ministère du travail

Je n’oublie pas

Publié le Mis à jour le

ambroise-croizat

M. Croizat le nouveau ministre du Travail nous fait part de ses projets

Ce matin, à 11 heures, s’est déroulée au ministère du Travail, rue de Grenelle, la cérémonie de passation des pouvoirs au nouveau ministre, M. Ambroise Croizat.

A l’issue de cette cérémonie, M. Croizat s’est prêté complaisamment aux questions des journalistes. Il a déclaré qu’il se proposait :

1° D’assurer la mise en application du plan de sécurité sociale voté il y a quelques mois par l’Assemblée consultative.

2° De remettre en vigueur les conventions collectives, l’institution des délégués du personnel, et les majorations afférentes aux heures supplémentaires.

Le nouveau ministre a indiqué qu’il envisageait, afin d’améliorer l’efficacité des comités d’entreprises de les orienter dans le sens des comités mixtes de production. De toute façon, a ajouté M. Croizat, une telle modification ne pourrait se faire qu’après consultation et accord des syndicats intéressés.

La retraite des vieux et les allocations familiales

Puis le ministre insiste sur son désir d’améliorer la retraite des vieux travailleurs dont il fut, à l’Assemblée consultative, on s’en souvient, le plus ardent promoteur. Mais M. Croizat ne se cache pas les difficultés que soulèveront les incidences financières de son projet.

Enfin, interrogé sur ses intentions à l’égard des allocations familiales, M. Croizat signale qu’il envisage un rajustement plus conforme au coût de la vie.

« Ce soir. » Paris, 1945.

Publicités

Pensons à nous

Publié le

dactylographes

Au ministère du Travail, le service des retraites était, depuis l’origine, assuré par un certain nombre de braves auxiliaires peu payés mais qui avaient paru suffisants pour une simple manipulation de fiches.

On vient de les remercier parce qu’ils sont trop vieux. Et on les a remplacés par un essaim de dames dactylographes.

Le public sera peut-être charmé d’apprendre que parmi ces dames dactylographes, il y a quelques filles de députés socialistes. Ces excellents socialistes ne croient pas déroger en plaçant leurs descendantes dans les bureaux de l’Etat.

 » Le Cri de Paris. »  Paris, 1914.
Illustration : Dactylographes en 1914 (Lewis W. Hine, Flickr).