maire

Avis ! avis !

Publié le Mis à jour le

reglement

Règlement de police de la commune de N… près Pontarlier (Doubs) pour 1845, et suivantes :

1° Il est défendu d’extraire de la pierre, du sable des carrières de la commune, sans avoir prévenu les autorités, surtout la Marne, les étrangers n’y seront point admis.

2° Les cabaretiers qui donneront à boire les dimanches sont prévenus qu’on leur dressera procès verbal pendant les offices, surtout de la messe qu’il est défendu d’aller.

3° Il est défendu de conduire le bétail communal joignant la pie des avoines, ni avec des brebis, chèvres ou autres, malgré qu’ils seraient conduits par des personnes raisonnables qui ne doivent pas être pâturés.

4° Dimanche, à l’issue des vêpres, il sera procédé à l’adjudication au plus offrant et dernier enchérisseur des boues du village, en présence du maire qu’on devra racler proprement, assisté de deux membres du conseil provenant des égoûts du village.

Les articles susdits regarde tous les habitants de tous les sexes qui devront être exécutés.

Les habitants sont prévenus que le lundi prochain on échenillera deux personne par maison, le curé excepté.

Fait en la mairie de N… le… 1845.

Le Maire N…

Publicités

Le maire père

Publié le Mis à jour le

mairie

Un bon cultivateur, maire de sa commune, se trouva dernièrement dans un grand embarras, dont il se tira fort adroitement. Sa femme était accouchée depuis trois jours, et l’adjoint de la commune venait de partir pour un village assez éloigné. Il fallait cependant dresser l’acte de naissance sur-le-champ.

Le maire père, après avoir mûrement réfléchi, s’en acquitta de la manière suivante:

Ce aujourd’hui, etc., étant accompagné de tels et tels, mes témoins, je suis comparu devant moi, maire de la commune de… à l’effet de me déclarer que ma femme vient d’accoucher d’un enfant vivant et bien constitué. 

Sur la demande de quel sexe est l’enfant et quels étaient ses père et mère, je me suis répondu qu’il est du sexe masculin, et fils de moi, François Piot et de Madeleine Bidou, mon épouse; en foi de quoi j’ai signé le présent, avec moi, maire, et lesdits témoins.
Signé: Français Piot, père.
Et François PiOT, maire.

« Les soirées amusantes. »  C. Dillet, Paris, 1874.