Marie-Joseph Bonnat

La bouteille de Corton

Publié le Mis à jour le

ashantis tribuSe trouvant chez les Ashantis, le vaillant explorateur Marie-Joseph Bonnat assiste un jour à l’étonnante et pittoresque procession des Fétiches : figures extravagantes, monstres affreux, têtes de singes, queues de reptiles, mâchoires de fauves, griffes d’oiseaux, pierres bizarres, racines étranges, objets les plus disparates et les plus singuliers.

Le roi lui-même, vêtu de ses plus riches coquillages, porte dans une corbeille de jonc le plus puissant et vénéré de ces fétiches.

bonnatTrès intrigué, Bonnat jette un regard curieux sur la corbeille et, à sa grande stupéfaction, il constate que le grand fétiche est une bouteille (des plus civilisées) portant cette étiquette, parfaitement lisible encore : Vieux Corton.

Comment se trouvait-elle là, dans un coin de l’Afrique sauvage, cette vieille bouteille de France ? Après l’avoir bue sans doute, le roi nègre l’adorait, lui adressait de ferventes prières, la consultait dans les cas graves et difficiles. De cette bonne fiole bourguignonne il avait fait un fétiche de premier ordre,  peut-être en reconnaissance de la douce ivresse qu’elle lui avait donnée. 

« Almanach des gourmands. » 1904.