le grand œuvre

L’assassin de l’alchimiste

Publié le Mis à jour le

alchimiste mindscapeJe sais une légende du nord de la France, qui ne donne le frisson rien que d’y penser. Il s’agit d’un alchimiste qui a poignardé son propre père pour s’approprier le secret du grand œuvre, découvert par le vieillard et révélé dans un livre magique.

Ce forfait a été commis au fond d’une de ces mystérieuses cryptes, si communes dans le Cambrésis, et sur l’une desquelles, soit dit en passant, se trouve bâtie la ville qui eut Clodion pour roi, que conquit Louis XIV, et dont Fénélon fut l’archevêque.

Son crime accompli, l’assassin ramasse le livre qui contient le secret de son père, et s’approche d’une lampe pour lire les formules fatidiques. A l’instant même, la lampe saisie par une main invisible, est transportée à l’extrémité du souterrain, où elle apparaît comme une lueur phosphorescente. L’alchimiste, son livre à la main, court vers elle; la lampe recule devant lui; et depuis des siècles et des siècles, plongé dans l’obscurité, haletant, baigné d’une sueur glacée, accablé de fatigue, mourant de soif et de faim, en proie au désespoir et toujours son livre à la main, il court, sans pouvoir mettre un terme à sa marche épouvantable, sans pouvoir approcher de la lampe les pages magiques !

Certaines questions scientifiques, quand je me penche sur leur abîme, me font éprouver quelque chose du vertige du damné dont la légende flamande raconte l’histoire.

De ce nombre, plus que toute autre, est la question de l’aliénation mentale. Ou commence-t-elle ? où s’arrête-t-elle ? qu’est-ce qui est folie et qu’est-ce qui est raison ?Quelle nuance imperceptible sépare le génie de la démence, la vision céleste de l’hallucination ? Pas une voix humaine ne répond à ces questions fatales. Et cependant, que de savants ont écrit sur la folie ! Aristote, Zenon, Chrysippe, Érasme, Arnold, Chrichton, Ferriar, Hibbert, Esquirol, Fabret, Darwin, Heuret, Paterson, Abercombrie, Bonnet, Foville, Lélut, Bland, Calmeil, Aubanel, Baillarger, M chéa, Szafkowski, Dendy, Parchappe et Brierre de Boismont.

brierre_de_boismont

Alexandre Brierre de Boismont surtout, a publié un livre intitulé des Hallucinations (1), et dans lequel il professe qu’un homme peut tout à la fois être fou et raisonnable, c’est-à-dire, voir des êtres surnaturels, subir des visions, entendre des voix mystérieuses, et cependant rester en possession de son intelligence, de sa volonté, et même de son imagination. Son volume renferme des milliers d’observations médicales. Ces observations sont, la plupart, de petits drames, tantôt sinistres, tantôt bouffons.

J’ai connu, dit Wirdan, cité par M. Brierre de Boismont, j’ai connu un homme fort intelligent et très aimable qui avait le pouvoir de placer son image devant lui; il riait de bon cœur à la vue de son sosie, qui paraissait aussi lui-même toujours rire. Cette illusion fut pendant longtemps un sujet de divertissement et de plaisanterie; mais elle eut une fin déplorable. Le pauvre homme se persuada peu à peu qu’il était hanté par son double. Cet autre lui-même discutait opiniâtrement avec lui, et a sa grande mortification, le réfutait quelquefois, ce qui ne laissait pas de l’humilier beaucoup, à cause de la bonne opinion qu’il avait de son raisonnement. 

Quoique le singulier malade ne fût jamais soumis à la plus légère contrainte, il finit toutefois par prendre en dégoût la vie, et résolut de ne pas commencer une nouvelle année. Il paya toutes ses dettes, enveloppa dans des papiers séparés le montant des dépenses de la semaine, attendit, un pistolet dans la main, la nuit du 31 décembre, et, au moment où la pendule sonnait minuit, il se fit sauter la cervelle. 

(1) « Des hallucinations, ou Histoire raisonnée des apparitions, des visions, des songes, de l’extase, du magnétisme et du somnambulisme. », Paris, G. Baillière, 1845.
« Patrie » 15 juin 1859. Henri  Berthoud.
« L’Avenir : moniteur du spiritisme. » Paris, 3 novembre 1864.
Illustration : « Le secret de l’alchimiste » cd rom, Mindscape, 2004 .
Portrait de Brierre de Boismont, Nadar, 1901.

Publicités