Le facteur-boîtier

Le facteur-boîtier

Publié le Mis à jour le

mascaraOn nous adresse la lettre suivante sur laquelle nous appelons l’attention de M. le directeur des Postes :

« Franchetti, 24 août 1886.
« Monsieur le Rédacteur,

« On dit souvent que « moins on en fait, moins on veut en faire.» C’est le cas de notre facteur-boîtier dont le périmètre de distribution est fort limité. Cependant cet humble fonctionnaire affiche des prétentions qui nous semblent exorbitantes et très préjudiciables à nos intérêts.

« Le train d’Arzew, qui nous porte le courrier d’Oran et de France, arrive à Franchetti à 4 h. 29 minutes. Rien n’est donc plus facile de nous mettre immédiatement en possession de notre correspondance. C’est pour notre facteur cachir à peine 15 minutes de travail; mais il trouve que c’est trop et invoquant de prétendus règlements se refuse à cette distribution du soir, qui se fait cependant dans toutes les autres localités, placées comme nous sur la ligue du chemin de fer. Il n’y a sans doute aucune raison pour que nous soyons moins bien traités que nos voisins de Charrier, Traria, etc.

« Nous pensons que M. le directeur des Postes sera de-cet avis et qu’il s’empressera de nous faire distribuer régulièrement, dès son arrivée, le courrier le plus important qui nous parvienne chaque jour.

« Veuillez agréer, M. le Rédacteur, etc.

« Un groupe de Colons. »

« L’Indépendant de Mascara. » Mascara, 29 août 1886.