les gens maigres

L’impôt au poids

Publié le

laurel_hardyQuel philosophe a partagé les hommes en deux camps rivaux ? D’un côté les gens gras, de l’autre, les gens maigres. Ils se mesurent du regard et sont prêts à s’entre-dévorer. Les maigres sont les plus redoutables, car ils sont les plus nombreux et ils ont besoin de manger.

C’est pourquoi, en Suède, d’éminents et faméliques économistes proposent un impôt à la fois ingénieux et productif : l’impôt au poids. Jusqu’à 60 kilos, le contribuable ne payerait rien; de 60 à 90 kilos, il payerait un droit proportionnel : au-dessus de 90 kilos, la taxe serait double.

L’idée a du bon. Sans la pousser à de fâcheuses extrémités, il serait politique d’en retenir le principe sinon la lettre. Qu’on appliqué des tarifs spéciaux aux hommes lourds et aux dames fortes partout où leur voisinage cause un véritable préjudice à de malheureux voyageurs : en omnibus, en chemin de fer, en métro.

Et ce sera justice. comme on dit au Palais.

« Le Journal du dimanche. » Paris, 1903.
Illustration : « Laurel et Hardy of Marseille. » photo DR.