Louis XIV

La muscade et les gens comme il faut

Publié le Mis à jour le

Nos pères, forts mangeurs, étaient grands amateurs d’épices facilitant la digestion de leurs trop abondants repas. Parmi les épices les plus recherchées, figurait la noix muscade, dont on râpait une certaine quantité sur la plupart des mets.

L’usage ou plutôt la mode de la muscade fut pendant quelque temps interrompue en France au dix-septième siècle, et voici à quelle occasion. Les ragoûts servis à Louis XIV encore jeune la veille du jour où il fut pris de la petite vérole, étaient, selon l’ordinaire de ce temps, fortement assaisonnés de muscade.

L’odeur de la muscade, qui l’obsédait pendant les premiers jours de la maladie, lui inspira le plus profond dégoût pour cette épice, qui dès lors se trouva déconsidérée et laissée aux tables vulgaires. Les gens comme il faut ne purent plus sentir la muscade, et même en entendre parler sans en éprouver des nausées.

Huit ou dix ans plus tard, l’estomac du roi s’étant réconcilié avec la muscade, elle devint plus à la mode que jamais. Ce fut alors que Boileau, décrivant un repas ridicule, constata l’engouement pour cette épice dans ce vers devenu célèbre, et auquel il est souvent fait allusion:

« Aimez-vous la muscade ? on en a mis partout. » 

« A la cour on fait argent de tout »

Publié le Mis à jour le

louisXIV

« Je vois bien qu’à la cour on fait argent de tout », disait un jour Louis XIV. Quand le roi soleil quittait Versailles pour un séjour à Marly, il nommait lui-même les personnages de la cour qui devaient l’y accompagner, et cette grâce était briguée par les courtisans avec un grand empressement.

La princesse de Montauban, chagrine de n’avoir jamais été désignée, alla trouver la princesse d’Harcourt, qui, comme favorite de Mme de Maintenon, avait presque toujours l’avantage d’aller à Marly, et elle lui offrit mille écus si elle voulait lui céder sa place au prochain voyage que le roi y ferait. La princesse d’Harcourt accepta la proposition; mais il fallait l’agrément du roi. Pressée de l’obtenir, elle chercha l’occasion de parler au monarque, et, l’ayant trouvé dès le soir même :

Il me semble, Sire, lui dit-elle, que Mme de Montauban n’a jamais  été à Marly.
Je le sais bien, dit le roi.
Cependant, reprit la princesse, je crois qu’elle aurait grande, envie d’y aller.
Je n’en doute pas, répliqua le roi.
Mais, Sire, continua-t-elle, Votre Majesté ne voudrait-elle point la nommer ?
Cela n’est pas nécessaire, répliqua encore le roi; et d’ailleurs, pourquoi cette insistance ?
Ah! Sire, s’écria la solliciteuse, c’est que cela me vaudrait mille écus; et Votre Majesté n’ignore pas que j’ai bien besoin d’argent.

Le roi, surpris de cet aveu, se fit expliquer le marché en question, en rit beaucoup et consentit facilement à un échange aussi lucratif, en ajoutant qu’il voyait bien qu’à la cour on faisait argent de tout.