l’Euclide-Orphée

Oreille musicale

Publié le Mis à jour le

rameau-et-le-carlin

L’illustre compositeur Jean-Philippe Rameau  (« l’Euclide-Orphée », ainsi que l’a baptisé Voltaire), déambule, et marche de long en large dans son salon.

Le compositeur de tragédies lyriques et d’opéras-ballets ressasse à l’évidence quelque échafaudage harmonique. 

Rameau, tel un somnambule, tout à ses mesures et altérations musicales, piétine malencontreusement la patte du carlin de son épouse. Le pauvre animal, en guise de protestation, ne peut que laisser échapper un hurlement de douleur. Le musicien de s’écrier :

« Ah misérable ! tu chantes faux !« 

Sur ces mots il empoigne le quadrupède et le propulse par la fenêtre….

Quelle oreille fine et délicate ! Quelle aversion de la fausseté des sons !