moeurs

Autres temps, autres moeurs

Publié le Mis à jour le

egypte-antiqueLes Egyptiens pouvaient emprunter de fortes sommes en déposant le cadavre de leur père entre les mains de leur créancier. Néanmoins, ils se couvraient d’infamie s’ils ne retiraient pas au bout d’un certain temps ce gage vénéré. 

Au Moyen Age, on mettait sa moustache en dépôt, et l’on obtenait de l’or sur cette simple garantie. Honte jusqu’à la mort pour celui qui n’eût pas racheté sa moustache. 

Aujourd’hui il suffit de donner sa signature, c’est-à-dire de tracer quelques signes bizarres, et l’on est tout aussi engagé que l’étaient autrefois l’Egyptien, l’homme du Moyen Age. 

« Ma revue. » Paris, 1907.

Publicités

La mode du duel

Publié le

duel

N’êtes-vous pas frappé de voir dans les journaux un échange presque quotidien d’explications, d’envois de témoins, de propositions et de récits de duels ? Ne remarquez-vous pas la futilité des raisons pour lesquelles on prend l’habitude de se battre ou de faire croire qu’on se bat ? C’est un signe des temps, et un signe de décadence dans les moeurs publiques. 

La presse n’existait pas au seizième siècle, et on se battait régulièrement trois contre trois, six contre six, avec la dague et le poignard, et à tout propos. Anciennement les protestants et les catholiques défendaient leur foi, mais au fond, ils servaient leurs passions, les armes à la main. Les moeurs étaient soldatesques et dissolues, et la corruption italienne avait gagné toutes les classes de la société française. On était devenu cruel, parce que la vie était une partie qu’on jouait tous les jours. Au fond le duel n’était pas la sauvegarde des querelles d’honneur, mais une manie de verser du sang, et une mode que le retour de la paix et le rétablissement de l’autorité royale devaient faire cesser. 

Il y a quelque analogie entre cette fureur des duels d’autrefois et la ridicule manie qu’ont les hommes aujourd’hui de recourir aux armes pour régler leurs différends. Il y a aussi quelque analogie entre ces temps troublés où la France était divisée en protestants et catholiques, et la France d’aujourd’hui, que l’on veut absolument diviser en républicains et en conservateurs. Ce ne sont plus les manieurs d’épée qui font les duels, ce sont les manieurs de plumes, ce sont les journalistes qui mettent cette coutume à l’ordre du jour. On s’adresse des témoins qui disent dans un journal que Monsieur un tel a cédé ou n’a pas cédé, et puis on se bat, ou on ne se bat pas. Quand on se bat, généralement le duel n’est pas sérieux, et les témoins rendent compte de ces combats parfaitement indifférents au public. Ils décernent même des procès-verbaux de courage et d’honneur. 

Il faut avouer que la liberté d’une certaine presse n’a plus de bornes. Sous prétexte de liberté, on voit les plus odieuses, les plus ridicules, les plus dégoûtantes productions de l’imprimerie livrées en pâture à la curiosité publique et tenter, par une réclame habile, de surprendre la bonne foi des passants. Bon nombre de gens, ne se privent pas de juger un homme, non pas sur ses actes publics, mais sur sa vie privée. Il en est même qui pensent que tous les moyens sont bons pour perdre un adversaire politique. Rien ne les arrête, et tous les jours ou toutes les semaines l’écluse s’ouvre pour verser la boue ou l’injure. Dans ces conditions spéciales, et qui ne sont que trop fréquentes, le duel est impossible. 

Reste le procès en diffamation. Mais un procès a toujours dans ses flancs un peu de politique, et la justice est quelquefois bien embarrassée. Il arrive nécessairement que bon nombre de gens qui auraient toute raison de jouer un rôle dans le jeu des affaires publiques ne se sentant pas protégés et se sachant absolument menacés, préfèrent rester cachés dans la vie privée pour se soustraire à des batailles, où il leur semble que le sang-froid leur ferait défaut. Leur dignité les tient à l’écart. c’est un grand malheur. 

Dans ces conditions, il nous semble qu’un honnête homme doit puiser en lui-même une force de résistance et de dédain qui le met à même d’avoir le courage de son opinion. Or il est courageux de refuser, dans certains cas, une provocation, lorsque le dédain ne porte pas sur des questions où est vraiment engagé l’honneur. Il n’est pas toujours vrai de dire qu’un homme soit courageux quand il provoque le péril d’un duel. Il peut être très habile à l’épée ou au pistolet et avoir trop la conscience de sa supériorité. D’ailleurs le duel ne prouve absolument rien, ni que l’un a tort ou l’autre raison, ni que l’un est courageux et l’autre lâche. Il n’a d’excuse qu’au cas où la haine des deux adversaires est partagée et où tous les deux sont d’accord pour reconnaître qu’ils doivent exposer leur vie, dans l’espérance que l’un disparaîtra. 

Ces réflexions nous amènent à penser que si les moeurs continuent à prendre l’habitude des vengeances particulières et des rencontres armées, il serait bon de chercher à introduire en France la législation anglaise. Elle proscrit le duel et condamne à d’énormes amendes quiconque a porté atteinte à l’honneur d’autrui. Elle regarde l’honneur comme une propriété à laquelle nul ne peut toucher. Toute atteinte qui lui est portée est passible de dommages-intérêts. 

Nous sommes assurés que l’application sérieuse de ces principes, rétablirait le bon ordre dans les esprits et dans les moeurs publiques. 

Reybaud. « La Revue-magasin. » p. 164. Paris, 1887.
Peinture de Bakalovycz (Бакалович В).

Embarqué, c’est pesé !

Publié le

steamer

C’est toujours du Nord que nous vient la lumière. Certaines contrées de l’Amérique septentrionale, à peine défrichées, manquent de femmes.

Généralement le sexe fort domine aux Etats-Unis dans une assez forte proportion, car il y a beaucoup plus d’émigrants que d’émigrantes. Une agence matrimoniale de Stockholm a eu l’idée de mettre à profit cette inégalité temporaire des sexes de l’autre côté de l’Atlantique, et s’est chargée d’expédier en Amérique les jeunes filles que pourraient lui demander les prétendants qui enverraient préalablement, avec leur photographie et les frais du voyage, un certificat de bonne vie et moeurs délivré par le clergyrman dont ils fréquentent l’église.

Une première cargaison de vingt-quatre jeunes Suédoises est arrivée récemment à New York, par le steamer Hekla (ne pas confondre avec IKEA), munies d’un contrat en bonne et due forme, par lequel elles s’engagent à épouser, dès leur arrivée, les jeunes gens qui les ont commandées à l’agence.

Encore un nouveau débouché ouvert à la vieille Europe !

« Journal du dimanche. » Paris, 1894.

L’ancêtre

Publié le

toulouse-lautrec

Le Dr Babinski (le frère du Babinski gastronome, Ali-Bab, celui qui vient d’avoir le prix des Vignes de France)  a soigné le roi d’Espagne. Il est resté une fois huit jours près de lui. Et Alphonse XIII lui a raconté cette belle histoire :

Dans un de mes séjours à Paris, avant la guerre, j’ai voulu connaître un de vos grands artistes, Toulouse-Lautrec. J’ai été le voir à son atelier. Je savais qu’il appartenait à une des plus vieilles familles de France. Je lui ai parlé de ceux de ses ancêtres qui s’étaient illustrés aux Croisades et sur tant de champs de bataille… Il me regarda d’une drôle de façon, comme un homme qui trouvait fastidieux qu’on lui rappelât ces choses… Et il me dit :

Vous savez, Sire, il n’y a qu’un seul de mes ancêtres pour qui j’aie de la sympathie, c’est Romuald de Toulouse-Lautrec, parce que le pape l’excommunia… J’en demande pardon à Votre Majesté très catholique, mais il me botte, cet ancêtre-là ! Pour donner plus de force à son excommunication, le pape lui fit porter la bulle par le nonce… Et savez-vous ce qu’il fit, Sire, mon ancêtre ? Il poignarda le nonce, et, ensuite, il le… tout chaud !

Les trois points remplacent un mot impossible à répéter, mais qui est très expressif et qui montre que ce fameux ancêtre avait des moeurs singulières…

« Le Quotidien de Montmartre : journal hebdomadaire. »  Paris, 1930.
Illustration : Maurice Guibert.

Les premiers fards romains

Publié le

Antoine-Watteau

Ce n’est certes pas dans les premiers siècles de la République romaine que l’on trouve l’usage des fards : les femmes partageaient les vertus héroïques et les moeurs sévères de leurs maris et ignoraient tout artifice de toilette. Mais quand, par la conquête du monde, ils introduisirent chez eux la richesse, les Romains y ramenèrent en même temps le luxe et la coquetterie, comme plus tard, les croisés de retour d’Orient, devaient rapporter en  Europe l’élégance musulmane.

Bref, c’est à cette époque que les Romaines commencèrent à se farder, mais d’un fard qui était fort grossier, car ce n’était pas autre chose que de la terre de Chio ou de Samos délayée dans du vinaigre. Puis les Romaines firent usage du blanc de plomb, quoiqu’elles connussent déjà ses inconvénients. quant aux fards rouge, on les tirait des végétaux ou de la dépouille des animaux.

Ce qui était encore plus grossier, c’est la façon dont on appliquait le fard sur la figure. L’esclave chargée de farder sa maîtresse devait mélanger le fard avec sa salive, ainsi qu’un auteur latin l’explique en détail :

« L’esclave, avant de commencer l’importante opération, souffle sur un miroir de métal et le présente à sa maîtresse. Celle-ci sent à l’odeur si la salive est saine et parfumée. Elle sait ainsi si elle a mâché les pastilles qui lui sont ordonnées, parce que c’est avec sa salive que l’esclave doit broyer le fard et l’appliquer, afin de l’étendre également et de le fixer sur les joues de sa maîtresse. »

Brrr… On a heureusement fait quelques progrès depuis. Sans cela nos actrices refuseraient énergiquement de se farder.

« Le Journal du dimanche : gazette hebdomadaire de la famille. »  Paris, 1905.
Illustration : Antoine Watteau.

Engastrimysme

Publié le

amoureux

Le mot  engastrimysme (ou ventriloquie) exprime une manière de parler dans laquelle la voix paraît sortir de l’estomac ou du ventre, bien que réellement les sons soient articulés dans la bouche et dans le pharynx ou le gosier.

Tout le mécanisme de l’engastrimysme  « consiste, d’après Richerand, dans une expiration lente et graduée (filée en quelque sorte), expiration qui est toujours précédée d’une forte aspiration, au moyen de laquelle le ventriloque introduit dans ses poumons une grande masse d’air, dont il ménage ensuite la sortie. » L’abbé de la Chapelle, qui a composé un ouvrage ex professo sur cette matière, nous apprend qu’un nommé Saint-Gilles, marchand épicier à Saint-Germain-en-Laye, s’était, de son temps, rendu fort célèbre dans l’art engastrimytique. Voici une anecdote curieuse qu’il rapporte au sujet de ce ventriloque fameux :

Un jeune homme marié depuis trois ans vivait dans le meilleur accord avec sa femme, lorsqu’une étrangère vint lui inspirer une passion criminelle. On essaya vainement de ramener ce jeune homme à son devoir. Il s’abandonnait à tous les excès, outrageant à la fois et l’hymen et les bonnes mœurs dans sa nouvelle liaison.

Saint-Gilles se charge de le convertir. Il l’attire dans un lieu solitaire, et là il lui fait entendre ce discours solennel :

« Jeune homme, tu as mis hier une prostituée dans ses meubles. Tes parents sollicitent contre toi une lettre de cachet : si tu ne rentres promptement dans ton devoir, tu périras dans une prison, et après ta mort tu seras livré aux flammes éternelles. »

Le coupable, effrayé, chercha longtemps et inutilement d’où pouvait partir cette voix. Persuadé qu’elle tenait du prodige, il alla se jeter aux pieds de sa femme, et y abjura son erreur.

« Physiologie catholique et philosophique. » Pierre Jean Corneille Debreyne. Paris, 1872.

Un hôtel en Amérique

Publié le Mis à jour le

hotel

Paul Courty, du Journal amusant, a un ami de retour d’Amérique qui affirme y avoir lu dans un hôtel le règlement suivant :

Les messieurs sont priés de ne pas mettre leurs pieds, en hiver, sur le manteau de la cheminée; en été, sur l’appui des fenêtres.

Les dames sont priées de ne pas écrire leurs noms sur les glaces et les vitres avec le diamant de leurs bagues. Si elles se servent de souliers en caoutchouc, elles devront les nettoyer elle-mêmes.

Elles sont, de plus, invitées à ne pas sonner toutes les cinq minutes la femme de chambre, et à ne pas laisser leur porte ouverte la nuit, quand elles logent à côté d’un gentleman.

Le gentleman célibataire s’abstiendra de jouer du trombone; il ne doit pas peigner ses favoris à table, ou du moins ne pas laisser le peigne à côté de son assiette.

Les dames sont priées de ne pas mettre le nez dans les plats qu’on leur passe, à moins qu’elles n’aient la vue basse, et de ne pas tremper les doigts dans la sauce pour la goûter.

On ne doit pas se battre pour la croûte du gâteau de maïs.

Si une dame est pressée de quitter la table avant la fin du repas, elle est priée de le faire sans dire aux convives le motif qui l’oblige à sortir.

Conditions très libérales. La pension est invariablement payée d’avance, au commencement de chaque semaine.

Tout n’est peut-être pas prévu dans cet original règlement; mais il est curieux à conserver au point de vue des mœurs locales.

« Gazette littéraire, artistique et bibliographique. »  Paris, 1891.