Majola

Le tableau de Segantini

Publié le Mis à jour le

segantini-la-mort

Le grand peintre Giovanni Segantini mourut d’une péritonite suraiguë probablement d’origine appendiculaire.

Or, 13 jours auparavant, en pleine santé, il travaillait, à un tableau qu’il désignait par ce titre : « La mort ». Le tableau représente une scène de l’Engadine : au fond chaîne de montagnes couverte, de neige. Au premier plan, un plateau également blanc de neige. Sur le plateau, à droite, un chalet alpestre d’où sort un cercueil accompagné de quelques personnes. Un peu plus loin, un traîneau, attelé d’un cheval, attend.

Le peintre avait esquissé le paysage d’après nature. Le cercueil et le traîneau étaient imaginaires. Giovanni Segantini parachevait son oeuvre dans son atelier, à Majola, à 3 heures de route du chalet qu’il avait peint.

Ce jour-là donc (13 jours avant sa mort) il s’étendit un instant sur un sofa, se reposant de son travail. Tout à coup, il eut la vision qu’il était lui-même dans le cercueil dessiné et que sa femme, en larmes, était dans le groupe des personnes suivant le cercueil. La vision s’accompagna d’une certitude profonde et sans réserve dont il fit part à sa famille. Sa santé se maintint parfaite quelques jours encore, puis, brusquement, il tomba malade dans le chalet même qu’il peignait, et y mourut.

La scène de son enterrement fut exactement celle qu’il avait représentée dans le tableau.

« Annales des sciences psychiques : recueil d’observations et d’expériences. »  Paris, 1916.
 Peinture : Giovanni Segantini