légende

Les bébés salés

Publié le

georges-de-la-tourSi saint Nicolas (celui de la légende qui ressuscita en soufflant dessus les trois petits enfants qu’a sept ans qu’sont dans l’saloir, où les a couchés un féroce charcutier), si  ce saint Nicolas, dis-je, se promenait en Arménie, il pourrait y exercer sa thaumaturgie protectrice de l’enfance.

Non que les Arméniens aient coutume de fabriquer des conserves avec les petits enfants qui s’en vont glaner aux champs, mais tout de même ils font subir à leurs nouveau-nés un traitement que j’oserai qualifier de barbare.

Cette coutume se pratique normalement. Dès leur naissance, les nouveau-nés sont entièrement recouverts de sel et restent ainsi pendant trois heures. Après quoi, on les lave à l’eau chaude.

Chez différentes peuplades d’Asie, ce séjour dans le sel se prolonge pendant vingt-quatre heures.

Cette coutume est attribuée à une superstition. Le sel exorciserait les nouveau-nés, leur procurerait la force et la santé, et les soustrairait à l’influence des mauvais esprits.

Il est à peine besoin de remarquer que ces petits êtres n’ont pas été consultés et que, s’ils l’étaient, ils seraient très probablement d’un avis différent.

« Nos lectures chez soi. » Paris,  1910.
Peinture de Georges de La Tour.

Publicités

Le culte du huit-reflets

Publié le Mis à jour le

aborigène

Le cannibalisme n’existe presque plus qu’à l’état de légende parmi les aborigènes d’Australie.

Mais du temps où ils massacraient les envahisseurs pour les mettre à la broche, ils ont conservé un souvenir curieux. Ils ont le grand respect, le culte, pour ainsi dire, du couvre-chef européen, et principalement du chapeau haut de forme.

Celui-ci est l’apanage des chefs aborigènes, et c’est un spectacle étrange de les voir, le corps presque entièrement nu, partir pour quelque expédition de chasse, la tête recouverte d’un ancien huit-reflets quelque peu fatigué.

Paris, 1910.

La source de Bagnoles

Publié le

bagnoles-de-l-orneLa légende populaire attribue la découverte des propriétés de la source thermale de Bagnoles à un fait qui tient du merveilleux :

Vers le milieu du XVIe siècle, un cheval poussif, vieux courrier, victime des détestables chemins d’alors, fut abandonné hors d’haleine et mourant sur la route de Mayenne par son maître, qui allait à la foire de Guibray. Ce pauvre animal, inspiré par un reste d’instinct conservateur, se traîna vers la fontaine de Bagnoles, s’y baigna, s’y désaltéra chaque jour. A la saison suivante, son maître, qui repassait, le retrouva frais, le poil lisse et la respiration facile. Il le reprit.

Suivant une autre vieille histoire, le cheval seul n’aurait pas fait découvrir l’efficacité des eaux :

Il y a près de deux siècles, dit une vieille chronique d’Alençon de 1740, que cette fontaine fut découverte par les habitants de ces quartiers, naturellement attaqués d’une gale affreuse, qui ressemble à la lèpre, et par un cheval poussif outré, hors d’état de servir et abandonné dans les forêts. Les peuples qui les premiers se baignèrent dans cette fontaine, accablés de ces gales affreuses, devinrent sains et propres comme s’ils venaient de sortir du ventre de leur mère, et le cheval poussif, après avoir bu quelque temps de l’eau de cette fontaine, se guérit si parfaitement, qu’il fit l’admiration de ceux qui l’avaient vu hors d’état de servir. 

La même chronique dit que les dames normandes s’y rendaient en grand nombre pour s’y guérir de la stérilité. Enfin, si l’on en croit une vieille légende encore chantée dans le pays, un père capucin, entièrement privé de l’usage de ses jambes, fut apporté à  Bagnoles pour s’y guérir, apercevant l’un des rochers qui se termine par deux pointes ou aiguilles, distantes d’environ quatre mètres :

Mon Dieu, fais que cette eau me rende,
Dit-il, l’élan que je n’ai plus,
Et par ce roc fourchu bizarre,
Je jure de franchir d’un bond
La distance qui le sépare,
Si de mes douleurs je me gare. 

On le prit, on le plongea dans les eaux claires du bassin, et en peu de temps le père capucin recouvra si bien force et santé…

Qu’il prit un jour sa course,
Et, malgré le poids de sa bourse,

sauta d’une aiguille à l’autre du roc. Puis dans ce lieu se fit ermite et vécut, jusqu’à cent ans passés.

De cet endroit, ô jeunes filles,
Il est défendu d’approcher;
Mais, à travers pins et charmilles,
On montre encore deux béquilles
Dans les fissures du rocher.

Depuis, se rocher s’appelle le roc du capucin.

A.-R. de Liesville. « Sources chaudes de Normandie. » Paris, 1858.

La licorne

Publié le Mis à jour le

licorne-femmeLa licorne a passé pendant longtemps pour un animal fabuleux, bien à tort puisqu’elle existe au Thibet*. On en trouve beaucoup dans le voisinage d’un grand lac situé non loin  de la petite ville d’Atdza, et les habitants de ce pays n’attachent pas plus d’importance à cet animal qu’aux autres, ne se doutant nullement que son existence a été le sujet de bien des controverses. Voici les détails qu’a donnés sur la licorne M. Klaproth, un célèbre orientaliste anglais :

La licorne du Thibet  s’appelle, dans la langue du pays, séroum, tou-kio-cheou en chinois et keré en mongol. La licorne se trouve mentionnée pour la première fois chez les Chinois dans un ouvrage qui traite de l’histoire des premiers siècles de notre ère. Il y est dit que le cheval sauvage, l’argali et le kiotouam sont des animaux étrangers à la Chine, qu’ils vivent dans la Tartarie, et qu’on se servait des cornes du dernier pour faire des arcs qu’on nommait arcs de licorne

Les historiens chinois, mahométans et mongols parlent tous de la tradition suivante : En 1224, Tchinggiskhan se préparait à aller attaquer l’Indoustan. Ayant soumis le Thibet, il se mit marche pour entrer dans l’Enedkek (l’Inde). Comme il gravissait le mont Djadanaring, il vit venir à sa rencontre une bête fauve de l’espèce appelée sérou, qui n’a qu’une corne sur le sommet de la tête. Cette bête se mit trois fois à genoux devant lui comme pour témoigner de son respect. Tout le monde fut étonné de cet événement et le monarque s’écria :

« L’empire de l’Indoustan est, à ce qu’on assure, le pays où naquirent les majestueux Bouddhas et Baddhisatvas ainsi que le puissant Bogdas ou prince de l’antiquité. Que peut donc signifier que cette bête privée de la parole me salue comme un homme ? »

Cela dit, il rebroussa chemin et retourna dans sa patrie. L’Indoustan fut sauvé par une licorne. Ce fait, pour être fabuleux, ne démontre pas moins l’existence d’un animal à une seule corne dans les hautes montagnes du Thibet. 

Il y a dans ce pays des endroits qui tirent leur nom du grand nombre de licornes qui y vivent par troupeaux, tel que le canton de Sérou-dziong, c’est à-dire village de la rive des licornes, il est situé dans la partie orientale de la province de Kham et tout près des frontières de la Chine. licorneLes licornes hantent de préférence les pays qui ont des lacs salins, elles lèchent le sel qui est déposé sur les terres environnantes, elles ont une forme gracieuse qui rappelle celle de l’antilope, elles ont de grands yeux expressifs et fort beaux, elles sont d’une couleur rougeâtre à la partie supérieure du corps et blanche dans les parties inférieures, elles sont très farouches dans l’état sauvage. Il est impossible de les approcher, car elles s’enfuient au moindre bruit. Attaquées, elles font face à l’ennemi et elles résistent courageusement. Blessées, elles poussent des cris qui se rapprochent des cris humains. 

Le mâle et la femelle ont la même apparence. 

Les caractères distinctifs de la licorne sont d’abord une corne noire longue et pointue, ayant trois légères courbures avec des anneaux circulaires vers la base, ils sont plus saillants sur le devant que sur le derrière de la corne qui a généralement cinquante centimètres de longueur et dix centimètres de circonférence. 

Second signe distinctif, la licorne a deux touffes de crins qui sortent du côté extérieur de chaque narine. Beaucoup de soie autour du nez et de la bouche. Son poil très dur est creux comme celui de tous les animaux qui habitent le nord de l’Himalaya, il a environ cinq centimètres de longueur, il est si touffu qu’il fait l’effet au toucher d’une masse solide. En dessous de ce rude poil, la licorne a sur le corps un duvet fin, doux. Ceci est un trait distinctif propre à tous les quadrupèdes qui vivent dans les régions des monts Himalaya, et les fameuses chèvres dites kachemir le possèdent aussi, et c’est avec ce duvet  qu’on fait les châles cachemir. 

Il est probable que l’antilope-licorne du Thibet est l’oryx capra des anciens, elle se trouve aussi dans les déserts de la haute Nubie. Les Nubiens la nommant ariel, les Hébreux la nommaient reèm et les Grecs monokéros

*Thibet ou tibet : les deux transcriptions orthographiques sont possibles. Cela s’explique suivant qu’on accepte l’étymologie chinoise ou thibétaine du mot.

Louis De Vorth. « Les Deux mondes. » Paris, 1880.

L’Eldorado

Publié le

eldorado

Vous avez souvent entendu dire d’un joli endroit : « C’est un Eldorado ». Peut- être, dans les environs du lieu où vous habitez, existe-t-il un théâtre, un concert, un restaurant portant cette enseigne. Vous êtes-vous jamais douté que ce nom avait une origine historique remontant à l’époque de la découverte de l’Amérique ? 

Lorsque les Espagnols, sous la conduite de Pizarro, eurent conquis le Pérou, les Incas, emportant de leurs richesses ce que les vainqueurs ne leur avaient pas ravi, s’enfuirent vers l’est et se réfugièrent dans les forêts situées sur le versant oriental des Andes. Les Espagnols, persuadés que les trésors qui les avaient éblouis à leur arrivée au Pérou provenaient de ces régions inconnues, résolurent de s’en emparer. 

Leur croyance fut corroborée par l’arrivée d’une ambassade indienne qui prétendit être envoyée par un souverain dont l’empire était placé dans les montagnes situées au nord-est, et dont les richesses étaient si grandes que chaque matin, à son lever, ses serviteurs lui enduisaient le corps d’une résine odorante, sur laquelle on lui insufflait, à l’aide de longs chalumeaux, de la poudre d’or. Celle-ci, retenue par la résine, adhérait à la peau et le dorait des pieds à la tête. Le soir, au coucher du soleil, afin de se débarrasser de ce revêtement qui ne devait pas être agréable à porter, le roi se baignait dans un lac où ses sujets offraient en sacrifice à leurs dieux des vases d’or et des objets précieux qu’ils jetaient dans l’eau. 

Cette fable, qui cachait sans doute un piège pour attirer les Espagnols dans des contrées difficiles, trouva créance auprès de ces conquérants crédules et avides de butin. Ce récit fut amplifié en passant de bouche en bouche et on appela ce roi El rey dorado, ce qui, en espagnol, signifie « le roi doré», d’où vint par corruption le mot Eldorado, qui fut attribué à ce pays merveilleux où l’or ruisselait de toutes parts et où les pierres précieuses couvraient le sol. 

Des expéditions nombreuses furent organisées successivement pour trouver cet Eldorado. On le chercha sur le haut Amazone, dans le sud du Venezuela et sur les territoires des Guyanes, mais toutes eurent naturellement pour résultat des désastres, et le plus grand nombre de ces aventuriers qui s’étaient lancés à la recherche de cette contrée fantastique, périrent de maladies, de misère ou de faim.

Gazette de France : 1894.

La catastrophe de San Francisco et la légende du Monte del Diablo 

Publié le

mian-situ-san-francisco-1906
« San Francisco, 1906. » Mian Situ.

Près de la « Capitale de l’Ouest » dévastée et dont les ruines fument encore, s’élève le Mont du Diable, qui doit son nom sinistre à une vieille légende.  Bret Harte et d’autres écrivains américains l’ont mentionnée. Le désastre de San Francisco vient de lui prêter une assez curieuse valeur prophétique. 

C’était au temps heureux où le commerce n’avait pas troublé les baies superbes de la Californie, où la mine ni la pioche ne s’étaient pas encore attaquées au trésor que recelait la terre. L’avoine sauvage ondulait librement à la brise, les antilopes et les daims animaient de leurs bonds la plaine immense, et les cours d’eau coulaient paisiblement dans leurs lits naturels sans prévoir qu’on dût jamais les détourner ni les contraindre. (Ce qui les eût attristés!) Les bons Pères de la Mission avaient à peine besoin de cultiver le sol pour qu’il leur rendît une moisson merveilleuse. Animés du vaillant esprit de leur fondateur, le premier missionnaire Junigero Serro, ils ne se lassaient point de convertir les honnêtes sauvages dont les huttes d’adobe (1) se groupaient de plus en plus autour de leur chapelle. On dit qu’un seul Père administra le baptême, en une matinée, à plus de trois cents sauvages.

L’ennemi des âmes était, cela va sans dire, fort irrité de ces succès des Pères, et l’on eût dit que sa rancune se manifestait par l’intermédiaire des ours, qui semblaient animés d’une haine irréconciliable contre l’Eglise. Plusieurs missionnaires avaient déjà été blessés ou même tués par eux. 

Ce fut vers ces temps, c’est-à-dire au début du XVIIIe siècle, que le père José-Antonio de Haro fonda la mission de San Pablo, infime noyau d’où la ville de San Francisco devait sortir. De haute taille, le visage énergique, l’air militaire encore sous le froc, le Padre avait une histoire, et même une histoire romanesque et touchante. Jeune soldat, il s’était épris violemment d’une jolie fille, dont un rival plus fortuné obtint la main. José Antonio, désespéré, se jeta dans un cloître, et demanda aux missions lointaines une vie plus active, plus périlleuse et plus favorable à l’oubli. C’est ainsi qu’il était venu à la mission de Mexico; et c’est ainsi, en quête de conversions et de conquêtes d’âmes nouvelles, qu’il parut un jour sur les bords déserts de la baie, son bréviaire sous le bras, son serape (2) noir jeté sur l’épaule, suivi d’un muletier avec son chargement de provisions, parmi lesquelles maints crucifix et chapelets, et d’un Indien nouveau converti, qui manifestait son zèle en servant de guide à son père spirituel. 

La nuit tombait lorsque la petite caravane atteignit le pied de la montagne. Le père José descendit de sa mule, lut son bréviaire, et, agitant une cloche, adjura les Gentils du voisinage de venir entendre la parole divine. Mais aucun Gentil ne montra son visage tatoué et coiffé de plumes. L’écho seul recueillit et répéta la pieuse invitation. Le muletier, effrayé, prétendit qu’un éclat de rire ironique avait retenti du côté de la montagne. Le Père ne fit qu’en sourire. Pendant que le muletier et l’Indien, apercevant un coin très abrité et favorable au campement, déchargeaient la mule et procédaient aux préparatifs du soir, absorbé dans ses pieuses méditations, il avait continué de marcher. Arrivé à mi-hauteur du mont (qui a 1.220 mètres d’altitude), le Père s’arrêta et regarda au-dessous de lui. Une suite de riantes vallées s’étendaient à perte de vue du côté du Sud. A l’ouest, la chaîne lointaine s’estompait dans la brume. Plus loin, l’Océan Pacifique déroulait ses brouillards, qui remplissaient la baie d’un nuage épais et cachaient le paysage au nord-est. Lorsque ce voile se déchirait, on entrevoyait, de vastes cours d’eau, des défilés de montagnes, des plaines luxuriantes baignées par le soleil couchant. 

— Quel beau pays à conquérir au Seigneur ! dit tout haut le Père avec un pieux enthousiasme. 

Un éclat de rire strident se fit entendre, et Padre José, tournant la tête, s’aperçut qu’il n’était pas seul. Un grave et sombre personnage, vêtu à la mode espagnole, chapeau de feutre couronné d’une énorme plume, grosse fraise, culotte bouffante, se tenait près de lui. Le Padre comprit tout de suite que c’était le Diable en personne,et n’en fut pas effrayé ! Sa vie aventureuse, son esprit familiarisé avec le merveilleux lui donnaient, en pareille aventure, grand avantage sur les gens simplement pratiques. Il répondit même courtoisement au salut de l’étranger. 

— Pardonnez-moi, dit celui-ci, de m’être permis de sourire en entendant vos pieuses paroles, mais je connais l’avenir, que vous escomptez si témérairement. Je sais que vos efforts seront vains, et j’ai pitié qu’aussi chevaleresque adversaire perde sa peine ainsi. Croyez-moi, laissez ce pays sauvage, restez en Espagne. 

— Non ! s’écria le Père. Saint Ignace a dit que les païens seront donnés aux soldats du Christ comme des perles rares dont la découverte réjouit les navigateurs. 
— Eh bien ! dit le Diable, je vais montrer l’avenir de cette région, et nous verrons qui de nous deux se trompe. 

Il souleva son vaste feutre et l’agita trois fois. Le brouillard parut se dissiper, laissant apercevoir de nouveau le paysage crépusculaire encore chaud du soleil. Et voilà qu’une musique martiale s’éleva de la vallée. Le Père vit une troupe de brillants cavaliers, au-dessus desquels flottaient les bannières de Castille et d’Aragon, qui se dirigeaient vers la mer et s’embarquaient sur des caravelles pavoisées aux couleurs espagnoles. 

— C’est la fin de la domination castillane, dit près du moine la voix sépulcrale de l’étranger. 

Le père José, les yeux humides, suivait du regard les nobles bannières de sa patrie,et, se retournant, il vit que le Diable lui-même semblait un peu ému : 

— Excusez-moi-, dit celui-ci, j’avais aussi quelques amis parmi ces dignes cavaliers. 

De nouveau, le vaste feutre évolua au-dessus de la vallée, qui s’emplit d’une foule de matelots dont les cheveux blonds, les yeux bleus, le parler guttural révélaient la race saxonne. Cette foule parcourait la plaine qu’elle semblait saccager, abattant les arbres, creusant profondément le sol. 

— Que font-ils ?Quels sont ces barbares? demanda le Père. 
— Regarde plus attentivement, dit le Diable,dont le feutre s’agita de nouveau et dont le plumet parut entrouvrir la terre. 

Le Père vit une voûte immense étoilée de points lumineux, qui recouvrait un lac, autour duquel couraient de noires figures affairées. Elles puisaient dans toutes sortes de récipients une matière jaune qui remplissait aussi les ruisseaux voisins aboutissant au lac. Le Père José reconnut cette matière brillante : 

— Ah ! de l’or, fit-il avec mépris. Nous connaissions l’existence de ces mines d’or (3), mais nous avons eu garde d’en parler. L’or est toujours ton meilleur auxiliaire, à toi, Maudit. Nous avons apporté, dans ce pays, des dons mille fois plus précieux que l’or. 
— Mais ces dons s’oublieront vite, tandis que l’or y sera éternellement glorifié, railla le noir Seigneur. 

Cependant, une ville s’élevait et grandissait dans la vallée lointaine. A cinq reprises, une immense langue de feu passa sur elle et l’effaça du sol. Mais chaque fois la ville reparut agrandie (2). C’était, maintenant, une immense cité, aux gigantesques édifices,remplie d’une foule industrieuse, et le moine ne pouvait s’empêcher d’en admirer la grandeur et l’activité, lorsque tout à coup, le sol parut manquer sous la ville géante, dont les maisons s’abîmèrent les unes contre les autres, comme des châteaux de cartes. En même temps, un océan de flammes surgissait et roulait tumultueusement sur ces décombres. 

— Oh ! mon Dieu ! quel désastre ! que de victimes ! s’écria le bon père José. 

Et, sans réfléchir, il voulut s’élancer vers la cité en flammes. Le Diable le retint. Le moine, indigné de ce contact sacrilège, repoussa vigoureusement son adversaire. Il lui sembla que les griffes de l’étranger perçaient sa chair, un froid mortel le pénétra; un rugissement terrible emplit ses oreilles; il s’évanouit. Quand il revint a lui, la sensation d’un léger bercement fut la première qu’il perçut. Il vit qu’il faisait grand jour. On le portait en litière à travers la vallée. Tout son corps était douloureux et raidi, un de ses bras bandé. Il appela d’une voix faible, et aussitôt le muletier et l’Indien se précipitèrent vers lui. 

— Miracle ! Il vit ! criaient ces bonnes gens en lui baisant les mains. 
— Où m’avez-vous donc trouvé, mes enfants ? demanda le Père. 
— Mais sur la montagne, Révérend Père, à l’endroit même où vous fûtes attaqué.
— Attaqué ! Comment, vous avez vu ?… 
— Si nous avons vu ! Sainte Vierge !… Je crois bien que-nous l’avons vu!… Je lui ai même tiré deux coups d’arquebuse… 
— Tiré !… Sur qui ? 
— Mais sur l’ours qui s’est permis d’attaquer votre personne révérée pendant qu’elle était en méditation. Un ours énorme ! 
— Ah ! très bien, dit le Père en retombant sur sa litière. Bien, mon fils. Paix ! 

Rentré à la mission, le bon Padre José raconta aussitôt à son supérieur l’attentat surnaturel dont il avait été victime. L’histoire se répandit dans le pays, et l’on pensa généralement que le diable, qui s’était transformé en vieux caballero pour tenter le pieux missionnaire, s’était ensuite métamorphosé en ours pour le dévorer.

Telle est, en tout cas, la légende de Monte del Diablo.

(1) Mélange de lattes et de terre.
(2) Sorte de couverture mexicaine.
(3) Francis Drake les avait signalées dès 1536, et il est probable, en effet, que les premiers missionnaires espagnols les connaissaient.
(4) Sans doute les cinq incendies qui dévorèrent la ville, de 1848 à 1852.

Céli. «  L‘Écho du merveilleux. » Paris, 1906
Peinture « San Francisco, 1906. » de Mian Situ.

La lycanthropie moderne

Publié le

chats-vieille-femmeDans quelques campagnes reculées, au début du siècle dernier, on prêtait encore aux sorciers la faculté de se métamorphoser en divers animaux. Cette croyance, admise presque universellement au Moyen Age, trouverait encore de nos jours, au dire de Gaston Vuillier, de nombreux adeptes. Cet auteur en a rapporté quelques exemples typiques :

Une vieille femme qui faisait sa lessive entendit tout à coup un grand bruit dans la cheminée, d’où tombèrent presque aussitôt une demi-douzaine de chats de toutes les couleurs.

« Chauffez-vous, minets, dit-elle avec douceur. »

Les chats ne se firent pas prier : ils s’installèrent près du feu, au bord des cendres, et se mirent à ronronner de satisfaction. Une voisine, qui venait d’entrer, conçut certains doutes sur la qualité véritable des minets, et, pour éprouver si c’étaient de vrais chats ou des sorciers, elle leur jeta de l’eau bouillante sur le dos. Les minets se sauvèrent en hurlant. Mais ce n’est pas là le plus extraordinaire. On apprit le lendemain qu’il y avait cinq ou six méchants gars du village qui n’osaient se montrer en public parce qu’ils avaient des brûlures sur tout le corps. On connut ainsi que c’étaient eux qui, la veille, s’étaient changés en chats.

berger

Il n’y a guère longtemps, on attribuait encore au sorcier le pouvoir de se métamorphoser en loup. C’est ainsi qu’on expliquait dans les campagnes la singulière amitié qui le liait à ces animaux. entre eux et lui avait été conclu un pacte qui mettait à l’abri de tout attaque les troupeaux qu’il gardait. On appelait meneurs de loups les sorciers de cette sorte, bergers pour la plupart (mais dans tout berger il y a l’étoffe d’un sorcier). Pour éloigner les loups ou les rendre inoffensifs, ils n’avaient qu’à étendre et à prononcer certaines formules magiques : c’est ce qu’on nommait en Corrèze l’enclavélement.

« Le loup enclavelé, dit Gaston Vuillier, n’a pas plus tôt aperçu le meneur qu’il s’enfuit, la gueule béante, dans l’impossibilité de mordre. Sa cruauté reste ainsi paralysée jusqu’au moment où il traverse un cours d’eau. »

Source : Nass/Cabanès. « Poisons et sortilèges. » Paris, 1903.