

Aucune… sinon de me parler le chapeau à la main.

« Magazine universel. »  Paris, 1903.