Mme Necker

Les précieux morceaux de l’appareilleuse

Publié le

 époux-necker

Mme Necker, la femme du ministre des finances sous Louis XVI, en furetant un jour sur la cheminée du cabinet de son mari, trouva parmi les papiers jetés négligemment, une lettre conçue en ces termes :

« Monsieur, connaissant le goût de Votre Grandeur pour l’histoire naturelle, j’ai l’honneur de lui annoncer que j’en possède plusieurs morceaux précieux et dignes de lui être présentés. Si Votre Grandeur daigne se rendre chez moi, je m’empresserai de les lui montrer et je me flatte qu’elle en sera assez satisfaite pour en désirer la possession. »

La lettre était signée d’un nom de femme avec son adresse dans un assez vilain quartier.

Mme Necker, qui se piquait de connaissances en tous genres, fut curieuse de voir les pièces intéressantes qu’on annonçait à son mari. Elle fit atteler et se rendit à l’adresse indiquée. Son valet de pied demande par son ordre au portier si Mme Palmyre est chez elle et, sur une réponse affirmative, elle monte l’escalier.

Qu’on juge de l’embarras de Mme Palmyre quand Mme Necker, lui montrant la lettre de son mari, se nomme et demande avec empressement les morceaux d’histoire naturelle dont elle disait tant de merveilles.

Ses réponses et son attitude ouvrirent les yeux de la visiteuse qui comprit en quel lieu elle était.

Elle se garda bien de raconter son aventure à son mari ni à qui que ce fût; mais les domestiques, les voisins de la maison et l’appareilleuse elle même ne furent pas aussi discrets.

« Hier, aujourd’hui, demain. Gazette historique. »  Paris, 1923.