les arts plastiques

Des visiteurs très assidus 

Publié le

camille_pitonOn n’imagine pas à quel point nos sénateurs, députés, ministres et leurs familles aiment la peinture et la sculpture. Le relevé des cartes permanentes d’entrée aux deux Salons trahit, en effet, ce goût de nos  hommes politiques pour les beaux-arts.

Bien qu’ils jouissent de la gratuité sur la simple présentation de leurs médailles parlementaires, on ne leur délivre pas moins, chaque année, de 6.000 cartes permanentes pour les deux Salons !

Quelques artistes estiment ce chiffre excessif, et ils ont l’intention de demander à leurs  comités qu’on les réduise cette année.

Nos législateurs ressemblent décidément tous à Périclès.

« Ma revue. » Paris, 1908.
Peinture : Camille Piton.

Publicités